mis à jour le

Algérie: l'état de santé de M. Bouteflika s'est "nettement amélioré"

L'état de santé du chef d'Etat algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé depuis plus de dix jours en France à la suite d'un mini-AVC, "s'est nettement amélioré", a annoncé mardi la présidence.

L'état de santé du président Bouteflika, âgé de 76 ans, s'est "nettement amélioré" mais il doit observer "une période normale de repos prescrite par ses médecins", selon un communiqué cité par l'agence APS.

Dans ce texte, la présidence rappelle que les analyses effectuées à Alger le 27 avril à l'hôpital militaire Mohamed-Seghir-Nekkache d'Aïn Naâdja (Alger), "suite à l'accident ischémique transitoire sans séquelles qu'il a subi, avaient montré que son état de santé ne suscitait aucune inquiétude".

"Ses médecins lui avait recommandé, néanmoins, des explorations médicales complémentaires à l'hôpital parisien du Val-de-Grâce, à l'issue desquelles le président de la République va entamer la phase de repos prescrite", conclut-elle.

Toute la presse algérienne ne cessait ces derniers jours de relever l'absence de communication officielle sur la santé, considérée comme fragile, du chef de l'Etat.

Un message du président avait néanmoins été rendu public le 2 mai (bien: 2 mai) où il promettait "un soutien sans restrictions" à la liberté de la presse, à la veille de la journée mondiale consacrée à cette question.

Deux jours avant, dans un message relayé par l'APS, M. Bouteflika avait aussi rassuré les Algériens sur sa santé. C'était la veille de la finale de la 49e Coupe d'Algérie de football, à laquelle il assiste chaque année.

L'état de santé de M. Bouteflika préoccupe d'autant plus les Algériens que l'élection présidentielle a lieu dans un an dans leur pays et que des appels se font entendre dans les rangs de la majorité en vue d'un 4e mandat.

Dans un discours prononcé le 8 mai 2012, le chef de l'Etat avait laissé entendre qu'il passerait le flambeau. "Ma génération est finie", avait-il dit. "Chacun doit savoir se respecter. 50 ans après, le rôle des moudjahidine est terminé. Ceux qui ont libéré le pays vous disent : aujourd'hui, nous n'en pouvons plus".

Arrivé au pouvoir en 1999, M. Bouteflika avait été réélu une première fois en 2004 puis en 2009 après une modification de la Constitution qui limitait à deux le nombre de mandats présidentiels.

Fin 2005, il avait été opéré d'"un ulcère hémorragique à l'estomac", à l'hôpital du Val-de-Grâce, qui accueille régulièrement des personnalités françaises et étrangères importantes. Depuis cette hospitalisation, la moindre absence de M. Bouteflika déclenche des conjectures sur sa santé.

D'autres hauts dirigeants algériens sont actuellement soignés à l'étranger, selon des sources officielles et diplomatiques. Le ministre d'Etat chargé des Affaires africaines Abdelkader Messahel (64 ans) est hospitalisé à Bruxelles où il a eu une rupture d'anévrisme, tandis que le chef du tout puissant syndicat officiel UGTA Sidi Saïd (64 ans également) serait également hospitalisé en Suisse, victime d'un accident cardiaque.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: nouvelles violences  RDCongo: l'opposition dévoile son plan pour "le départ de Kabila"  Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030 

santé

Santé

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Santé

Les morsures de serpent, un fléau que l'Afrique semble ignorer

Les morsures de serpent, un fléau que l'Afrique semble ignorer

AFP

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

Bouteflika

AFP

Bouteflika presse Paris de reconnaître les souffrances liées

Bouteflika presse Paris de reconnaître les souffrances liées

AFP

Panama Papers: Bouteflika se désiste après des excuses du Monde

Panama Papers: Bouteflika se désiste après des excuses du Monde

AFP

Algérie: le Premier ministre évincé bien placé pour succéder

Algérie: le Premier ministre évincé bien placé pour succéder