mis à jour le

Manifestation de scolaires à Ouagadougou : des élèves désertent les classes pour « soutenir » leurs enseignants

En prélude à la grève de 24 heures annoncée sur l'ensemble du territoire par les enseignants du secondaire et du supérieur pour le 10 mai prochain, des élèves ont battu le pavé en cette matinée du 6 mai 2013 pour exiger du gouvernement la satisfaction de la plate-forme revendicative de leurs enseignants.

Partis du rond point des nations unies, les élèves ont convergé ce matin vers le ministère des Enseignements secondaire et supérieur pour exprimer leurs doléances. « Nos professeurs ont besoin de meilleurs salaires », « Solution pour le bien-être de nos enseignants » sont autant de slogans que l'on pouvait lire sur leurs pancartes. Selon le secrétaire général de la section du lycée professionnel régional du centre de l'association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO), Dramane Sankara cette man½uvre vise à interpeller les autorités sur la nécessité d'appliquer des accords signés en 2011 entre le gouvernement et les enseignants. « Les enseignants ont prévu d'aller en grève le 10 mai et si rien n'est fait ils menacent de prendre en otage les examens de fin d'année et c'est pour dire non à cela que nous sommes sortis », a confié Dramane Sankara. Une fois à leur ministère de tutelle, les scolaires ont exigé à rencontrer le ministre en personne et toutes les tentatives des collaborateurs de celui-ci pour leur faire entendre raison sont restées vaines. Face à l'insistance d'une foule que les forces de l'ordre avaient du mal à maîtriser, le ministre a décidé d'accéder à leur requête en venant à leur rencontre vers dix heures. Les manifestants en ont profité pour égrener un chapelet de doléances relatives à leurs conditions d'études. Du manque d'infrastructures sanitaires dans les établissements à celui des cantines en passant par les réformes envisagées dans le secteur de l'enseignement, ils ont échangé à bâton rompu plusieurs minutes durant avec « leur » ministre.

Après les avoir écoutés Moussa Ouattara a dit son engagement ainsi que celui du gouvernement à ½uvrer pour trouver des solutions à leurs problèmes. Il a indiqué que des discussions sont en cours entres les différents acteurs et que d'ores et déjà ils pouvaient être rassurés que les examens de fin d'année se dérouleront comme prévus. Quant aux autres points, M. Ouattara leur a conseillé de les lui faire parvenir par écrit avant de se retirer. Non satisfaits de cet échange les élèves par la voix du président de l'AESO/lycée Philippe Zinda Kaboré Jacob Béré ont dit attendre des actes concrets faute de quoi ils envisagent investir de nouveau la rue dans les prochains jours.

Voro KORAHIRE

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Manifestation

AFP

Malawi: manifestation contre l'avortement et l'homosexualité

Malawi: manifestation contre l'avortement et l'homosexualité

AFP

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Ouagadougou

AFP

Burkina: l'ex-otage australienne est arrivée

Burkina: l'ex-otage australienne est arrivée

AFP

Burkina: marche silencieuse en hommage aux victimes de l'attaque de Ouagadougou

Burkina: marche silencieuse en hommage aux victimes de l'attaque de Ouagadougou

AFP

Leila Alaoui, une photographe humaniste victime des jihadistes

Leila Alaoui, une photographe humaniste victime des jihadistes

enseignants

AFP

Niger: plus de 4,5 millions d'euros versés

Niger: plus de 4,5 millions d'euros versés

AFP

Gabon: enseignants ulcérés, lycéens en colère, l'école en ébullition

Gabon: enseignants ulcérés, lycéens en colère, l'école en ébullition

La rédaction

Algérie : 3000 enfants tabassés par leurs enseignants durant l’année passée

Algérie : 3000 enfants tabassés par leurs enseignants durant l’année passée