mis à jour le

Le Groupement des leaders spirituels musulmans l’ont déclaré hier lors d’un point de presse : « Il faut nécessairement aller aux élections quelles que soient les difficultés… »

Il urge de sortir de la transition pour doter notre pays d’un régime fort capable d’impulser du sang neuf dans la marche des affaires de la République. Cela passe forcément par des élections crédibles et transparentes. Il nous faut nécessairement aller vers ces élections quelles que soient les difficultés » ont déclaré les leaders spirituels musulmans hier lors d’un point de presse. C’était en présence de Chérif Ousmane Madani Haïdara, coordonateur du Groupement, de Mohamed Maki Bah, d’Alpha Kounta, de Thierno Hady Thiam, d’Adama Kané, entre autres,  membres de ce Groupement des leaders religieux. Ils ont en outre réaffirmé leur volonté de mobiliser leurs disciples à se procurer de cartes d’identité nationale pour pouvoir accomplir leur devoir de citoyen.

Les religieux (photo archives)

Les leaders spirituels musulmans ont précisé qu’ils n’ont pas pour l’instant, donné de consigne de vote.  Et que s’ils devraient le faire ce sera en faveur d’un candidat intègre, sincère et patriote.  Le Groupement a affirmé sa volonté de s’impliquer davantage dans le choix des dirigeants du pays pour plus de justice sociale et d’équité, sans partie pris mais tout en gardant son entière indépendance vis-à-vis des autorités politiques.

Les leaders spirituels musulmans ont ajouté qu’ils restent profondément attachés au bien-être du peuple, à la stabilité nationale et à la sécurité.

Pour ce faire, ils prônent une élection transparente, apaisée et susceptible de préserver les acquis contre l’intégrisme et le fondamentalisme. Les leaders musulmans ont déclaré que plus jamais le Mali ne sera abandonné aux mains de quelques personnes ou groupe de personnes.  Pour éviter pareille situation, les futurs dirigeants doivent être soumis en permanence au contrôle du peuple afin de rendre compte de sa gestion.

Le Groupement dit avoir déploré la composition de la commission dialogue et réconciliation mise sur pied sans l’implication des responsables religieux qui, pourtant sont d’office des médiateurs sociaux.

Ils ont enfin dénoncé l’arrestation arbitraire de six jeunes maliens détenus dans les prisons congolaises. Il s’agit des disciples du prêcheur Chérif Ousmane Madani Haïdara arrêtés par le commissariat de Pointe Noire sur le simple fait qu’ils sont  membres de l’association Ançar Dine. Alors que celle-ci est modérée, laïque et fut l’une des premières organisations musulmanes maliennes à s’insurger contre l’intégrisme religieux et le fanatisme. En dépit de l’intervention des autorités maliennes, les six jeunes ne sont toujours pas libres de leur mouvement.

Abdoulaye DIARRA

musulmans

AFP

Nigeria: des jeunes en colère tuent 11 musulmans après l'attaque d'une église

Nigeria: des jeunes en colère tuent 11 musulmans après l'attaque d'une église

AFP

Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef

Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef

AFP

Ouganda: la justice accusée de faire des musulmans des "boucs émissaires"

Ouganda: la justice accusée de faire des musulmans des "boucs émissaires"

presse

AFP

RDC: la presse en ligne redoute des pressions comme les réseaux sociaux

RDC: la presse en ligne redoute des pressions comme les réseaux sociaux

AFP

Maroc: des vidéos au coeur du procès du patron de presse jugé pour violences sexuelles

Maroc: des vidéos au coeur du procès du patron de presse jugé pour violences sexuelles

AFP

Brazzaville: ouverture du procès Mokoko, la presse tenue

Brazzaville: ouverture du procès Mokoko, la presse tenue

élections

AFP

Zimbabwe: l'opposition compte sur les observateurs africains pour veiller

Zimbabwe: l'opposition compte sur les observateurs africains pour veiller

AFP

Cameroun: les élections municipales reportées

Cameroun: les élections municipales reportées

AFP

Zimbabwe: le ministre des Finances attend des élections un déclic pour l'économie

Zimbabwe: le ministre des Finances attend des élections un déclic pour l'économie