mis à jour le

Procès en cascades, rejet à l’APR QUI VEUT LA PEAU D’EL HADJI MALICK GUEYE ?


L'ancien député libéral du département de Kaolack broie du noir, au lendemain de la chute du régime de Wade. Déchu de son mandat de parlementaire et de son poste de conseiller de l'ancien président de la République pour le Moyen Orient , l'homme qui est passé, entre temps, au parti au pouvoir, fait face à une cascade de procès et d'obstruction à l'APR, au point de faire croire à ses partisans qu'il serait victime d'une conspiration, pour l'empêcher de briguer la présidence du conseil rural de son bastion de Latmingué.
Après ses anciens frères du PDS qui le vouent désormais aux gémonies, l'ancien président de la fédération libérale du département de Kaolack El Hadji Malick Gueye est, aujourd'hui, dans le collimateur de ses nouveaux camarades du parti de Macky Sall, notamment, de l'opérateur économique Emile Wardini, comme lui, natif de Latmingué. Le verdict du procès opposant les deux hommes qui est tombé, ce mercredi, condamnant le premier à 3 mois avec sursis et 500 000 FCFA de dommages et intérêts, pour diffamation, est loin de clore le différend. D'abord, l'ancien député libéral a interjeté appel du délibéré, réitérant sa ligne de défense d'une volonté de l'homme d'affaires de le nuire dans son fief, en incitant les populations à ne pas payer l'eau qu'elles reçoivent du forage qu'il a réalisé avec ses partenaires émirati, pour la somme de 153 millions. Ensuite, cet adversaire lui aurait servi une autre plainte concernant sa gestion de l'ouvrage hydraulique. Enfin, les proches de l'homme politique voient, derrière cet acharnement judiciaire, une volonté de l'empêcher de briguer le fauteuil de PCR de Latmingué. L'affaire qui défraie la chronique au Saloum déchaine, par la même occasion, les passions. «Comment peut-on s'en prendre à un homme qui s'est, personnellement, investi pour nous amener une route de plus d'un milliard de FCFA, un forage coûtant 153 millions desservant Latmingué et les villages environnants avec comme instruction la gratuité de l'eau pour les édifices publics et les lieux de cultes, en plus de payer, sur ses propres deniers, une dizaine d'enseignants arabes dans la communauté rurale», soutient Adja Binta Gningue, ancienne responsable départementale des femmes libérales du département et conseillère rurale. Certains de ses proches qui lui sont redevables, eu égard à ses multiples soutiens à la communauté rurale, ne comprennent pas cet acharnement à l'exclure du champ politique dans le Saloum. «Ces amis arabes qui comptaient construire une clinique médicale à Latmingué observent attentivement la suite judiciaire de cette affaire, avant de s'engager à nouveau, au profit de la localité», renseigne Lamine Sokhna, un des proches de l'ancien conseiller spécial de Wade.
Mamadou Diouf

REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

procès

AFP

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

AFP

RDC: suspension du procès en appel de l'opposant Katumbi

RDC: suspension du procès en appel de l'opposant Katumbi

AFP

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

peau

AFP

Après l'ivoire, la peau des ânes africains au coeur d'un trafic meurtrier

Après l'ivoire, la peau des ânes africains au coeur d'un trafic meurtrier

AFP

Joueur africain 2015: Aubameyang en route pour la finale, dans la peau du favori

Joueur africain 2015: Aubameyang en route pour la finale, dans la peau du favori

AFP

Swaziland: l'industrie textile se rétrécit comme peau de chagrin

Swaziland: l'industrie textile se rétrécit comme peau de chagrin