mis à jour le

Yèrèkkooodoo : Un terme de campagne xénophobe très usité par un ex-Pm

Yèrèkkooodoo ! C'est là un vocable à la mode  et utilisé comme un refrain par l'ancien Premier ministre, candidat déclaré  aux élections avortées de 2012,  à toutes les rencontres avec les  communautés.

 

 

Ce langage de division et de haine doit être banni du langage politique dans un pays qui n'a encore pas fini de panser  ses plaies. Ici au  Mali, nous sommes tous frères et  s½urs. Nous nous devons de   cultiver l'amour, l'entente entre les Hommes, seule chose qui peut nous grandir.

 

 

Evitons la stigmatisation, elle peut porter  préjudice à votre  éligibilité. Bannissez de votre  langage, Monsieur l'ex-Pm, l'usage des vocables comme Yèrèkkooodoo qui  jettent un discrédit sur votre personne en tant que candidat potentiel à l'élection présidentielle 2013. Ce vocable  que vous  utilisez à chacune de vos sorties  sur le terrain à la rencontre  des populations.

 

 

Il faut alors s'unir pour bâtir et non diviser pour régner ; et bâtir  un royaume de parents et amis. Le Mali, terre  de nos  ancêtres, n'a pas besoin de divisions. Il faut que cet ex-Pm comprenne  cela et qu'il se ressaisisse,  alors qu''il est encore temps.

 

 

Le Mali a souffert de déchirures et le mot de campagne qu'on vous attribue (Yèrèkkooodoo) ne fera qu'agrandir la plaie encore béante qui risque, si l'on y prend pas garde, de durer avant de se cicatriser. Nous avons aujourd'hui besoin de nous réconcilier dans la vérité et permettre à ceux qui ont les moyens et les capacités de remettre le pays au travailler ; de gouverner en faisant fi d'appartenances régionales ou ethniques, entres autres.

 

 

Yèrèkkooodoo est un vocable qui ne devrait pas sortir de la bouche d'un Homme qui a exercé de hautes responsabilités dans ce pays et à qui un nombre considérable  de Maliens croient encore.

 

 

Le mot Yèrèkkooodoo qu'on vous attribue est repris en refrain depuis une année dans certaines contrées que vous avez sillonnées et où l'expression est reprise avec  un rire moqueur, comme pour dire que  vous amusez la galerie, parce que  vous manquez de projet de société pour le Mali.

 

 

Vous n'avez pas compris et vos mentors  de même n'ont pas  compris  que ce mot de campagne peut être un couteau à double tranchant.

 

 

Vos détracteurs, très nombreux, ont saisi la «bombe» pour la retourner contre vous et le coup semble avoir pris. Car, beaucoup de ceux qui croyaient en vous, commencent à retourner leurs vestes, parce que vous n'incarnez plus l'Homme d'Etat qu'ils croyaient.

 

 

Le Mali se veut Un et Indivisible et vous, vous dites Yèrèkkooodoo. Ce terme  vise à rassembler autour de votre personne ceux qui ont les mêmes origines, la même appartenance. Cela n'est pas du tout compréhensible de la  part d'un personnage qui veut rassembler autour de lui la majorité des Maliens.

 

 

Nous ne désespérons pas encore et sommes convaincus  que vous allez  prendre votre courage  et faire votre mea-culpa au peuple malien. Car, nombreux sont les Maliens qui pensent que vous serez dans le tiercé gagnant ; que vous serez le gagnant ou le faiseur de rois. Vous êtes conscient de vos responsabilités vis-à-vis de ce grand Mali et vous semblez être dans la cour des Grands. Faites en sorte que vous  y restiez. Changez de langage alors qu'il est temps.

 

 

Bara de DARA

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

campagne

AFP

Référendum en Mauritanie: l'unique parti appelant au non dénonce une campagne "inégalitaire"

Référendum en Mauritanie: l'unique parti appelant au non dénonce une campagne "inégalitaire"

AFP

Angola: début officiel de la campagne pour les élections d'août

Angola: début officiel de la campagne pour les élections d'août

AFP

Mauritanie: ouverture de la campagne pour le référendum constitutionnel

Mauritanie: ouverture de la campagne pour le référendum constitutionnel