mis à jour le

INPS : UNE BONNE ANNEE 2011

L'Institut a enregistré un bilan total de 114,3 milliards Fcfa et un excédent de 13,5 milliards Fcfa contre 11,6 milliards de Fcfa en 2010

Le début de la décennie passée avait été très difficile pour l'Institut national de prévoyance sociale (INPS) qui, en 2000, avait connu une grave crise de trésorerie faisant peser de cruelles incertitudes sur sa survie. Mais aujourd'hui, le temps des vaches maigres est révolu à l'INPS. Les résultats obtenus ces dernières années attestent d'une bonne santé financière de la structure. L'information a été confirmée aux administrateurs par le secrétaire général de l'Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), Siaka Diakité, président du conseil d'administration de l'INPS.

C'était à la faveur des travaux de la 72è session ordinaire de ce conseil d'administration comptant pour l'année 2011, tenus en présence du directeur général de l'INPS, Bréhima Noumoussa Diallo, et de l'ensemble des administrateurs. La session intervient 72 heures après deux autres (70è et 71è) qui avaient traité de la gestion de l'Assurance maladie obligatoire (AMO) et du projet de budget pour l'année 2013.

Le régime de protection sociale est l'une des composantes de la chaîne de solidarité dont bénéficient les travailleurs des secteurs public, parapublic et privé dans note pays. De sa création en 1956 à nos jours, l'Institut a mission de promouvoir la protection sociale et de protéger les travailleurs et leurs ayants droits, de certains risques : les charges familiales, les accidents du travail et les maladies professionnelles, la vieillesse, l'invalidité ou encore le décès. Ces différents régimes sont financés par les cotisations payées par les travailleurs, mais aussi par les employeurs.

L'Institut se porte bien aujourd'hui. Il enregistre un bilan total de 114,3 milliards Fcfa et un excédent de 13,5 milliards Fcfa en 2011 contre 11,6 milliards de Fcfa en 2010. Soit un taux de progression de 16,06%. Cette dynamique s'est poursuivie dans le temps. Ce qui a permis à l'INPS de faire face au paiement régulier de prestations de plus en plus importantes et au renforcement du niveau des réserves techniques. Cette performance tient à l'engagement et à la détermination du personnel de l'institut, a souligné le président du conseil, tout en relevant que cette dynamique contribuera à renforcer la crédibilité de l'Institut au sein des organismes de prévoyance sociale de la Convention internationale de la prévoyance sociale (CIPRES).

Siaka Diakité s'impose cependant la prudence quant à l'avenir de l'institut qui n'est nullement à l'abri du mauvais temps. En effet, des écueils surgissent au niveau des régimes, notamment le régime maladie. Le résultat de ce régime se dégrade très vite en passant d'un excédent de près de 2 milliards Fcfa à un déficit de près de 3,5 milliards Fcfa en 2011. A ce propos, l'avènement de l'Assurance maladie obligatoire (AMO) marque un tournant dans la vie de l'INPS avec la suppression du régime de protection contre la maladie et le transfert à la Caisse nationale d'assurance maladie (CANAM) de son financement de 2% alors que l'ensemble des charges sont maintenues et financées par les excédents d'autres régimes.

Cette situation entraine inéluctablement l'Institut vers un déficit global mettant en cause même la pérennité du système et la viabilité des prestations à l'avenir. Le résultat technique du régime vieillesse est presque en équilibre passant de – 4,18 milliards de Fcfa en 2010 à - 130,2 milliards de Fcfa l'année d'après, soit une amélioration de 96,8%. C'est pourquoi Siaka Diakité a invité la direction et le personnel à redoubler d'efforts afin que l'Institut continue de mériter la confiance des partenaires sociaux et des plus hautes autorités.

Un défi énorme qui, du point de vue du Siaka Diakité, est à la portée de l'Institut. « Ce pari, nous pouvons le gagner car nous sommes tous animés d'un même idéal, celui de faire de l'Institut, un établissement solide pour le bien être des travailleurs de notre pays », a assuré le président du Conseil d'administration de l'INPS.

Siaka Diakité a souhaité la bienvenue aux nouveaux administrateurs et remercié les sortants pour le travail accompli, avant de souhaiter une bonne continuation à ceux dont le mandat vient d'être renouvelé.

L. DIARRA

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A