mis à jour le

Leaders du Mnla-Sud : Amadou Baba Sy, Monsieur Mines du Cnid chargé des sales besognes

Patient et habile. Monstre froid avec une intelligence au-dessus de la moyenne. Bras droit et cousin chouchou de Me Tall, président inamovible du Cnid, chargé des sales besognes de celui-ci. La nomination d'Amadou Baba Sy au ministère des Mines aura déclenché une calamité naturelle au grand dam des acteurs du secteur minier au Mali. 

Amadou Baba Sy, ministre des mines

C'est dire qu'avec Amadou Baba Sy, comme ministre des Mines, le secteur minier est envahi par les IstVih/Sida. Et voici les sociétés minières en exploitation sous traitement antirétroviraux, saignée  financière au profit du  parti Cnid. Les promoteurs et autres demandeurs de titres miniers dans les cliniques de dépistage Vih/Sida pour voir si le sang Cnidien coule dans leurs veines. Pendant que conseillers et collaborateurs du ministre Amadou Baba Sy sont condamnés à ne pas parler dans son dos. Lequel, à en croire les indiscrétions, dispose de micros partout au sein du département des mines. Et oui, jamais le ministère des Mines n'était tombé aussi bas.

Resté longtemps dans l'ombre et las de combattre les ennemis de son cousin président Ba Mountaga, voici Amadou Baba Sy devenu ministre au sein du gouvernement de Diango. Et depuis, le ministre Sy aura tout changé au profit du Cnid. Ce n'est alors pas surprenant, la position  favorable de Me Tall pour le report des élections, car son cousin  Monsieur Mine du Cnid, chargé de mobiliser les fonds pour la campagne du Cnid, entend mobiliser plus que prévu. Monsieur Mine du Cnid, le ministre Sy, s'emploie à cette mission, qu'il a en produit une démarche : remplacer tout le personnel du département des Mines par des membres militants du Cnid, y compris chauffeurs et plantons. On parle même du cas des secrétaires. La seule chose qu'Amadou n'a pas encore imposé à son personnel et collaborateurs, c'est la présentation de la carte Cnid pour avoir accès au bureau.

En cela, Amadou Baba Sy est plus qu'un leader du Mnla du Sud, c'est un vrai jihadiste. Convaincu qu'il ne sera pas sur la liste de la Cpi, parce que fondé qu'il est que la richesse du sous-sol malien n'est pas encore classée comme patrimoine mondial, Amadou Baba Sy se livre au pillage des ressources du sous-sol malien.  Au profit et pour le compte de son parti le Cnid. Vous avez deviné. Ils sont responsables actuellement dans ce pays en proie de ceux qui ont pris comme ambition de le mettre à genoux. Ils sont au Nord du Mali à visage découvert. Au Sud, ils se servent de leur intelligence pour mettre ce pays à genoux. Amadou Baba Sy,  ministre des Mines, chargé de mobilisation des fonds auprès des acteurs du monde minier pour le compte du Cnid, est notre leader du Mnla Sud cette semaine.  Plutôt, notre leader jihadiste !

Savez-vous ce qui rend malade le ministre Amadou Baba Sy ? La promotion de ces  conseillers virés par lui. En fait, deux conseillers ont eu le malheur de parler mal du ministre Baba. Les propos des conseillers ont été rapportés au ministre Sy par un  de ces micros humains.

En effet, le ministre Baba aura décidé de les humilier, pour ensuite les virer au profit de deux cadres du Cnid. Deux semaines plus tard, un des deux conseillers virés est nommé Directeur national dans un autre département. Ce jour-là, Baba retourna au Département après le Conseil des ministres, malade. Il resta enfermé dans son bureau. C'est cela Amadou Baba craché. Etre à sa merci ou être en dehors de  ses 18 mètres. Encore, du Baba craché !

Pas plus que la semaine dernière, le syndicat allait observer une grève, savamment causée et provoquée par le ministre Sy. Simple, le tempo. Décidé à remplacer le personnel mine par les membres du Cnid, Amadou réussit à faire recruter au niveau du Pdrm, quatre jeunes du Cnid. Le problème est que rattaché à la Dngm, le Pdrm n'emploie  que  des contractuels et vit sous un régime de non-paiement de salaires. Baba, le ministre le sait. Mais, le  personnel du Cnid doit être recruté.

Le syndicat est saisi du dossier et décide d'avoir le ministre qui dit ne pas avoir le temps pour son syndicat. La menace de grève lui a fait changer  de position. À l'Aurep, son forcing n'a pas reçu avec l'ex-Directeur qui a été viré. Oui, avec le ministre Sy, la règle est simple : être à sa merci ou être en dehors de ses 18 mètres. Incapable de s'assumer. Ce sacré gentleman.

Du Baba craché enfin. Dans un passé pas très lointain, les acteurs du monde éprouvaient un réel plaisir à aller au département. Sous Baba Sy, ce plaisir s'est transformé en un cauchemar, dans un climat lourd de non-dits. Sauf un seul acteur, à qui le ministre Amadou Baba Sy roule le tapis rouge pour l'accueillir. Le Pdg de la société Wassoul'or que  Baba est en train  de démarcher pour être membre du Cnid ; à qui il est déjà promu la place du 2ème vice-président du Cnid. Comme quoi, Baba est à la hauteur de sa mission.

Eh bien, le ministre est à la hauteur de sa mission. Mais, pas au service de l'Etat du Mali. Tenez, durant la grogne de la population riveraine de la mine de Syama, le ministre Amadou a tenu face à la population un discours responsable. Vraiment, responsable. Aussi, a-t-il affirmé devant la population que la mine est une propriété de l'Etat et donc, tous les Maliens doivent en bénéficier. Même lui, de Ségou, doit bénéficier de l'exploitation de la mine qui se trouve sur la terre des ancêtres d'un de mes  amis. Bien dit et rien que de vrai. Ce  qu'Amadou Sy n'a pas  dit à la population est que, pour le moment, il est le premier responsable, l'Etat  se résume à lui. Histoire de mettre en garde la population de ne pas  gâter son  gombo, le gombo du Cnid.

Baba est à la hauteur de sa mission à tel point que ces déplacements dans les zones minières en exploitation constituent de nos jours un vrai cauchemar pour les préfets et sous-préfets, obligés, eux,  d'accompagner  le ministre Sy auprès de la population. Ils se trouvent être dans une délégation de Cnid  en campagne  déguisée. Les pauvres préfets et sous-préfets fuient la caméra pour ne pas être affichés. Au département des Mines, Baba n'a pas son  pareil.

Et dire qu'Amadou Baba Sy, est un médecin et homme politique malien né à Ségou le 28 décembre 1963,  le bras droit de Me Mountaga Tall, son cousin enfant chouchou ! Homme de l'ombre de Me Tall, depuis dans la section de la Commune VI avec le départ de Me Demba Traoré du parti, départ auquel il a participé activement, ce jeune avocat l'empêchait de monter en puissance. Voici que la voie est ouverte, à cet homme sans base que Tall impose. Il devient tête de liste du parti lors des Communales de 2009. Amadou se voit élu conseiller, Mountaga se bat pour qu'il soit à la mairie du District comme conseiller municipal. En pôle position dans le parti du soleil levant. Sy devient l'arme fatale pour les ennemis de Tall dans le parti. Djibril Tall, N'Diaye Bah en savent quelque chose, car c'est lui que Tall a utilisé pour combattre les uns et les autres, même pour le poste de ministre, il a été préféré à Modibo Kadjoké, parce qu'il est de Ségou.

Le 20 août 2012, il est nommé ministre des Mines dans le deuxième gouvernement de Cheick Modibo Diarra, poste qu'il garde encore. Au ministère des Mines, en plus des membres du cabinet, qu'il a politisé avec les membres de la famille Tall et Sy, pardon de militants Cnid, Amadou Baba Sy a changé même les chauffeurs et les plantons du ministère, devenu le siège bis du Cnid. Ce docteur politicien et natif de Ségou, n'a rien laissé. Aucun poste, même dans les directions nationales.  Baba Sy a même négocié dans les sociétés minières des places pour ses s½urs, nièces, cousins, etc. Depuis plusieurs mois, rien ne va à la Société des mines d'or de Loulou (Somilo), à la Société d'exploitation des mines d'or de Sadiola (Semos) et à la Société des mines de Syama (Somily). Au même moment, le ministre Amadou Baba Sy, cité dans tous ces dossiers sulfureux, se pavane en touriste minier. Se fiche-t-il des intérêts des Maliens travaillant dans ces mines? Est-il en quête de fonds pour le financement de la campagne présidentielle de son parti, le Cnid ? En tout cas, depuis l'arrivée d'Amadou Baba Sy du parti Cnid (Congrès national d'initiatives démocratiques), les licenciés sont dans la galère. Le ministre Sy est soupçonné d'être de mèche avec les responsables des sociétés minières à cause de sa mollesse. Son tourisme dans les différentes mines du Mali serait perçu par les syndicalistes comme une quête de fonds devant financer la campagne présidentielle de sa famille politique.

On comprend aisément pourquoi Me Tall veut le report des élections, parce que son arme fatale se bat pour trouver des fonds et ses missions entièrement consacrées à des mises en place des structures ou de redynamisation d'autres. Après ses études fondamentales et secondaires à Ségou, Amadou Baba Sy poursuit des études de médecine à l'École nationale de médecine et de pharmacie et obtient son doctorat en 19891. Amadou Baba Sy a occupé plusieurs fonctions dans les programmes de lutte contre le Sida (médecin d'appui au suivi des Commissions techniques du Programme national de lutte contre le Sida en 1991, chef de Projet prévention de lutte contre le Sida de 1991 à 1994, Coordinateur national du programme santé de Plan international Mali et chef du projet de lutte contre le Sida de 2000 à 2004). Et dans la santé en général, directeur technique du Fonds d'action sociale pour l'éducation familiale de 1994 à 1999 ; coordinateur du programme de coopération internationale de santé Paris-Bamako-Ouagadougou, un programme financé par l'Union européenne).

Amadou Baba Sy milite au sein du Cnid. Piètre secrétaire général de ce parti, le voici devenu ministre chargé pour le redynamiser, avec comme mission, le pillage des ressources du sous-sol malien. Plus qu'un leader du Mnla du Sud, Amadou Baba Sy, ministre des Mines, Monsieur Mine du Cnid, est un vrai jihadiste. Et cela, pour le malheur du Mali !

Bekaye DEMBELE

mines

AFP

Les sables égyptiens d'El Alamein encore minés 75 ans après la bataille

Les sables égyptiens d'El Alamein encore minés 75 ans après la bataille

AFP

Mines au Mozambique: Rio Tinto et deux ex-dirigeants inculpés aux Etats-Unis

Mines au Mozambique: Rio Tinto et deux ex-dirigeants inculpés aux Etats-Unis

AFP

L'Algérie détruit tout son stock de mines antipersonnel

L'Algérie détruit tout son stock de mines antipersonnel