mis à jour le

Tunisie: le Premier ministre assure être en voie de vaincre le terrorisme

Le Premier ministre tunisien Ali Larayedh a assuré mercredi devant les députés que le pays allait mieux sur le plan sécuritaire et que les groupes terroristes liés à Al-Qaïda allaient être vaincus.

"L'instauration de la sécurité dans le pays progresse (...) mais il y a de petites composantes qui poursuivent l'escalade", a-t-il jugé lors d'une séance plénière à l'Assemblée nationale constituante.

"Nous allons poursuivre notre confrontation avec les groupes violents et terroristes (...), démanteler leurs structures et les traduire en justice", a encore déclaré M. Larayedh, cadre du parti islamiste Ennahda et ancien ministre de l'Intérieur.

Selon lui, les heures du groupe jihadiste lié à Al-Qaïda qui est traqué depuis plus d'une semaine sur le mont Chaambi, près de la frontière algérienne, sont comptées.

"Le groupe de Chaambi est encerclé et malgré les victimes, les forces de sécurité vont l'empêcher d'atteindre ses buts", a-t-il martelé.

Les forces armées pourchassent ce groupe composé, selon les autorités, d'une vingtaine de combattants, mais aucun affrontement direct n'a eu lieu.

Seize militaires et gendarmes ont en revanche été blessés, certains très grièvement, par des engins explosifs artisanaux éparpillés sur ce massif montagneux escarpé.

Alors que les autorités ont admis mardi que deux groupes armés liés à Al-Qaïda se cachaient dans les montagnes, le long de la poreuse frontière avec l'Algérie, les députés de l'opposition ont vivement critiqué M. Larayedh, lui imputant l'échec de la lutte contre les groupuscules extrémistes lorsqu'il était ministre de l'Intérieur (décembre 2011-mars 2013).

"On va arriver à une guerre civile !", lui a lancé Hichem Hosni, un élu indépendant.

Samir Bettaïeb, député appartenant au groupe démocrate, a pour sa part dénoncé l'incapacité des autorités à prendre le contrôle de mosquées passées sous la coupe de la mouvance salafiste.

"Il y a une absence de politique pour contrôler les mosquées (...), les terroristes de Chaambi peuvent s'y réfugier", a-t-il dénoncé, avant de réclamer que l'armée soit déployée le long des frontières avec l'Algérie et la Libye, des zones où la contrebande et le trafic d'armes sont en plein essor.

M. Larayedh a assuré que "la majorité des dépôts d'armes" de ces groupuscules avaient été confisqués, affirmant par ailleurs qu'en Tunisie "il n'y a pas de réseau de trafic d'armes mais des personnes isolées" qui s'y adonnent.

La Tunisie est confrontée depuis la révolution de 2011 à l'essor de groupuscules jihadistes, mais le gouvernement dirigé par Ennahda s'est longtemps efforcé d'y voir des incidents isolés, tels l'attaque de manifestants contre l'ambassade américaine en septembre 2012 et l'assassinat de l'opposant anti-islamiste Chokri Belaïd en février.

AFP

Ses derniers articles: Jeux de la Francophonie: Ta-Lou et les Ivoiriens mettent le feu au stade d'Abidjan  RDC: deux journalistes de l'AFP interpellés par des militaires  Les forces égyptiennes tuent plus de 40 extrémistes dans le Sinaï 

ministre

AFP

Algérie: un ministre veut des "mesures urgentes" face au flux de migrants

Algérie: un ministre veut des "mesures urgentes" face au flux de migrants

AFP

Algérie: l'auteur d'un faux compte Facebook du Premier ministre arrêté

Algérie: l'auteur d'un faux compte Facebook du Premier ministre arrêté

AFP

Décès du ministre kényan de l'Intérieur

Décès du ministre kényan de l'Intérieur

terrorisme

AFP

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Djihadisme

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Terrorisme

L'Etat islamique menace l'Algérie

L'Etat islamique menace l'Algérie