mis à jour le

Faux dédouanements de véhicules : Démanteler les réseaux !

 Faux dédouanements, falsification de numéros de châssis, fausses cartes grises... Une fraude fiscale qui engendre à notre pays un manque à gagner de plusieurs milliards de FCFA.

Il y a quelques années, les services de la Brigade Mobile d'Intervention de la douane (BIM) avaient démantelé un réseau de faux dédouanements.

Plus de 200 véhicules avaient été saisis, certains transitaires impliqués dans l'affaire, épinglés, pendant  que d'autres prenaient la poudre d'escampette.

Le préjudice causé à l'Etat malien se chiffrait à plusieurs certaines de millions.

Aujourd'hui encore, plusieurs dizaines de ces véhicules dédouanés de façon irrégulière continuent de circuler à travers nos villes.

En effet, l'importation de véhicules d'occasion d'Europe ou d'Amérique est devenue une activité génératrice de revenus pour nombre d'opérateurs économiques maliens.

Profitant du laxisme ou de la complicité des services de contrôle de la Douane, ces importateurs parviennent à coût de backshish à distribuer leurs véhicules non dédouanés. Et avec la complicité de transitaires de la place.

« Le plus difficile, c'est de franchir les frontières. Pour le reste, on se débrouille pour négocier avec les douaniers », affirme cet importateur bien connu à Bamako. Pour lui, c'est la Douane malienne elle même qui encourage la fraude.

« Nous sommes plus de 100 grands importateurs de voitures facilement dédouanés. Mais, seulement une dizaine respectent la réglementation douanière. Je ne sais pas comment les autres se débrouillent pour écouler leurs engins non dédouanés.  »

De son côte, la Douane se défend. « C'est trop facile d'accuser l'autre. A la Douane, nous faisons autant que possible notre travail. Mais les fraudeurs sont souvent plus intelligents. Et ils opèrent généralement en complicité avec les commissionnaires en Douane », propos d'un cadre de la BMI qui n'arrête pas d'égrener les prouesses de son service. Citant, le cas d'opérations coup de poing organisés dans les parkings des importateurs et qui auraient permis de saisir plus des centaines véhicules irrégulièrement importés. Mais, cela suffit-il pour négliger les conséquences de la très pernicieuse mafia des importations fraudeuses ?

Aujourd'hui, selon des sources douanières, des centaines de véhicules frauduleusement dédouanés continuent de circuler à Bamako.

Les propriétaires se débrouillent généralement, soit à falsifier les numéros des châssis, soit à se procurer de fausses cartes grises. A ce niveau, l'index est pointé vers l'ONT, chargé de la délivrance des cartes grises. Là, le réseau n'a jamais été démantelé et les truands continuent d'opérer... impunément. Dans les coulisses, on cite les noms de certains hauts cadres de l'Etat.

A défaut de falsifier les cartes grises, les truands falsifient les numéros de châssis. Et, au bout de compte, grâce à ces fossoyeurs de l'économie nationale, nombre de véhicules, frauduleusement en « règle », circulent à travers le pays.

Comment les identifier ? Pas moyens.

Surtout dans ce pays où la police, la Douane et la gendarmerie manquent cruellement de matériels, des plus élémentaires. Conséquence : de « gros morceaux » filent entre les doigts de la Douane lors de ses patrouilles.

Le phénomène est bien vieux, mais, aucune disposition efficace n'est prise pour épingler les truands et leurs complices.

 

Boubacar Sankaré    

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

véhicules

AFP

L'artère principale de Tunis interdite aux véhicules en raison de "menaces terroristes"

L'artère principale de Tunis interdite aux véhicules en raison de "menaces terroristes"

La rédaction

Revue de Presse. Les chinois fabriqueront prochainement des véhicules utilitaires en Algérie

Revue de Presse. Les chinois fabriqueront prochainement des véhicules utilitaires en Algérie

La rédaction

Revue de presse. L’Algérie comptera 21 millions de véhicules roulants dans 10 ans

Revue de presse. L’Algérie comptera 21 millions de véhicules roulants dans 10 ans

réseaux

AFP

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

AFP

Les réseaux sociaux, porte-voix des jeunesses africaines

Les réseaux sociaux, porte-voix des jeunesses africaines

AFP

L'Algérie bloque les réseaux sociaux pour contrer la fraude au bac

L'Algérie bloque les réseaux sociaux pour contrer la fraude au bac