mis à jour le

A Bangui, des portraits de personnalités centrafricaines, dont Bokassa. AFP/Désirey Minkoh
A Bangui, des portraits de personnalités centrafricaines, dont Bokassa. AFP/Désirey Minkoh

Affaire DSK: sexe et politique à la sauce gombo

Strauss-Kahn est bien connu en Afrique. Les frasques d'un politique, quoi de plus habituel? Sauf que sur le continent, les puissants échappent à la justice...

Mise à jour du 11 décembre 2012: C’est l'épilogue d'une saga judiciaire qui aura duré près de dix-neuf mois. Nafissatou Diallo, la femme de chambre guinéenne, qui accusait Dominique Strauss-Kahn, ancien président du Fonds monétaire international (FMI), d'agression sexuelle, a remercié le 10 décembre «Dieu et tous ceux qui l'ont soutenue à travers le monde», en sortant de  l'audience à New York où un accord au civil a été annoncé, rapporte Le Monde

Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo sont parvenus à un accord négocié qui met fin aux poursuites civiles. Dans un article paru quelques jours auparavant, le quotidien français avait avancé le chiffre de six millions de dollars. Les termes de l'accord resteront «confidentiels», a précisé le juge, à l'issue d'une audience où étaient présents Nafissatou Diallo, ses avocats, et ceux de Dominique Strauss-Kahn.

****

Un jour dans une chambre d’hôtel de New York, l’un des hommes politiques les plus puissants du monde, Dominique Strauss-Kahn, aurait croisé le chemin d’une femme de chambre d’origine africaine. Que s’est-il passé ce 14 mai 2011 à la sortie de la douche du président du Fonds monétaire international (FMI)? A-t-il agressé l'employée? L'a-t-il violée? Gardons-nous bien de trancher cette épineuse question. Laissons la justice américaine se prononcer sur cet homme aujourd'hui inculpé de tentative de viol.

Quoi qu’il en soit, le résultat est là: spectaculaire. Dominique Strauss-Kahn ne passe plus ses nuits dans des suites. Mais dans une prison américaine. En Afrique, ce drame américano-franco-africain fascine. Le patron du FMI n’est pas un inconnu sur le continent. Loin de là. Les Africains savent qu’il est l’un des hommes les plus influents du monde. Tout particulièrement en Afrique, le FMI joue un rôle essentiel. Il est courtisé par presque tous les chefs d’Etat. Un allègement de la dette est toujours bon à prendre. Dans les années 1990, le FMI a dicté sa politique à des dizaines de pays africains. Il leur a notamment demandé de réduire les dépenses de l’Etat. Souvent les économies préconisées par le FMI se sont traduites par des réductions des budgets de santé ou d’éducation. Le FMI n’avait pas toujours bonne presse. Même si, depuis quelques années, il a changé de cap: il a adopté une «vision du monde plus sociale».

Strauss-Kahn est d’autant moins un inconnu sur le continent que l’Afrique francophone se passionne pour la vie politique française. Alors apprendre que le tout-puissant DSK croupit en prison a vraiment de quoi surprendre cette région du monde.

Les frasques de Bokassa

Déjà l’affaire Monica Lewinsky avait étonné. Comment Bill Clinton, très populaire sur le continent, avait pu voir vaciller son trône à cause d’une «affaire de cigare»? En Afrique, les dirigeants se permettent bien davantage de privauté. Lors de mon récent séjour à Bangui, les Centrafricains se plaisaient encore à narrer les frasques de l’empereur Bokassa (au pouvoir de 1966 à 1976).

«Si une femme lui plaisait, il la prenait. Il pouvait même jeter son mari en prison afin d’avoir le champ libre. Du coup, les Banguissois évitaient de sortir en ville avec leur femme préférée. Ils préféraient la cacher à la maison. Pour les sorties officielles, ils se déplaçaient avec une femme qui les intéressait moins», m’explique Lucien, un enseignant de Bangui.

Bokassa avait une affection particulière pour les femmes au teint clair. «Il lui est arrivé d’en séquestrer dans son palais et de ne les libérer qu’au bout de quelques années», explique l’écrivain Serge Félix N’Piénikoua. Fantasmes ou réalités? En tout cas, personne à l’époque n’a songé à prévenir la justice. L’idée aurait même fait rire. La justice était entièrement aux mains du despote.

D’autres dictateurs du continent avaient la réputation de pratiquer le droit de cuissage. Du Congolais Mobutu à l’Ougandais Idi Amin Dada, ils ont fait parler d’eux partout sur le continent avec des «exploits sexuels» que la morale réprouve.

Au Nigeria, le dictateur Sani Abacha (au pouvoir de 1994 à 1999) avait un goût prononcé pour les prostituées libanaises. Une addiction qui ne lui aurait pas porté chance. Selon la presse nigériane, il serait mort entre leurs bras après que l’une d’elles l’eut empoisonné.

L'abus de pouvoir se porte bien

Aujourd’hui, le comportement des hommes de pouvoir a-t-il changé en Afrique? Rien n’est moins sûr. Caroline D, une jeune journaliste africaine, me confiait récemment que dans son pays, la République démocratique du Congo (RDC), la condition des femmes ne s’était guère améliorée:  

«Encore à notre époque, c’est très mal vu pour une reporter de refuser de coucher avec un homme de pouvoir. Ça peut même se révéler dangereux, il prendra ça comme une offense personnelle. Un affront. Il peut réagir très violemment.»

Ailleurs, sur le continent, les femmes sont rarement en position de dire non aux puissants, les «big men», comme on les surnomme en Afrique anglophone. Même en Afrique du Sud, les plaintes pour viol contre le président Jacob Zuma ont donné lieu à de violents débats. La plaignante, une jeune séropositive, était régulièrement prise à partie par des militantes de l’ANC (Congrès national africain, le parti au pouvoir) qui criaient avec enthousiasme lors de manifestations de rue: «Nous aussi, nous voulons être violées par Jacob.»

Lorsque la victime d’abus sexuels est une «simple domestique», sa chance de faire entendre sa voix est presque nulle. Combien de fois des domestiques ont-elles été violées ou même tuées sans que cela ne donne lieu à procès?  

«Au Nigeria, un peu d’argent glissé à la police au bon moment et l’affaire est réglée, sans provoquer de grands émois», explique Ade, un Lagosien, choqué par les mauvais traitements infligés aux «petites bonnes».

A prisonnier VIP traitement VIP

Autre sujet d’étonnement en Afrique, le fait que DSK le magnifique soit logé à la même enseigne que le commun des mortels. Quiconque a visité une prison africaine sait qu’il existe le plus souvent un deux poids deux mesures. Certains prisonniers VIP vivent un peu comme à la maison. Des femmes viennent leur faire la cuisine ou l’amour. Ils sortent un peu selon leur bon plaisir. Seule obligation: rentrer le soir (à leur domicile du moment). Sous peine de mettre le directeur de la prison dans l’embarras. Un Dakarois, récemment sorti de prison, se félicitait devant moi de sa bonne fortune.

«Lors de mon incarcération, je me suis fait un nombre de contacts incroyable. J’avais été placé dans le carré VIP. Avec moi, il y avait des politiciens, des ministres, des hommes d’affaires puissants. Aujourd’hui, ces contacts me servent beaucoup. Je ne regrette vraiment pas ce séjour en prison.»

Pas sûr que DSK dresse le même constat à sa libération. Mais les Africains sont-ils les seuls à être effarés? Rien n’est moins sûr. En France aussi, les commentateurs s’étonnent de l’absence d’espace VIP pour DSK. Ils regrettent qu’il apparaisse à la télévision dans des habits froissés. Alors que ses amis soulignent à l’envie que DSK est si soucieux de sa personne. Selon la presse française, il affectionne les costumes à plusieurs dizaines de milliers d’euros. N’est-ce pas cruel de priver un homme de cette qualité des menus plaisirs de l’existence? L’image de la France n’est-elle pas menacée?

Les médias français ne se soucient guère de la victime présumée: quel est son état psychologique? Comment va réagir sa famille? Le sujet n’a pas l’air d’intéresser grand monde. Au fond, la France réagit un peu comme l’Afrique. Elle semble découvrir avec un certain effarement l’impensable, digne d’un feuilleton américain à rebondissements: les puissants ne seraient pas toujours au-dessus des lois.

Pierre Cherruau

 

A lire aussi:

- Affaire DSK: la famille de la victime présumée s'exprime, par Sabine Cessou

- Qui est vraiment Nafissatou Diallo?, par Sabine Cessou

- Le jardin des délices de DSK à Marrakech, par Ali Amar

- Chronique de Damien Glez: Affaire DSK: le sex...agénaire et la soubrette afro


L'affaire DSK: le dossier de Slate France

Pierre Cherruau

Pierre Cherruau a publié de nombreux ouvrages, notamment Chien fantôme (Ed. Après la Lune), Nena Rastaquouère (Seuil), Togo or not Togo (Ed. Baleine), La Vacance du Petit Nicolas (Ed. Baleine) et Dakar Paris, L'Afrique à petite foulée (Ed. Calmann-Lévy).

Ses derniers articles: Comment lutter contre le djihad au Mali  Au Mali, la guerre n'est pas finie  C'est fini les hiérarchies! 

affaire DSK

Affaire DSK

Que devient Nafissatou Diallo?

Que devient Nafissatou Diallo?

Coupé décalé

Quand Marine se confie à Nafissatou

Quand Marine se confie à Nafissatou

Vu de Conakry

Comment l'affaire DSK-Nafissatou Diallo est vue en Guinée

Comment l'affaire DSK-Nafissatou Diallo est vue en Guinée

Dominique Strauss-Kahn

Eco-people

Les amitiés troubles de Dominique Strauss-Kahn au Soudan du Sud

Les amitiés troubles de Dominique Strauss-Kahn au Soudan du Sud

rétrospective

2011, les dix images chocs de l'année africaine (2/2)

2011, les dix images chocs de l'année africaine (2/2)

Par Tierno Monénembo

Nafissatou et les barbares

Nafissatou et les barbares

FMI

AFP

Le FMI lance une bouée de sauvetage financière

Le FMI lance une bouée de sauvetage financière

AFP

Le Zimbabwe a remboursé toutes ses dettes envers le FMI

Le Zimbabwe a remboursé toutes ses dettes envers le FMI

AFP

Le FMI craint un ralentissement économique "dramatique" en Afrique

Le FMI craint un ralentissement économique "dramatique" en Afrique