mis à jour le

Les candidats indépendants interdits d’élections locales La société civile tape sur la table et demande à Macky Sall de respecter sa promesse


Si on se fie à la loi électorale, seuls les candidats issus des formations politiques légalement reconnues par le ministère de l'intérieur, sont autorisés à participer aux élections. Cette interdiction constituerait une insulte à la citoyenneté, selon les responsables du mouvement «CI LAA BOKK».
En conférence de presse, hier, Me Mame Adama Gueye, un des initiateurs de ce projet, n'a pas manqué de dénoncer cette loi, qu'il juge discriminatoire. «Cette situation est inacceptable au stade actuel de notre démocratie. Le combat mené par tous et dans le respect de nos valeurs, nos diversités, nous a appris qu'il n'y a pas de citoyens de seconde zone dans notre pays. Il n'est pas donc ni normal, ni moral qu'un citoyen, dans sa communauté locale, mobilisé pour le mieux- être des populations, ne puisse pas se présenter aux élections locales, même si telle est sa volonté et celle de sa communauté», dira-t-il. Cheikh Tidiane Dieye du même mouvement précisera que «l'interdiction totale des candidatures indépendantes constitue une insulte à la citoyenneté. «Personne ne doit être obligé de solliciter le parrainage d'un parti politique pour avoir le droit d'exercer une prérogative essentielle attachée à la citoyenneté, en l'occurrence, le droit de prétendre à un mandat électif», a-t-il fait savoir. Me Mame Adama Gueye demande au Président Sall de respecter la charte des assises nationales pour éviter de se dédire. «Les assises nationales ont, d'ailleurs, clairement consacré la possibilité, pour les citoyens non organisés dans des partis politiques, de participer à tous types d'élections. En signant la charte de gouvernance démocratique, les parties prenantes se sont expressément engagées à traduire en acte cette recommandation et le président Macky Sall fait partie des signataires», a-t-il révélé à la presse. L'initiative CI LAA BOKK a pour objectif d'amener l'ensemble des citoyens sénégalais à s'impliquer activement pour corriger cette anomalie de la loi électorale. D'ailleurs, ce mouvement a rencontré le président de l'assemblée nationale, pour inciter les députés à voter un projet de loi qui va permettre aux candidats indépendants de participer aux prochaines locale prévues en mars 2014.
Khalil DIEME
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

interdits

AFP

Tchad: l'opposition maintient ses rassemblements interdits avant l'investiture de Deby

Tchad: l'opposition maintient ses rassemblements interdits avant l'investiture de Deby

AFP

Burundi: les motos-taxis interdits au centre de Bujumbura après une journée de violences

Burundi: les motos-taxis interdits au centre de Bujumbura après une journée de violences

AFP

Nigeria: les chevaux interdits dans le nord-est après des attaques de Boko Haram

Nigeria: les chevaux interdits dans le nord-est après des attaques de Boko Haram

société

AFP

France Télé accusé de diffamation par une société liée au groupe Bolloré

France Télé accusé de diffamation par une société liée au groupe Bolloré

AFP

Sénégal: le frère du président Sall démissionne d'une société pétrolière

Sénégal: le frère du président Sall démissionne d'une société pétrolière

AFP

Soudan du Sud: des membres de la société civile menacés après la visite de l'ONU

Soudan du Sud: des membres de la société civile menacés après la visite de l'ONU