mis à jour le

RECTIFICATIF

A la suite d'un article publié notre édition du vendredi 3 mai sous le titre « La grande controverse», dans lequel son avis a été recueilli sur les élections à venir, Me Elias Touré, premier rapporteur général de la CENI, nous a fait parvenir ce rectificatif dans lequel il revient sur les missions de sa structure.

« La loi n°06-044 du septembre 2006 modifié portant loi électoral précise des missions de la CENI en son article 14 : la CENI et ses démembrements veillent à la régularité des élections et du referendum à travers la supervision et le suivi des opérations notamment :

- l'établissement ou la révision exceptionnelle des listes électorales à l'occasion des élections générales ou des opérations référendaires ;

- la préparation et la gestion du ficher électoral ;

- la confection, l'impression et la distribution des cartes d'électeurs ;

- la mise en place du matériel et des documents électoraux ;

- le déroulement de la campagne électorale ;

- les opérations de délivrance des procurations de vote ;

- les opérations de vote ;

- les opérations de dépouillement des bulletins de vote, de dénombrement des suffrages, la transmission des procès-verbaux de centralisation et de proclamation des résultats ;

- la CENI est chargée de la gestion des observations nationales et internationales.

Article 16 : la CENI veille à ce que la loi électorale soit appliquée aussi bien par les autorités administratives que par les partis politiques, les candidats et les électeurs.

La CENI n'a pas d'organisation matérielle en charge. En conséquence, elle ne peut en aucune façon proposer un chronogramme à quelque autorité.

Par contre, à la demande de l'autorité administrative, elle donne son avis sur le chronogramme. Elle peut recevoir un chronogramme pour avis, mais c'est une mauvaise appréciation de mes propos que de soutenir que la CENI propose un chronogramme au Premier ministre ou au ministre de l'Administration territoriale ».

Dont acte.

 

 

 

 

 

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A