mis à jour le

Pédophilie : Magistrats, ceci vous concerne!

Ils étaient plusieurs centaines à investir l'espace public, ce dimanche 04 mai à Casablanca. On aurait aimé qu'ils soient plusieurs milliers, qu'ils atteignent le million. Des parents, des intellectuels, des jeunes adultes, des médecins, des figures du cinéma, et beaucoup d'autres encore, ont voulu, le temps d'une matinée, exprimer leur désarroi face à la quasi impunité des actes de pédophilies et autres agressions sexuelles. Baptisée la marche blanche, cette manifestation, organisée grâce à l'initiative d'un collectif composé d’animateurs télé, d'intellectuels, d’artistes et d’acteurs associatifs, avait pour but de dénoncer un acte aussi odieux que celui que la petite Wiam a dû subir.

Mais au-delà de cette affaire, qui est loin d'être isolée, comme nos responsables politiques ne cessent de répéter, à chaque fois qu'un scandale du genre éclate au grand jour, l'idée est surtout de dénoncer la banalisation des violences sexuelles, qu'elles soient à l'égard des adultes ou des enfants. Ainsi à travers cette marche, les organisateurs, au même titre que les participants, souhaitent envoyer un message  aux pouvoirs publics pour le durcissement de la législation envers les auteurs d’actes pédophiles, voire la mise en place d’une loi spécifique criminalisant la pédophilie. « Notre objectif est d'alerter la population et les autorités sur la banalisation de tels actes, dénoncer les violences faites aux enfants et lancer un signe tangible, concret et mobilisateur face à la violence urbaine grandissante.», explique le collectif.

Jugements trop indulgents !

En effet, le nombre des enfants victimes de violences sexuelles va en grandissant.  Selon Mme Najat Adib, présidente de l'association «Touche pas à mes enfants», les cas de  pédophilie s'élève à trois par jour. Un chiffre alarmant qui devrait nous interpeller en vue de mettre en place des mesures d'urgence. Décadence de la société, perte des valeurs, perversité sexuelle, sont les raisons que certains avancent pour essayer de comprendre des actes aussi abjects. Que nenni, l'impunité semble être la cause la plus logique de cette situation. Selon les associations de lutte contre la pédophilie, les jugements sont trop cléments, et se rajoutent à l'inertie du département de M. Haddad face au tourisme  sexuel. De nombreux articles du code pénal sont aujourd’hui inadaptés face aux engagements internationaux du Maroc.

wiam3

 

Malgré les efforts de la société civile, le mauvais traitement des enfants demeure toléré et impuni, selon un rapport récent de l'Unicef sur la situation des enfants au Maroc. L'organisation onusienne estime que «la réponse opérationnelle des différents acteurs est fragmentée, souvent inactive à cause du manque de moyens humains et financiers. En effet, le travail domestique des petites filles, mais aussi des petits garçons (commerces, ateliers, …), leur exploitation sexuelle, [...], le nombre augmentant des cas de pédophilie  révèlent un dysfonctionnement et un malaise latents. L'ONDE avait mis en place un numéro vert dont on entend plus parler ! Sachant que l'accès aux télécommunications s'est relativement démocratisé, cela pourrait être un moyen, entre autres, de palier à cette gangrène.

Pour ne citer que cet exemple, le Tribunal de Première Instance de Marrakech avait condamné en décembre dernier les deux chauffeurs de Patrick Denis Finet -lequel avait réussi à prendre la fuite- à seulement 8 mois de prison, alors qu'ils étaient reconnus coupables d'aide à la prostitution et de participation à l'exploitation d'enfants pour la production de matériel pornographique. Un mandat d'arrêt international à l'encontre du français Patrick Denis Finet aurait été un minimum. Mais on n'a pas jugé nécessaire de le faire !

De même, un élu à Agadir a été condamné, il y a de cela près de deux, à une année de prison, qu'il n'a jamais purgée, alors qu'il avait mis enceinte la fille de sa domestique, âgée d'une dizaine d'années seulement. Les tests ADN, effectués après l'accouchement attestent de bien qu'il est le père biologique et pourtant, il continue de vivre sa vie normalement.

Wiam4

Que représentent 8 mois ou un an de prison face une vie anéantie, un destin brisé, une enfance volée, violée, exploitée ? Quel serait l'avenir de ces victimes ? Pourraient-elles, ainsi que leur famille, prétendre à une vie «normale» ?

Ce ne sont que deux exemples qui attestent hélas de jugements incompréhensibles. Ce sont des peines modiques, qui font fi des droits des enfants. Et c'est pour cela que les gens sont sortis ce dimanche 5 mai pour dire stop à une justice indulgente envers des pervers. On ne comprend pas pourquoi les juges s'évertuent à être aussi tolérants à l'égard des pédophiles. Pourquoi ne sont-ils pas sensibles aux droits des enfants? On aurait souhaité que le ministre de la Justice se prononce à ce sujet.  Qu'il s'adresse non seulement à l'opinion publique pour lui dire quelles sont les mesures que son département entend prendre, mais qu'il s'adresse aussi aux magistrats pour les inciter à durcir leurs jugements.

Le modèle de la Justice américaine, connue pour être protectrice des droits des Enfants, pourrait être une bonne source d'inspiration pour notre Justice. Les autorités sont également interpellées : la sécurité devrait être renforcée autour des écoles, des collèges, des lycées, des lieux de loisirs, ne serait-ce que pour dissuader toute personne qui serait tentée par un acte vile.

Enfin, on se demande où sont les associations de protection des droits de l'enfant, qui n'ont pas beaucoup communiqué sur le sujet. Une marche est une belle action, mais hélas une solution permanente est ce qui importe vraiment. Si on ne fait pas de forcing au niveau du département de la Justice, pour «arracher» une nouvelle loi contre les agressions sexuelles et contre la pédophilie, les choses risquent de rester au statut quo.

Leila Ouazry

 

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

pédophilie

AFP

Burkina: deux membres des forces spéciales françaises entendus pour pédophilie

Burkina: deux membres des forces spéciales françaises entendus pour pédophilie

AFP

Burkina: deux soldats français soupçonnés de pédophilie sur une fillette de 5 ans

Burkina: deux soldats français soupçonnés de pédophilie sur une fillette de 5 ans

AFP

Maroc: un Allemand soupçonné de pédophilie arrêté par la police

Maroc: un Allemand soupçonné de pédophilie arrêté par la police