mis à jour le

Diafra Sakho : «J’ai montré ce que je valais vraiment»



Après la traversée du desert, le FC Metz a retrouvé la Ligue 2. Une occasion pour Diafra Sakho, attaquant sénégalais de s'exprimer.

Pourquoi avoir décidé de ne plus vous exprimer aussi longtemps dans les médias ?
C'est une démarche purement personnelle et réfléchie.
Après ce qui s'est passé la saison dernière (en août 2011, il avait
exprimé son mal-être sur le site Internet de France Football, ce qui lui avait valu une mise à l'écart du groupe pro), j'ai préféré privilégier le terrain. C'est là que je voulais m'exprimer et non plus dans la
presse. J'avais tellement envie de prouver aux personnes qui ne me
faisaient pas confiance que le FC Metz pouvait compter sur moi ! Et la
meilleure façon d'atteindre ce but, c'était de réussir ma saison, en
m'impliquant totalement dans le projet collectif et donc la remontée en Ligue 2.

Un objectif atteint vendredi dernier. Une grosse
satisfaction ?
Le fait de voir, autour de moi, toutes ces personnes tellement heureuses, m'a procuré une énorme fierté. Tellement de gens
avaient souffert de la descente... Les supporters autant que l'ensemble
des salariés du club. En les voyant sourire, je me suis dit : "OK, on a
fait le boulot !". Alors, oui, vraiment, je suis fier de l'équipe et de
mes potes aussi, comme moi, du centre de formation. Cela prouve que ce dernier est efficace et sera un outil capital pour les saisons à venir.
«Bien dans ma tête»

o Vous n'avez jamais douté ?
Franchement non. Dès les matches de
préparation, j'ai senti que cette équipe avait les arguments sportifs et mentaux pour remonter. Même si, entre les mois de novembre et janvier, ce fut un peu plus compliqué, personne n'a paniqué. Nous étions sûrs de notre capacité à rebondir. Cela prouve que tout le monde a grandi au sein de ce groupe.

o Vous le premier. Qu'est-ce qui a changé par rapport à la saison dernière ?
Énormément de choses ! L'an passé, aux problèmes d'ordres sportifs se sont mêlés des soucis dans ma vie privée avec, notamment, le décès de mon père. Le prêt à Boulogne (janvier -juin 2012) m'a alors fait du bien. J'ai vu autre chose et j'ai ainsi pu faire le point. En revenant à Metz, en juin dernier, j'ai longuement discuté avec le président Serin et je lui ai affirmé que j'étais plus motivé que jamais. Parallèlement, la naissance de ma fille a énormément changé ma façon de voir les choses, d'appréhender les événements. Aujourd'hui, je suis bien dans ma tête et cela se ressent forcément sur le terrain.

o Pour autant, malgré votre statut de meilleur
buteur du club (17 buts en championnat), certains esprits chagrins vous reprochent de ne pas être encore assez efficace. Que leur répondez-vous ?
Je sais que je dois encore travailler la finition et améliorer la
qualité de mon pied gauche. Cela dit, je sais aussi que j'ai réalisé une bonne saison ! J'ai montré ce que je valais vraiment. On me reproche
mon manque d'efficacité, de "croquer" encore trop ? OK. Mais cela me permet de me remettre sans cesse en question, d'augmenter encore plus mon désir de progresser. Quelques personnes pensent que je n'ai pas le niveau pour évoluer en Ligue 2... Mais, la saison dernière, certains joueurs n'étaient-ils pas censés avoir ce niveau ? À mon sens, il ne s'agit pas forcément d'une question de niveau, mais plutôt de volonté et d'état d'esprit.

o Avec dix-sept buts, avez-vous atteint votre
objectif ?
Lors de notre entretien en début de saison, le président
avait insisté pour que je lui donne un chiffre. Je lui avais alors
promis d'inscrire dix-huit buts. Il ne m'en manque donc plus qu'un et
j'espère que je le marquerai dès samedi à Orléans. Par fierté, nous ne
devons pas perdre, une deuxième fois, face à cette équipe qui avait gâché la fête du 80e anniversaire du club en décembre (défaite2-4 à Saint-Symphorien).

o Votre contrat court jusqu'en 2015. Mais serez-vous pour autant Messin, la saison prochaine ?
J'espère confirmer ce que j'ai apporté au club cette année au moins une saison. J'aime les défis ! Et celui du FC Metz en Ligue 2 me plaît beaucoup.

Jean-Sébastien GALLOIS.

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye