mis à jour le

Sahara marocain : le chiffon rouge…

Depuis le vote du Conseil de Sécurité de l'ONU sur le renouvellement du mandat de la Minurso au Sahara occidental marocain, on assiste à une flambée de violences urbaines dans les principales localités de nos provinces du Sud.
Occupation des voies publiques, jets de pierre et pneus enflammés sur les axes de circulation, provocations et agressions à l'endroit des forces de sécurité, voilà ce qu'accomplissent des bandes de jeunes gens, souvent dotés d'armes blanches, se réclamant de l'organisation séparatiste de Tindouf.

Bien évidemment, cette offensive de la cinquième colonne du Polisario n'est pas pour surprendre tous ceux qui connaissent les stratagèmes et les agissements de ces cellules clandestines directement actionnées par les mercenaires à la solde d'Alger.
Mais le momentum est important parce qu'il intervient après le rejet de la tentative d'imposer l'élargissement du mandat de la Minurso au domaine des Droits de l'Homme dans les provinces du Sud.
Parce que le projet n'a point abouti, le Polisario, ses maîtres et les ONG internationales qui roulent pour eux, veulent tout simplement démontrer à l'opinion publique internationale que cet échec est porteur d'instabilité et de violence au Sahara marocain.

Alors, ô hasard, que plusieurs équipes de la presse internationale et particulièrement américaine, se trouvent à Laayoune, où elles rencontrent librement qui elles veulent, ces tentatives de « soulèvement populaire » sont des chiffons rouges que les séparatistes agitent devant le « taureau marocain » dans l'espoir que ces échauffourées produiront des victimes dans les rangs de la population locale.
En comptant sur une inéluctable répression qui se déroulerait sous les yeux des envoyés spéciaux des plus grands titres étrangers, les séparatistes cherchent ainsi à convaincre les alliés du Maroc, ceux qui ont rejeté la proposition américaine à l'ONU, qu'il leur faudra, dès l'an prochain, changer de position.

Dans une telle perspective et sachant qu'un élargissement du mandat de la Minurso signifierait immanquablement l'ouverture des plus larges avenues à la machine de propagande séparatiste sous l'ombrelle protectrice des casques bleus, alors que se préparerait vraisemblablement la concrétisation du projet de régionalisation, la position de Rabat est particulièrement délicate.
Certes, on ne saurait admettre que la rue devienne un lieu de contestation violente et permanente, que la paix et la sécurité des citoyens et de leurs biens ne soient plus assurées dans nos provinces du Sud. Cela, d'ailleurs, est valable en tous points du territoire national. Dans le même temps, chacun doit être conscient que les séparatistes veulent « pousser à  la faute » les autorités en charge de la sécurité publique, afin d'accréditer la thèse d'une « noire répression policière marocaine contre d'innocents civils désarmés et pacifiques ».

Voilà le piège dans lequel le Polisario veut nous faire tomber, sachant qu'il pourra exploiter facilement tout dérapage sécuritaire grâce à une presse internationale avide de sensationnel, des ONG aussi promptes à relayer des bobards que leurs dirigeants le sont à se « rouler un joint », (n'est-ce pas chère Kerry ?) et des rapports lourdement tendancieux de l'AMDH, triste et pauvre avatar du mouvement maoïste marocain des années soixante dix du siècle dernier !
Les autorités auront donc à évoluer sur une voie étroite, pavée d'un côté par la nécessité de la préservation de l'ordre public et de l'autre, le respect des libertés et droits individuels et collectifs, en veillant soigneusement à éviter les provocations.
C'est à ce prix que les scenarii du Polisario et de ses agents échoueront.

Fahd YATAmoustache7

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

sahara

AFP

Des bruits de bottes au Sahara occidental?

Des bruits de bottes au Sahara occidental?

AFP

Sahara occidental: l'ONU n'a pas constaté d'incursion militaire marocaine

Sahara occidental: l'ONU n'a pas constaté d'incursion militaire marocaine

AFP

Le Maroc ne renonce pas

Le Maroc ne renonce pas

marocain

AFP

CAN: le Marocain Sofiane Boufal forfait

CAN: le Marocain Sofiane Boufal forfait

AFP

La romancière Slimani défend les homosexuels sur un site marocain

La romancière Slimani défend les homosexuels sur un site marocain

AFP

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire