mis à jour le

Chef de file de l'Opposition : Le budget de 75 millions est insuffisant

Les responsables des partis politiques de l'opposition se sont réunis en séance de travail le mardi 07 mai 2013 à partir de 18h10 mn dans la salle de conférence du Chef de file de l'opposition au Burkina Faso (CFOP). Ils ont échangé autour de quatre points.

Le premier point est relatif à un débriefing des travaux des groupes parlementaires UPC et ADJ sur le projet de loi portant organisation et fonctionnement du parlement

L'Assemblée Nationale devant examiner le projet de Loi sur l'organisation et le fonctionnement du parlement le 21 mai 2013, les députés des partis de l'opposition présents à l'Assemblée Nationale et organisés en groupes parlementaires ADJ (Alternance, Démocratie et Justice) et UPC (Union pour le Progrès et le Changement) ont estimé nécessaire de se concerter afin d'harmoniser leurs points de vue sur ce projet qui prévoit la mise en place du Sénat. La séance de concertation s'est tenue le 02 mai 2013 à Kombissiri. Cette rencontre a connu la participation du Chef de File de l'Opposition Politique, Monsieur Zéphirin DIABRE.

Suite à cette rencontre de Kombissiri, les parlementaires de l'opposition ont mandaté une délégation, pour débriefer les responsables des partis de l'opposition. Conduite par le député Ibrahim Koné, la délégation a fait un compte rendu exhaustif des discussions, et présenté les principales conclusions auxquelles les parlementaires de l'opposition sont parvenus. Il en ressort, que les parlementaires de l'opposition ont décidé de rejeter en bloc le projet de loi sur la mise en place du Sénat, pour les principales raisons suivantes :

o Selon le gouvernement, la création du Sénat répond à une nécessité de consolider notre démocratie à travers le renforcement du rôle des collectivités territoriales dans les instances législatives. Malheureusement, il ressort que le Sénat tel que proposé n'accorde aucun rôle prépondérant aux collectivités territoriales. En effet, sur les 91 Sénateurs annoncés, seulement 39 seront élus par les collectivités territoriales. Les 52 autres Sénateurs seront nommés. Le Sénat prévu est empreinte d'une telle légèreté qu'il sera même soumis à l'Assemblée Nationale.
o Le Gouvernement consacrera environ 6 milliards de francs CFA par an pour le fonctionnement du Sénat. Pour un pays dont les ressources sont limitées et dont les populations font face de manière permanente à la cherté de la vie, les ressources devraient être utilisées pour répondre ne serait-ce que partiellement aux revendications légitimes des travailleurs et des étudiants ;
o A titre de comparaison, les démocraties performantes d'Afrique comme le Ghana et l'Ile Maurice n'ont pas eu besoin de Sénat. A contrario, le Burkina Faso qui, en 1991 a pris l'option de créer une deuxième chambre, l'a ensuite supprimée. Le Sénégal qui en a fait l'expérience est revenu à la raison.
o Le projet de loi portant organisation et fonctionnement du parlement comporte des dispositions contraires à notre constitution.
o Enfin une enquête réalisée par Afro baromètre souligne que seulement 23% des burkinabè se disent favorables à la mise en place du Sénat.

Au regard de ce qui précède les députés de l'opposition proposent de conduire les actions ci-après :
- La publication d'une déclaration pour demander à tous les démocrates de faire front commun pour empêcher la mise en place du Sénat ;
- Le boycott des travaux en commission et en plénière sur la question ;
- La prise de dispositions utiles pour impliquer les militants et sympathisants de l'opposition et d'autres composantes de la société dans une lutte collective pour dénoncer la mise en place d'un Sénat au Burkina Faso.
- Les responsables des partis politiques de l'opposition ont d'abord tenu à féliciter les députés de l'opposition pour avoir su, depuis le début de la législature, travailler en complète harmonie, donnant ainsi l'image d'une opposition unie face à la majorité.

Ils ont en outre présenté à la délégation leurs remerciements pour l'idée même de la séance de débriefing, toute chose qui indique le fort esprit de concertation qui existe désormais entre les parlementaires de l'opposition et les partis politiques de l'opposition.

Ils ont enfin souligné avec force leur adhésion totale aux conclusions de la rencontre de Kombissiri et pris la ferme résolution de prendre très rapidement les initiatives qui s'imposent, pour mener, en liaison étroite avec les parlementaires de l'opposition, des actions concrètes en vue de s'opposer au vote de cette loi sur le Sénat.

Le deuxième point de l'ordre du jour concerne la situation financière du Chef de file de l'opposition (CFOP) en tant qu'institution.

Le Chef de File de l'Opposition a, dans un souci de transparence, informé les responsables des partis de l'opposition du déblocage par l'Assemblée Nationale de la subvention annuelle forfaitaire de 75 millions accordée au CFOP-BF. Il a rappelé que le CFOP-BF est la seule institution qui n'a pas le privilège de défendre un budget auprès du Ministère des Finances, ce qui l'oblige à fonctionner grâce uniquement à l'aimable générosité du Président de l'Assemblée Nationale, qui lui alloue cette subvention puisée de la rubrique des transferts courants de son budget.

Les grandes rubriques des dépenses ont été présentées. Il ressort de l'examen de la situation financière du Chef de file de l'opposition que celui-ci ne dispose pas de ressources suffisantes pour permettre à l'opposition de jouer pleinement son rôle.

En effet, les ressources allouées permettent à peine de couvrir les charges de fonctionnement du CFOP-BF : salaires du personnel, loyer, eau, électricité, téléphone, carburant, etc. Dans le cadre de l'élaboration du projet de budget pour l'année 2013, les charges ont été comprimées à la limite du raisonnable dans l'espoir de dégager un minimum de ressources pour le financement des activités de l'opposition.

Malheureusement, l'enveloppe disponible pour mener des actions concrètes de l'opposition sur le terrain s'élève à seulement 5 millions de francs. Cette enveloppe ne suffit pas pour concevoir et mener un Programme minimal d'activités pour le reste de l'année.

Les responsables des partis de l'opposition ont estimé que cette situation était intenable, et ont mandaté le CFOP-BF pour poser auprès des autorités compétentes, la question de l'autonomie financière de l'institution, et celle de la clarification de son statut comme institution devant fonctionner et être financée selon les procédures réservées à toutes les autres institutions de la République.

Ils ont en outre convenu que pour la crédibilité du CFOP-BF, il est important que les partis de l'opposition adoptent et mettent en application une stratégie de mobilisation de ressources permettant de soutenir un éventail plus important d'activités propres de l'opposition.

Le troisième point a porté sur les aspects organisationnels de l'opposition politique.

Sur ce point, le Chef de file de l'opposition a estimé nécessaire de commencer rapidement la concrétisation des différents chantiers qu'il a évoqués lors de sa prise de fonction le 17 avril dernier. Il s'agit de : o l'ancrage institutionnel du CFOP (une relecture des textes relatifs au CFOP-BF) ;
o l'adoption de règles minimales devant régir les rapports de travail entre les partis de l'opposition ;
o l'élargissement de la base socio politique du CFOP-BF, par l'établissement de relations solides avec les organisations non politiques ;
o l'élaboration d'une plate-forme minimale ;
o la formulation et la mise en ½uvre d'une stratégie de mobilisation de ressources ;

Les partis de l'opposition ont décidé de mettre en place un groupe de travail qui aura pour tâche d'approfondir l'examen des points cités plus haut et de faire des recommandations et propositions d'actions.

Le dernier point a concerné divers sujets

Le Chef de file de l'opposition a proposé d'instituer une rencontre mensuelle des responsables des partis de l'opposition chaque 1er mardi du mois. Chaque rencontre devra être sanctionnée par un compte rendu qui sera porté à la connaissance des militants, sympathisants et de la population. En sus de cette rencontre statutaire, des rencontres extraordinaires seront organisées chaque fois que de besoin.

Le Chef de file de l'opposition a aussi proposé l'instauration d'une rencontre trimestrielle avec les commissaires de l'opposition dans le cadre d'une séance de travail relative aux activités de la CENI.

Le Chef de File de l'Opposition a informé les responsables des partis que conformément aux habitudes, il a initié des demandes d'audience auprès d'un certain nombre de personnalités et d'institutions en vue d'une visite de courtoisie. Dans un esprit de cohésion, il a souhaité que des responsables de partis de l'opposition se joignent à lui lors de ces audiences.

Enfin le Chef de File de l'Opposition a informé les responsables des partis de l'opposition qu'il organisera un point de presse mensuel tous les premiers jeudis du mois, dans le but de faire le point de l'évolution de la dynamique d'ensemble de l'opposition avec les hommes de médias. Le premier point de presse est prévu pour se tenir le jeudi 16 mai 2013 au siège du Chef de file de l'opposition. Pour ces points de presse, le Chef de file de l'opposition sera accompagné d'une délégation restreinte de responsables de partis politiques de l'opposition.

Le Président de l'UDPS, Djéjouma Sanou, qui a représenté le Chef de file de l'opposition à la 16ème journée nationale du paysan (JNP) tenue du 25 au 27 avril 2013 à Banfora a fait un compte rendu oral de sa participation à la cérémonie d'ouverture.

La séance de travail a pris fin à 21h00.

Le Chargé de la Communication et de l'information du Chef de file de l'opposition
Amidou KABRE

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

chef

AFP

Mali: nouvel ajournement du procès du chef de l'ex-junte Amadou Sanogo

Mali: nouvel ajournement du procès du chef de l'ex-junte Amadou Sanogo

AFP

Mali: devant la cour d'assises, le chef de l'ex-junte "a le moral"

Mali: devant la cour d'assises, le chef de l'ex-junte "a le moral"

AFP

Mali: le chef de l'ex-junte Amadou Sanogo "prêt" pour son procès

Mali: le chef de l'ex-junte Amadou Sanogo "prêt" pour son procès

budget

AFP

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

AFP

Budget au point mort et crise monétaire au Nigeria: Buhari critiqué pour son immobilisme

Budget au point mort et crise monétaire au Nigeria: Buhari critiqué pour son immobilisme

AFP

Maroc: les députés votent le budget 2014, incidents devant le Parlement

Maroc: les députés votent le budget 2014, incidents devant le Parlement