mis à jour le

Fouad Laroui heureux de son Goncourt

Le romancier et essayiste marocain Fouad Laroui, qui a remporté le prestigieux Prix de l’Académie Goncourt de la Nouvelle, a affirmé, mercredi à Agadir, que cette consécration prouve que “l’écriture marocaine est prise au sérieux”.

“J’ai appris, hier, que j’avais ce prix Goncourt, c’est une excellente surprise. Je ne m’y attendais pas trop, mais j’en suis parfaitement heureux”, a confié M. Laroui à la MAP, dans sa première déclaration publique depuis l’annonce de cette consécration.

” Ca montre que l’écriture marocaine en langue française, comme ça pourrait être en langues arabes ou anglaise est prise au sérieux et bien considérée”, a-t-il souligné, en marge de sa participation en tant que maître de cérémonie à l’ouverture officielle du 2ème symposium international sur l’innovation et la technologie dans l’industrie des phosphates “Symphos 2013″.

Il a aussi fait observer que “pour un prix aussi prestigieux donné à Paris et qui concerne toute la francophonie, ça prouve que l’écriture marocaine est encore là et bien là. Et ça c’est un message fort”.

Fouad Laroui a été primé pour “L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine”, publié aux éditions Julliard (2012). Le Prix a été décerné mardi à l’issue du vote des membres du jury, appelés à départager les quatre candidats en lice, qui sont, outre Laroui, Frank Courtès “Autorisation de pratiquer la course à pied” (JC Lattès), “Blandine Le Callet, Dix rêves de pierre” (Stock) et Mathieu Rémy, “Camaraderie” (L’Olivier).

Laroui rejoint ainsi deux autres écrivains marocains lauréats du Prix Goncourt: Tahar Benjelloun, Goncourt du Roman en 1987 et membre de l’Académie Goncourt, et Abdelatif Lâabi, Goncourt de la Poésie (2009).

Né en 1958 à Oujda, Fouad Laroui est économiste et écrivain. Après des études à l’Ecole nationale des ponts et chaussées en France, il travaille comme ingénieur à l’OCP à Khouribga, avant de retourner en Europe, à Cambridge et à York (Royaume Uni) où il obtient un doctorat en sciences économiques. Actuellement, il vit à Amsterdam où il enseigne l’économétrie et les sciences de l’environnement à l’université.

Parallèlement, il se consacre à l’écriture et commence une carrière littéraire en 1996 avec “Les Dents du topographe” (Julliard, 1996) pour lequel il obtient le Prix Découverte Albert-Camus.

Romancier de langue française, poète de langue néerlandaise, journaliste et critique littéraire, Fouad Laroui court le monde, chargé de son sac de voyage et de sa vaste culture.

Il compte à son actif une quinzaine de publications, pour la plus part des nouvelles, dont “La Meilleure Façon d’attraper les choses”(Yomad, 2001), Prix Grand Atlas 2005, “Le jour où Malika ne s’est pas mariée” (Julliard, 2009) et “Une année chez les Français”(Julliard, 2010), un roman qui a été retenu parmi la première sélection du prix Goncourt 2010.

LNT

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”