mis à jour le

Kéniéba : L’ORPAILLAGE TOUJOURS AU CENTRE DES SOUCIS

Le  gouverneur de la Région de Kayes, le colonel Salif Traoré, vient de visiter le cercle de Kéniéba où il a rencontré l'administration, les politiques, les responsables des sociétés minières et les populations.

Pour sa deuxième sortie dans la Région après Nioro du Sahel, le  gouverneur s'est rendu à Loulo, Gounkoto, Djambayé et Kéniéba dans le cadre d'une visite dans les zones minières et de prise de contact avec les autorités administratives, politiques et les habitants du cercle.

Après s'être rendu dans les trois sociétés minières du cercle, en compagnie du préfet, de la présidente du conseil de cercle et des maires de Sitakily et Kéniéba, Salif Traoré a présidé le 30 avril, une rencontre dans la salle de conférence du conseil de cercle.

Le préfet du cercle, ElHadji Oumar Cissé, a dans son discours de bienvenue, dressé une monographie sommaire de la circonscription, avant d'évoquer les difficultés auxquelles sont confrontées ses habitants.

Durant la rencontre, il a surtout été question de l'orpaillage traditionnel, une activité exercée depuis toujours dans la zone, mais qui prend des proportions inquiétantes aujourd'hui. Tout en reconnaissant l'apport important de l'orpaillage à l'économie locale, voire à l'économie nationale, le gouverneur a insisté sur les multiples méfaits qu'engendre l'activité aujourd'hui. Pour le chef de l'exécutif régional, la recherche effrénée du métal précieux pose aujourd'hui un vrai problème de sécurité. Elle engendre une forte pollution environnementale avec l'utilisation de produits chimiques dangereux pour la vie des hommes et des animaux (mercure et cyanure), avec le recours à des machines détectrices de l'or et à des machines concasseuses, les fameux « les cracheurs » qui détruisent, chaque jour les très fertiles terres cultivables et le couvert végétal. En outre,  l'orpaillage obstrue les lits des cours d'eau. S'il est pratiquement impossible d'interdire l'activité, il y a urgence à l'organiser et à la règlementer, a jugé le gouverneur.

Evoquant l'organisation des élections à venir, le colonel Salif Traoré s'est réjoui du fait qu'à Kéniéba, des dispositions pratiques ont été déjà prises par le préfet et son équipe  dans le cadre de l'organisation des scrutins.

Pour revenir aux mines, signalons que le gouverneur a inauguré un bâtiment qui servira désormais de maison d'hôtes à Kéniéba. L'infrastructure a été réalisée par le complexe minier Loulo/Gounkoto de Randgold Resources pour 20 millions de Fcfa.

La cérémonie a donné l'occasion au préfet d'évoquer certaines réalisations du même complexe minier Loulo/Gounkoto : la construction courant 2012-2013, du mur d'enceinte de la résidence du préfet pour un coût de 3,8 millions de Fcfa, l'amélioration du système d'adduction d'eau de la ville de Kéniéba grâce à un forage d'une capacité de 18 m3/s et l'installation d'un compteur performant, le tout pour un investissement de  30 millions de Fcfa, la rénovation de trois salles de classe et leur transformation en salles informatiques au lycée de la ville pour un coût de 10 millions de Fcfa.

M. F. SISSOKO

AMAP-Kéniéba

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Kenièba

La Rédaction

Kéniéba : LES CADENCES INFERNALES DE L’ORPAILLAGE

Kéniéba : LES CADENCES INFERNALES DE L’ORPAILLAGE

L'Indépendant

Après le licenciement de 72 agents chez Endeavour Mining à Kéniéba : La CSTM saisit la Direction régionale du Travail restée  muette sur la question

Après le licenciement de 72 agents chez Endeavour Mining à Kéniéba : La CSTM saisit la Direction régionale du Travail restée muette sur la question