mis à jour le

Sécurité alimentaire à Diéma : DU BON TRAVAIL

L'intervention de Save the children a permis de soulager des milliers de bénéficiaires  durant la crise alimentaire qui a sévi dans ce cercle en 2011-2012 

Les locaux de Save the children à Diema ont abrité le 22 avril dernier un atelier de présentation du bilan des activités de son projet d'assistance en urgence et de renforcement de la capacité de résilience chez les enfants. Le projet est financé par le bureau de l'Agence des États-Unis d’assistance aux catastrophes internationales (USAID/OFDA).

L'atelier a présenté les résultats du projet dans ses volets distribution d'aliment bétail pour 500 ménages vulnérables, distribution d'outils et semences de maraîchage pour 500 ménages, prise en charge des cas de malnutrition modérée de 3638 enfants, 1258 cas de malnutrition sévère, 171 cas de malnutrition sévère avec complication, 457 cas de malnutrition modérée chez les femmes enceintes et allaitantes. L'atelier devait aussi permettre aux bénéficiaires de formuler des propositions d'amélioration des modalités de mise en ½uvre des projets de sécurité alimentaire et nutrition et de tirer les leçons de l'intervention de l'Ong. L'exercice a regroupé une trentaine de participants composés des autorités administratives, des chefs des services techniques de l'agriculture, de l'élevage, de la santé, des maires des 6 communes d'intervention et des bénéficiaires des 12 villages.

Le maire de Diéma a remercié Save the children pour son intervention qui a permis de soulager des milliers de bénéficiaires durant la crise alimentaire qui a sévi dans le cercle de Diéma en 2011-2012. Sadio Tounkara a exhorté les acteurs locaux à s'investir pour la consolidation des acquis et émis le v½u de voir le projet relancé pour le bien-être de tous.

Les participants ont débattu des trois composantes du projet : la distribution d'aliment bétail pour 500 ménages vulnérables ; la distribution d'outils et semences de maraîchage pour 500 ménages et la prise en charge des cas de malnutrition des enfants dans 10 aires de santé. Le bilan présenté par le coordinateur terrain du Programme de sécurité alimentaire, Oumar Sango, a établi que l'appui du projet aux populations a porté sur la distribution de 285 tonnes d'aliment-bétail d'une valeur de 57 millions Fcfa pour 500 ménages vulnérables des villages de Bignekolobougou, Chicata, Dalibera, Fassoudebe, Garambougou, Groumera pour la composante élevage. La composante agriculture a distribué des outils et semences de maraichage à 500 ménages bénéficiaires dont 461 femmes des villages de Bignekolobougou, Dianguirde, Debo Massassi, Farabougou, Kamico, Kasse Kara Sarakolé, Kaouka, Merela, Torodo pour une valeur de 30 millions Fcfa. Chacun des 500 kits était composé d'un arrosoir, d'un pulvérisateur de jardin, d'une brouette, d'un râteau, d'une pelle, d'une daba, d'un pic, d'un sachet de laitue, d'un autre de choux pomme, d'un de carotte, d'un de tomate, d'un de piment, d'un d'aubergine et d'un de Jaxatu. Equipements et semences ont été d'un apport capital aux 500 bénéficiaires car la campagne agricole 2011-2012 avait été très déficitaire dans le cercle à l'instar d'autres régions du pays.

 « Save the Children nous a sauvés. Elle a sauvé aussi nos animaux que la sécheresse avait commencé à décimer. L'herbe était devenue rare, presque inexistante, et l'eau aussi manquait souvent. Le cheptel errait à longueur de journée... Save the children ne s'est pas limitée là, elle a offert aussi des  outils de maraichage à des ménages vulnérables pour la production du maraîchage. Cette activité permet à beaucoup de femmes de subvenir  à leurs propres besoins et à ceux de leurs familles », a témoigné Abou N'Diaye, le 1er adjoint du maire de Fassoudébé. Pour l'une des bénéficiaires des outils de maraichage, « ce projet était venu nous aider nous les femmes, si vous nous dites qu'il est fini aujourd'hui, c'est nous qui en souffrons. Car rares sont les femmes dans ce village qui ne pratiquent pas le maraîchage. Nous réglons tous nos petits besoins avec les produits du maraîchage. Souvent on n'a même pas besoin d'acheter des condiments, nos planches nous fournissent tout. L'homme ne peut pas assurer toutes les dépenses de la famille, c'est à la femme de prendre une partie ».

 Le représentant du service de l'agriculture de Diéma a salué l'Ong pour ses actions positives. Tidiane Kouyaté a promis l'accompagnement de son service pour le suivi et l'encadrement des agriculteurs et des maraîchers dans les villages.

Les travaux de l'atelier ont été sanctionnés par une batterie de recommandations : promouvoir le maraîchage en l'étendant à d'autres localités n'ayant pas encore bénéficié de l'appui ; créer des parcs de vaccination et des puits pastoraux dans les communes qui n'en disposent pas ; former les éleveurs et agriculteurs à des techniques d'élevage et culturales et les équiper ; créer des points de vente et d'approvisionnement en semences dans chaque commune et aussi pour l'écoulement rapide des produits maraîchers ; faciliter l'accès à l'eau potable grâce à des forages et autres sources d'eau durable et instaurer un cadre de collaboration avec le service des eaux et forêts.

O. BA

AMAP-Diéma

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

sécurité

AFP

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

AFP

Le Ghana veut améliorer la sécurité des stations-service après des explosions

Le Ghana veut améliorer la sécurité des stations-service après des explosions

AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU au Sahel du 19 au 23 octobre

Le Conseil de sécurité de l'ONU au Sahel du 19 au 23 octobre

Diéma

La Rédaction

Magazine-Régions: Diéma : ANES OU ROIS DU MACADAM

Magazine-Régions: Diéma : ANES OU ROIS DU MACADAM

La Rédaction

Sécurité alimentaire : SAVE THE CHILDREN AU SECOURS DES PRODUCTEURS AGRICOLES DE DIEMA

Sécurité alimentaire : SAVE THE CHILDREN AU SECOURS DES PRODUCTEURS AGRICOLES DE DIEMA

La Rédaction

Diéma : la hantise de la foudre

Diéma : la hantise de la foudre

travail

AFP

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

AFP

Indonésie: Essien sans permis de travail

Indonésie: Essien sans permis de travail

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants