mis à jour le

Les commerçants appellent à une grève générale

Pour dénoncer les pillages et les actes de vandalisme qui se sont produits, samedi et dimanche derniers, lors des affrontements intercommunautaires, qui ont touché une dizaine de magasins appartenant en totalité à la communauté ibadite, la section locale de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), à travers un communiqué signé par le responsable communal, Mustapha Siousiou (dont nous détenons une copie), a appelé l'ensemble des commerçants de la vallée du M'zab à observer une grève générale ouverte jusqu'à nouvel ordre en signe de solidarité avec les commerçants victimes d'actes de pillage et d'incendie de leurs biens.   Pour des raisons évidentes et pour ne pas pénaliser la population, l'UGCAA a cependant dispensé les boulangers de suivre le mouvement. Lors d'un sit-in pacifique tenu sur le parvis de l'APC de Ghardaïa et devant les grilles de la wilaya, ayant rassemblé des commerçants du chef-lieu de wilaya, des responsables de cette organisation professionnelle ont été reçus par le wali Ahmed Adli et le président de l'APC de Ghardaïa. Ceux-ci ont demandé à Ahmed Adli, en sa qualité de premier magistrat de la wilaya, de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les biens de la communauté ibadite, de dédommager ceux qui ont tout perdu et de tout mettre en ½uvre pour démasquer, arrêter et traduire en justice les responsables de ces actes. Par ailleurs, la fédération locale du Front des forces socialistes (FFS) a, dans un communiqué, dont El Watan détient une copie signée par son premier secrétaire fédéral, Hamou Mesbah, a imputé «l'entière responsabilité des événements que vient de vivre la commune de Ghardaïa aux pouvoirs publics qui ont tout fait pour laisser la région glisser dangereusement vers cette grave escalade» affirmant «que les forces de l'ordre déployées étaient insuffisantes et lentes à intervenir, laissant ainsi le champ libre aux destructeurs et autres agresseurs de finir leur sale boulot avant d'intervenir». Développant son analyse sur la situation qui prévaut aujourd'hui à Ghardaïa, le FFS accuse le pouvoir «de mener une dangereuse politique de pourrissement en continuant à ignorer les revendications légitimes de la population locale, en termes de développement, d'emploi et de prise en charge des problèmes de foncier qui continuent d'empoisonner la vie des propriétaires de terrains qui leur ont été confisqués illégalement et dont la justice ne fait rien pour y remédier», avant d'avertir : «Si tous ces problèmes ne sont pas résolus d'une manière juste et radicale, la région risque de connaître d'autres graves soubresauts dont seul le pouvoir devra en assumer la responsabilité.»

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

commerçants

AFP

Bénin: les commerçants ont ordre de "déguerpir" des espaces publics

Bénin: les commerçants ont ordre de "déguerpir" des espaces publics

AFP

Gambie: les touristes affluent mais les commerçants plient bagages

Gambie: les touristes affluent mais les commerçants plient bagages

AFP

Tunisie: couvre-feu

Tunisie: couvre-feu

grève

AFP

Maroc: nouvelle journée de grève générale

Maroc: nouvelle journée de grève générale

AFP

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

AFP

Tunisie: grève générale et manifestation dans le nord-ouest

Tunisie: grève générale et manifestation dans le nord-ouest