mis à jour le

Cardiologie : coopération tuniso-ivoirienne

Le 1er Congrès International de Cardiologie d’Abidjan (AFRICARDIO 2013) patronné par la Société Ivoirienne de Cardiologie et co-organisé avec la Société Tunisienne de Cardiologie, s'est déroulé du mercredi 24 au samedi 27 avril 2013, à Abidjan. Ce premier Congrès, dont le thème est : « Évolution des pratiques cardiologiques en Afrique », a permis d’évaluer les progrès des pratiques cardiologiques, sur le continent africain, notamment en Afrique subsaharienne, d’établir la cartographie des techniques disponibles par pays, d’actualiser le niveau de la maîtrise technologique des cardiologues africains et de nouer des partenariats pour des échanges Sud-Sud. Il est à noter que ce congrès a enregistré la participation de 140 cardiologues dont 24 venus de Tunisie, 21 d'Afrique subsaharienne et 5 de France.

Ce Congrès a permis, en outre, aux participants, de parfaire leurs connaissances, par la tenue d'ateliers de pratique courante de la Cardiologie, l'organisation d'une conférence inaugurale, et la présentation d'exposés thématiques, présentés par des praticiens de haut niveau, venus d’horizons divers. Les thématiques de cette rencontre scientifique, qui s'est tenue à la Caisse de Stabilisation et de Soutien des Prix des Produits Agricoles, à Abidjan, en marge du 3eme Salon de l’Industrie pharmaceutique de l’Afrique du Nord intitulé : « Saidalya », ont couvert les cardiopathies Congénitales, les valvulopathies mitrales, la chirurgie cardiaque, la Cardiologie lnterventionnelle, la pathologie vasculaire, la Rythmologie et l’Imagerie cardiovasculaire.

A la clôture, du congrès, le samedi 27 avril, le Pr Edmond Bertrand, cardiologue français, a présidé une conférence publique sur le thème : « C½ur, café et cacao ». Les bienfaits du café et du cacao, sur les facteurs de risque cardiovasculaire, ont été présentés. Par ailleurs, au terme des travaux du Congrès, les cardiologues tunisiens et ivoiriens ont convenu de renforcer leur coopération. Ainsi, la société ivoirienne de cardiologie a été invitée à participer au prochain congrès tunisien de cardiologie, qui se tiendra en novembre 2013, en Tunisie. La société tunisienne de cardiologie a promis, à ce propos, de réserver un espace dans la revue tunisienne de cardiologie, aux publications de cardiologues ivoiriens. Une convention a été signée à cet effet.

Pour le Pr. Maurice Kakou Guikahué, président de la société ivoirienne de cardiologie, ce premier congrès a été un succès. « Abidjan a le leadership de la cardiopathie infantile. Ce congrès nous a permis de montrer nos compétences. Nous avons également parlé des bienfaits du cacao sur le c½ur. Nous allons faire bientôt une sensibilisation dans ce sens », a-t-il indiqué. Abidjan ambitionne de devenir le leader, en matière de soin des maladies cardiaques, en Afrique de l'Ouest. Les cardiologues ivoiriens sont réputés pour leur maitrise des maladies cardiaques et leur grand professionnalisme qui n'est plus à démontrer.

Il est à préciser que la ministre ivoirienne de la santé et de la lutte contre le SIDA, Dr Raymonde Goudou Coffie, à, au nom du Premier ministre ivoirien, procédé à la Caistab, au Plateau, à l'ouverture du congrès, couplée avec le salon international de la pharmacie et de la parapharmacie et du bien être (Saidalya). A cette occasion, Mme Salia Béchir, représentant le ministre tunisien de la santé, a plaidé pour une coopération entre les deux pays, au plan sanitaire. Cette coopération, a-t-elle précisé, pourrait concerner le domaine technique, l'évacuation sanitaire, les soins de santé de base, la santé reproductive et la possibilité d'implantation de structures sanitaires privés en Côte d'Ivoire et en Tunisie. L'ambassadeur de la Tunisie en Côte d'Ivoire a, pour sa part, salué cette coopération entre la Tunisie et la Côte-D'ivoire, avant que la ministre, Raymonde Goudou Coffie, annonce la signature, bientôt, d'un accord cadre entre les deux pays.

Avec l'organisation de ce salon, la Côte d'Ivoire, a expliqué le Pr. Maurice Kakou Guikahué, veut se positionner comme une référence, en Afrique de l'ouest, en matière de traitement des maladies de c½ur. Celles-ci, a-t-il souligné, sont en progression en Côte d'Ivoire. «Les infarctus du myocarde, qu'on disait très rares, chez nous, en 1980, représentent, actuellement, 8% des hospitalisations, à l'institut de cardiologie, d'Abidjan, et 20,6% de mortalité », a-t-il relevé. La santé faisant partie des critères de développement d'un pays, le président de l'ordre des médecins ivoiriens, Dr Aka Florent, a encouragé les décideurs politiques à prendre toutes les mesures afin qu'Abidjan soit le hub de santé, en Afrique de l'Ouest.

Notons, enfin, que le second congrès International de Cardiologie, d’Abidjan, est prévu en mars 2015.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

coopération

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

AFP

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

AFP

La France et le Nigeria renforcent leur coopération militaire contre Boko Haram

La France et le Nigeria renforcent leur coopération militaire contre Boko Haram