mis à jour le

Si l’éducation coûte cher, essayez donc l’ignorance*

Le système d'éducation nationale, selon l'article 27 de la loi d'orientation sur l'éducation nationale n°04-08 du 23/01/2008, est constitué du préparatoire, du primaire, du moyen et du secondaire général et technologique. Le préscolaire intervient en amont de l'éducation préparatoire (art. 38) i.e. entre trois et cinq ans. Ensuite, l'enfant est préparé à intégrer le cycle obligatoire. Le préscolaire n'est pas obligatoire (art. 41) comme le secondaire, mais l'Etat se doit de le développer. Le privé est concerné par l'éducation préparatoire (art. 42). Sa généralisation fut évoquée par mimétisme avec les pays qui pensent leurs actions, particulièrement l'éducation considérée comme le socle inégalable de la formation des futurs citoyens pétris de savoir scientifique, de rationalisme, d'humanisme et de civisme où l'esprit critique et l'ouverture sur l'autre jouent un rôle prépondérant. L'Algérie des Constitutions a peu à voir avec la réalité. Non pas faute de moyens, mais que ses gestionnaires, formés dans le mépris du savoir comme s'ils en étaient naturellement dotés, n'ont pas pu se doter d'une perception compréhensive de l'Etat, de la société et de ses besoins d'évolution : la rivalité entre clans prime sur celle entre nations. Ils n'enorgueillissent du nombre de bâtisses... et d'avoir un fort taux de scolarisation de filles... qu'ils minorent. Ils s'inquiètent moins des taux de déperdition, d'échec scolaire, ou des niveaux cognitifs insultants à tous les cycles, y compris l'université, de la qualité douteuse des programmes et des formateurs... On a bien enterré la réforme de 2000 ! Qu'enseigne-t-on dans le préscolaire, par qui et dans quelles conditions ? Que fait la mosquée ici ? Amarrée au conservatisme religieux et à l'identitarisme arabiste, l'école ne forme plus pour l'avenir mais pour le passé, elle ne forme plus à la science mais à l'irrationnel, elle ne forme plus à l'esprit critique mais à l'apologie, elle ne forme pas à la créativité mais à l'imitation des salaf. Elle ne forme pas à la citoyenneté mais à la sujétion, elle ne forme pas à la liberté individuelle ni à la responsabilité !Le frêle enfant y trouve-t-il réconfort en retrouvant sa langue maternelle ou la diversité linguistique ? Le délabrement du système éducatif et de santé autant que le déchirement de la société en témoignent. Puisqu'on n'arrive pas à la réformer, ne vaut-il pas mieux exposer nos enfants le plus tard possible à cette école pour leur préserver au moins le bon sens ? * Abraham Lincoln  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien