mis à jour le

La transition républicaine, c’est aujourd’hui !

Le nouvel épisode de la maladie de Bouteflika met encore une fois à nu un pouvoir politique opaque ouvrant sur l'inconnu et des lendemains lourds d'incertitudes. L'Algérie n'est pas à l'abri d'une aventure politique et peut basculer à tout moment dans le chaos. Les dangers qui s'annoncent sont inscrits dans les gènes d'un système politique maffieux qui gère le pays par la «paix sociale», exclut la société entière de l'expression démocratique et la régente par le mépris du silence. L'Algérie, fragilisée et anémiée par des décennies de gabegie et de corruption, est devenue un pays vulnérable, à la merci de charognards de tout acabit. Déjà en 1999, la main secrète du Qatar était à l'½uvre avec la mise sur orbite de Bouteflika à la présidentielle. Qui donc, en 2013, pourrait clamer sans ambages que la scène politique algérienne ne sera pas encore une fois le théâtre de man½uvres du Qatar, de l'Arabie Saoudite, de la Turquie et de l'Occident ? Cinquante ans après l'indépendance, l'Etat de droit n'est pas construit. Il reste du domaine de l'«impensé» et n'est pas encore à l'ordre du jour. Plus que jamais, la nation est menacée d'éclatement et, à tout moment, une guerre civile peut embraser le pays, d'autant plus que les armes y prolifèrent à cause de frontières poreuses. Aucune leçon du système n'a été tirée des revendications légitimes du Printemps berbère d'avril 1980, des événements de 2001, du 5 Octobre 1988, de la guerre qu'a menée l'islamisme politique contre le peuple avec son lot de désastres : plus de 100 000 morts, un exode rural aux conséquences  incalculables, plus de 20 milliards de dollars de dégâts matériels, la fuite, selon les chiffres du Conseil national économique et social (CNES), d'un million et demi d'Algériennes et d'Algériens dont le niveau plancher est celui des classes terminales. L'impasse politique a exacerbé les tensions au sein de la société et aggravé l'instabilité du pays. Les émeutes et les jacqueries récurrentes au quotidien sur tout le territoire national le démontrent amplement. Les Printemps arabes aussi n'ont pas été saisis comme une opportunité politique pour engager les ruptures qui s'imposent. C'est pourquoi toute élection à terme échu ou anticipée est un non-sens. Organiser des élections aujourd'hui, voire y participer, c'est cautionner et maintenir le système. L'Algérie a besoin de s'inscrire dans l'universalité et de prendre sa place dans le concert des nations en allant résolument vers la modernité. L'attachement aux valeurs universelles et aux principes de démocratie et d'égalité entre les hommes et les femmes ne doit souffrir d'aucune ambiguïté ni tabou. Les libertés individuelles et collectives, la liberté de conscience, la liberté de la presse doivent être proclamées dans la plus grande clarté. Au plan international, des man½uvres sont planifiées pour déposséder les forces algériennes démocratiques et républicaines du droit de se projeter sur l'avenir et de décider des mesures à prendre pour placer l'Algérie sur les rails du développement et de l'essor économique et social. C'est pourquoi le PLD renouvelle ses propositions de sortie de crise avant que des forces étrangères ne s'arrogent le droit de décider du destin de l'Algérie comme ce fut le cas en Libye, en Tunisie, au Maroc, en Egypte, au Bahreïn et aujourd'hui en Syrie, pour remplacer une dictature par une autre dictature islamiste. L'urgence est de rompre avec le système actuel et de transférer totalement le pouvoir à un conseil  républicain de transition (CRT), comme nous le proposions le 2 février 2011, au lendemain de l'installation de la CNCD. Ce Conseil souverain composé des forces républicaines et patriotiques attachées aux valeurs de la modernité et de la démocratie aura pour mission de : - Réaliser le changement radical du système en prononçant la dissolution de toutes les institutions «élues» (Sénat, APW, APC), de tous les partis actuels, de toutes les associations et syndicats, dans la perspective de la construction d'un Etat de droit. - Placer l'ANP sous l'autorité du CRT et en faire la garante du caractère pacifique de la transition républicaine et de son issue démocratique. - Promouvoir l'émergence de nouveaux partis politiques, de nouvelles associations et de nouveaux syndicats sur la base de règles démocratiques d'organisation et de financement transparent. - Proposer au peuple algérien par voie référendaire une Constitution moderne, dans la perspective des premières élections présidentielle, législatives et locales. Les forces démocratiques et patriotiques ne peuvent plus se cantonner dans le statu quo. Elles se doivent de montrer, ensemble, leur capacité à traduire la volonté du changement en démarche concrète, susceptible d'ouvrir la voie à une véritable transition démocratique. L'avenir de l'Algérie dépendra de la capacité de la société à se prendre en charge, à développer des approches novatrices et à ouvrir de nouvelles perspectives. Il s'agit de dépasser le système qui anéantit toutes les espérances, en particulier celles de la jeunesse qui, aujourd'hui, est en complète déshérence. La mère des batailles, aujourd'hui, est de s'affranchir d'un système caduc pour basculer dans la modernité et vivre en phase avec son époque. Le changement radical est notre salut. Il est aussi une exigence de salubrité publique. Que les forces patriotiques : - Qui se reconnaissent dans l'arrêt du processus «électoral» de janvier 1992. - Qui ont mené le combat contre l'islamisme politique et son bras armé le terrorisme pour une Algérie une et indivisible. - Qui se sont distinguées dans la défense de l'intégrité territoriale du pays, comme à Tiguentourine, pour éviter à l'Algérie le démembrement à la yougoslave ou la division à la soudanaise Convergent, par leurs efforts de réflexion et leurs actions, pour travailler ensemble à l'avènement rapide d'une transition nationale républicaine, pacifique, avant qu'il ne soit trop tard !  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

transition

AFP

RD Congo: Tshisekedi et Katumbi demandent "une transition sans Kabila"

RD Congo: Tshisekedi et Katumbi demandent "une transition sans Kabila"

AFP

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

AFP

Soudan du Sud: le président Kiir forme son gouvernement de transition

Soudan du Sud: le président Kiir forme son gouvernement de transition