mis à jour le

Les jihadistes d’Aqmi en Tunisie sont des vétérans du Mali

Le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, le 13 mars 2013 à Tunis
© AFP

Les autorités tunisiennes ont révélé mercredi que les groupes liés à Al-Qaïda pourchassés à la frontière algérienne comptaient des vétérans de la rébellion au Mali et ont promis de les « éradiquer », malgré les difficultés rencontrées sur le terrain.

 

 

« Ils sont venus du Mali », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, devant l’Assemblée nationale constituante (ANC), confirmant officiellement des informations obtenues précédemment par l’AFP auprès d’une source militaire sur le terrain.

 

 

« J’aurais aimé que l’audition soit à huis clos pour pouvoir en dire davantage », a ajouté le ministre.

 

 

Mardi, son ministère avait indiqué que ces groupes étaient liés Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), signe inquiétant pour la Tunisie, confrontée à un essor de groupuscules jihadistes depuis la révolution de 2011.

 

 

M. Ben Jeddou n’a pas précisé si les combattants pourchassés au mont Chambi (ouest) et dans le massif du Kef (nord-ouest) avaient été rejoints par des vétérans du Mali avant ou après l’intervention militaire française.

 

 

L’opération lancée par la France en janvier a permis la reprise des principales villes du nord du Mali, occupées par des groupes liés à Al-Qaïda, et a porté un coup dur à Aqmi, mais nombre de combattants ont pu fuir.

 

 

Les « terroristes » recherchés sur le mont Chaambi sont une vingtaine, « une moitié de Tunisiens et une moitié d’Algériens ». Le second groupe compte une dizaine de militants armés, a précisé le ministre.

 

 

Ces hommes sont pourchassés depuis décembre et l’opération a pris une nouvelle ampleur, dans la mesure où 16 militaires et gendarmes ont été blessés depuis fin avril par des mines artisanales, a-t-il rappelé.

 

 

M. Ben Jeddou a en outre annoncé l’arrestation ces trois derniers jours de deux complices présumés des jihadistes, qui s’ajoutent aux 37 suspects interpellés dans la région depuis décembre.

 

 

Si l’armée a utilisé des obus de mortier pour tenter de déminer la montagne et l’a encerclée, elle n’a jusqu’à présent pas combattu directement son adversaire dans cette vaste zone escarpée et boisée.

 

 

Lors de son audition, le ministre de la Défense, Rachid Sabbagh, a reconnu ne pas disposer des équipements pour détecter les mines.

« Les opérations de déminage n’ont pas donné de grands résultats (…). Il va falloir former des chiens » pour détecter ces engins composés d’engrais, de plastique et de glycérine, a-t-il dit.

 

 

« Les forces armées resteront sur place jusqu’à l’éradication » des jihadistes, a-t-il néanmoins promis.

Le Premier ministre Ali Larayedh a tenu à se montrer rassurant, estimant que la Tunisie allait mieux sur le plan sécuritaire malgré la succession des violences liées à des groupes extrémistes et à de graves conflits sociaux.

 

 

« L’instauration de la sécurité dans le pays progresse », a-t-il assuré.

« Nous allons poursuivre notre confrontation avec les groupes violents et terroristes (…), démanteler leurs structures et les traduire en justice », a ajouté ce cadre du parti islamiste Ennahda, ancien ministre de l’Intérieur.

 

 

De nombreux opposants ont vertement critiqué M. Larayedh, estimant que le laxisme d’Ennahda vis-à-vis des mouvements salafistes avait permis l’émergence d’Al-Qaïda.

 

 

« On va arriver à une guerre civile ! », lui a lancé Hichem Hosni, un élu indépendant.

Un autre député, Samir Bettaïeb a dénoncé l’incapacité des autorités à reprendre les mosquées passées sous la coupe de salafistes.

 

 

« Il y a une absence de politique pour contrôler les mosquées (…), les terroristes de Chaambi peuvent s’y réfugier », a-t-il dénoncé, avant de réclamer le déploiement de l’armée sur les frontières avec l’Algérie et la Libye, où le trafic d’armes est en plein essor.

 

 

Le gouvernement a longtemps considéré les actions de jihadistes comme des incidents isolés, tels l’attaque contre l’ambassade américaine en septembre 2012 et l’assassinat d’un opposant anti-islamiste en février.

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

jihadistes

AFP

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

AFP

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

AFP

Libye: 80 jihadistes tués

Libye: 80 jihadistes tués

Tunisie

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

AFP

La Tunisie

La Tunisie

vétérans

AFP

Afrique: lutter contre le braconnage, nouveau front des vétérans

Afrique: lutter contre le braconnage, nouveau front des vétérans

AFP

Zimbabwe: poursuites suspendues contre des vétérans anti-Mugabe

Zimbabwe: poursuites suspendues contre des vétérans anti-Mugabe

AFP

Guinée-Bissau: le parti majoritaire propose un de ses vétérans au poste de Premier ministre

Guinée-Bissau: le parti majoritaire propose un de ses vétérans au poste de Premier ministre