mis à jour le

Le chantier de nouveau bloqué

Contrairement aux désirs des plus hautes autorités de voir enfin le tronçon Constantine-Annaba de l'autoroute Est-Ouest livré aux usagers, il semblerait que ce souhait ne sera pas réalisé de sitôt. Un conflit entre l'Etat algérien et le consortium japonais Cojaal a éclaté au grand jour au sujet du paiement de travaux supplémentaires réclamé par ce dernier. Le tronçon Est de l'autoroute n'a pas été livré en mars conformément au désir de Abdelmalek Sellal et il ne le sera pas non plus prochainement. L'attente risque de durer compte tenu des contraintes financières qui refont surface et viennent se greffer sur les difficultés techniques rencontrées par le constructeur japonais, Cojaal. En visite à Constantine, le 17 février dernier, le Premier ministre avait déclaré, devant les caméras de la Télévision nationale, que le gouvernement algérien avait honoré toutes ses dettes envers le consortium. Le problème de paiement invoqué par l'entreprise japonaise n'a plus lieu d'être et plus aucune excuse ne sera admise étant donné que l'Etat s'est engagé à régler les factures en instance dans un délai de 15 jours», a déclaré M. Sellal, faisant la promesse de veiller personnellement à ce paiement. Il avait d'ailleurs saisi l'occasion de sommer les responsables japonais, en présence de l'ambassadeur du Japon à Alger, Tsukasa Kawada, de livrer le tronçon constantinois (65 km) avant le 14 mars, «sinon vous risquez le hara-kiri», avait-il plaisanté. Mais la plaisanterie est peut-être algérienne, car à ce jour, l'argent promis n'a pas été versé, du moins pas en totalité, affirment les Japonais. La direction du consortium s'est réunie d'ailleurs dimanche avec les représentants des travailleurs algériens au siège, basé à Aïn Smara, pour discuter de l'avenir des travailleurs, désormais compromis par la situation de cessation de paiement de l'entreprise. «La direction n'écarte pas l'opportunité de mettre les employés au chômage technique dans les prochains jours compte tenu de son incapacité à payer les salaires», a indiqué à El Watan Hocine Nakib, président du syndicat d'entreprise affilié à l'UGTA. Une perspective effrayante pour les 2500 employés algériens et quelque 500 expatriés. La grogne n'a pas attendu, d'ailleurs. Avant-hier, les sous-traitants liés par contrats avec Cojaal ont entamé un mouvement de protestation pour revendiquer le règlement de leurs factures non payées, depuis neuf mois pour certains, et ont menacé de geler les chantiers entre Didouche Mourad (Constantine) et El Harrouch (Skikda). Contrairement aux annonces officielles, le projet de l'autoroute s'enlise. Et n'en déplaise à Amar Ghoul, son département est incapable de tenir une promesse. Quand M. Sellal avait haussé le ton, enjoignant les Japonais, avec assurance, de respecter les délais de réalisation, savait-il à quel point les services algériens étaient incapables de le faire ? Le ministère des Finances et celui des Travaux publics disent-ils toute la vérité au Premier ministre ? En tout cas, les Algériens ne croient plus aux promesses. Le tronçon constantinois de cet ouvrage, qui connaît, dit-on, un taux d'avancement de 92%, enregistre un énorme retard à cause de la nature fragile du sol. Ce retard n'a pas manqué de perturber la relation entre le gouvernement et l'entreprise chargée de la réalisation.