mis à jour le

Affaire Makaila/Déby Pourquoi le Sénégal a peur du journaliste



° + Donné pour mort, le Président Déby se serait remarié samedi dernier

L'expulsion du blogueur tchadien Makaila Nguebla n'a pas encore fini de défrayer la chronique. D'abord, parce qu'il est rare que notre pays procède à des expulsions ou des mises en garde, ensuite, parce que le mis en cause s'est invité comme un cheveu dans la soupe, dans la tentative de normalisation des relations entre le Tchad et le Sénégal, plus ou moins distendues, depuis l'affaire Habré.

Même exilé en Guinée, cette «grande gueule» de journaliste continue à donner des sueurs froides aux présidents Déby et Sall. Non pas seulement parce qu'il n'a pas eu le chic de taire certaines dénonciations embarrassantes, mais aussi, parce que Maikaila détiendrait des informations sensibles qu'il n'est pas bon de rendre publiques, en ces moments incertains de veille du procès Habré.
Il en saurait beaucoup sur les micmacs de Déby dont il dénonce à longueur de journée les dérives monacales, comme ce statut de chef d'Etat le mieux payé au monde. Selon les informations du blogueur, en effet, le Président du Tchad, Idriss Déby, 61 ans, dominerait largement le classement des «chefs d'État les mieux payés en 2013», avec des revenus estimés à près de 46 millions d'euros. Et pour établir ce classement, le magazine People With Money aurait tenu compte des gains directs, mais également, des revenus issus des partenariats publicitaires, des royalties et tout autre investissement. Il pèserait près de 145 millions d'euros mais, outre ses gains professionnels, il devrait son immense fortune à de judicieux placements boursiers, un patrimoine immobilier conséquent et le très lucratif contrat publicitaire avec les cosmétiques CoverGirl. Il possèderait, également, plusieurs restaurants à N'Djaména (dont la chaîne «Chez l'gros Idriss»), un club de Football à Fada, et serait également impliqué dans la mode adolescente avec une ligne de vêtements «Déby Séduction», ainsi qu'un parfum «L'eau d'Idriss», autant de succès financiers.

Les révélations Maikala ne s'arrêteront pas là, cependant. C'est ainsi que pour parler du fameux «coup d'état» de la semaine dernière, Makaila nous parle plutôt d'un mariage qui se serait déroulé en catimini, avant-hier samedi.

Pour dire donc que le journaliste en sait des choses inavouables sur son Président, surtout, par ces temps où, pour notre pays, tout ce qui est vérité n'est pas bonne à dire, tant que nous n'en aurons pas fini avec le procès Habré.

Cheikh Ba
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

affaire

AFP

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

AFP

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

AFP

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

Sénégal

AFP

Le Sénégal expulse le polémiste "antifranc CFA" Kémi Séba

Le Sénégal expulse le polémiste "antifranc CFA" Kémi Séba

AFP

Sénégal : le polémiste Kémi Séba acquitté après avoir brûlé un billet en CFA

Sénégal : le polémiste Kémi Séba acquitté après avoir brûlé un billet en CFA

AFP

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

peur

AFP

Seychelles: les écoles fermées par peur de la peste

Seychelles: les écoles fermées par peur de la peste

AFP

Ouganda: peur et confusion après une série macabre de meurtres de femmes

Ouganda: peur et confusion après une série macabre de meurtres de femmes

AFP

A Ouagadougou, les commerçants rouvrent la peur au ventre après l'attentat

A Ouagadougou, les commerçants rouvrent la peur au ventre après l'attentat