mis à jour le

Agences de communication : LE GPAC A LA CROISEE DES EVOLUTIONS

Le Groupement professionnel des agences de communication (GPAC) a tenu vendredi dans les locaux du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), sa 3è assemblée générale ordinaire. L'ouverture de la rencontre était co-présidée par Alassane Souleymane, conseiller technique représentant le ministre de la Communication, et Mamadou Sidibé, le président du CNPM. A leurs côtés au présidium, le président du GPAC, Amadou Moustapha Diop, et le secrétaire général du groupement, Sidi Daniogo. On notait également la présence de plusieurs responsables d'agences de communication et de leurs partenaires.

A sa création en septembre 2010, le GEPAC comptait une trentaine d'agences de communication. Aujourd'hui, le Groupement en revendique 54. Pour le secrétaire général du GPAC, cette évolution constitue une avancée considérable pour le secteur. Cependant, en dépit de ce progrès notable enregistré aussi bien  dans le nombre que dans le fonctionnement de ces agences, celles-ci font face à un certains nombre de problèmes. La première de ces difficultés est juridique et se rapporte à des textes censés régir la profession. Pour Sidi Daniogo, ces textes qui datent des années 1980 sont aujourd'hui « dépassés ». Ils nécessitent d'être relus pour les adapter aux réalités du moment. Pour lui, cette relecture permettra d'apporter des clarifications en ce qui concerne les différents acteurs du secteur et les conditions d'exercice du métier.

 Autre problème relevé à la fois par le président et le secrétaire général du Groupement : l'absence de représentants du GPAC dans les instances chargées de la régulation. « On ne saurait réguler un secteur en l'absence de ses principaux acteurs », ont-il lancé.

Sidi Daniogo a toutefois reconnu que le Groupement est présent dans les discussions qui sont ouvertes sur la loi sur l'audiovisuel et celle portant régime de la publicité. Cette participation permettra aux agences de plaider pour des réformes qu'elles jugent indispensables à la bonne marche du secteur.

La régulation du secteur paraît nécessaire car depuis quelques années le secteur a enregistré une prolifération d'agences qui opèrent dans un environnement peu encadré et peu propice à l'expression du professionnalisme et au respect des textes et des règles.

Le président du GPAC, a lui, rappelé l'importance, le rôle et surtout l'apport croissant des agences de communication à l'économie nationale en terme financier. Elles participent au développement du secteur en y injectant chaque année plusieurs centaines de millions de Fcfa. Amadou M. Diop a insisté sur ses inquiétudes sur l'application de textes, et surtout sur la composition de la future Haute autorité de contrôle de l'audiovisuel dont le GPAC pourrait être exclu.

Sur ce point, le représentant du ministère de la Communication s'est montré rassurant. « Dans la bataille que vous menez pour éviter votre exclusion programmée dans la composition de la future Haute autorité de contrôle de l'audiovisuel, je peux vous assurer que l'Etat en sa qualité de puissance publique veillera à la définition de principes et règles justes, équitables qui seuls peuvent assurer le fonctionnement de ce nouvel organe à créer », a indiqué Alassane Souleymane. Il a ensuite réitéré le souhait du département de refonder un pacte de confiance avec les agences de communication.

Cette assemblée générale a été l'occasion pour le GPAC de faire le point des activités déjà exécutées et celles en projet. Parmi celles-ci, la validation d'un plan de communication par le département de la Communication, l'établissement d'une charte de bonne conduite, la participation du Groupement à l'élaboration des textes portant création de la Haute autorité de l'audiovisuel.

Mamadou Sidibé du CNPM a, de son côté salué le dynamisme du GPAC qui est le dernier groupement professionnel à adhérer au CNPM qui en compte une cinquantaine. Il a promis le soutien du conseil aux agences dans leur combat pour leur reconnaissance et leur participation aux instances de décision du secteur.

Selon le constat du GPAC, 90% des agences membres du groupement sont réellement en activité.

Mh. TRAORE   

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

communication

AFP

La justice française autorise la communication de l'acte de naissance complet d'Ali Bongo

La justice française autorise la communication de l'acte de naissance complet d'Ali Bongo

AFP

Burkina: l'ex-ministre de la Communication de Compaoré écroué pour malversations

Burkina: l'ex-ministre de la Communication de Compaoré écroué pour malversations

ondes brouillées

Affairisme et cliéntélisme dans les médias publics tunisiens

Affairisme et cliéntélisme dans les médias publics tunisiens