mis à jour le

On vous le dit

Trois mois sans prof de français Les collégiens d'une classe de 4 e année moyenne, au CEM Fadhela Saâdane, sis à la cité du 8 Mai 45 à Bab Ezzouar (Alger), sont sans professeur de français depuis déjà 3 mois. Selon une parente d'élève qui a pris attache avec notre rédaction, le professeur de français refuse d'assurer les cours au sein de cette classe pour cause de présence de perturbateurs. «Nous avons rédigé des rapports et tenu des réunions avec le directeur de cet établissement pour assurer des cours de rattrapage à nos enfants, mais aucune suite n'a été donnée.» Cette parente poursuit que les collégiens qui préparent les examens du BEM dans quelques semaines souffrent le martyre. «Nos enfants sont actuellement suivis par des psychologues parce qu'ils ont peur d'échouer à cet examen», poursuit cette parente. Les responsables de l'Académie d'Alger doivent se pencher sur ce problème et tenter de trouver une solution dans les plus brefs délais. Réhabilitation de la porte du caravansérail d'Oran       L'Office national de gestion et d'exploitation des biens  culturels a effectué samedi au jardin Ibn-Badis (ex- Promenade Letang) d'Oran,  une opération de réhabilitation de la porte du caravansérail, dont une partie s'était effondrée suite à la tempête de 2001. Cette opération, visant la valorisation des monuments archéologiques que recèle la wilaya d'Oran dont cet édifice historique laissé à l'abandon plus d'une décennie, consiste à ranger les pierres et à les nettoyer afin d'entretenir ce monument et à le préserver.  Une journée d'information sur le caravansérail, connu également sous l'appellation d'«Hôtel des caravaniers», a été organisée pour sensibiliser les  citoyens à cet édifice historique classé patrimoine national. Construit en 1848, il fut d'abord le portail de l'hôtel des caravaniers qui, par la suite, fut transformé en hôpital Saint Lazare. La porte fut transférée au jardin Ibn-Badis en 1955 après la destruction de l'édifice en 1883. El Gusto à l'auditorium de l'Unesco   El Gusto, un orchestre chaâbi composé d'anciens musiciens algériens de confessions musulmane et juive, se produira le 15 juin prochain au Grand auditorium de l'Unesco. Selon la présidente d'Uniame, une association basée à Paris et qui se donne pour objectif majeur d'accompagner les malades et les personnes en fin de vie, cette soirée de gala sera dédiée aux «Chibanis», ces vieux travailleurs migrants du Maghreb venus en France au début des années 1930. Pour la présidente de l'association qui affirme promouvoir la concorde et l'humanisme, faire rencontrer d'anciens musiciens avec de vieux immigrés part d'une volonté de «s'acquitter de la dette de reconnaissance envers les Chibanis». Un match au profit des enfants cancéreux   C'est sous un ciel londonien, une pluie fine et une douce température, que les anciens du ballon rond ainsi qu'une équipe de foot représentant les correspondants de presse de la wilaya de Blida ont disputé, samedi après-midi, un match gala au profit des enfants atteints de cancer. Cette rencontre a été dédiée à la mémoire de Sarah, un ange, ravie à jamais à l'affection de ses parents à l'âge de 18 mois à la suite d'un cancer. L'événement à essence caritative a été organisé à l'occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse par l'Association de la presse sportive de Blida en partenariat avec l'association El Badr d'aide aux malades atteints de cancer. Des anciens internationaux du ballon rond, entre autres, pour ne citer que ceux-là, Kouici, Kaci Saïd, Djamel Zidane... menés par le doyen du foot algérien des années 1970, Omar Betrouni,  ont été au chevet des malades hospitalisés à la clinique Hassiba Ben Bouali (CHU de Blida) ou séjournant à Dar El Ihssane, une maison d'accueil pour les malades atteints du cancer. Soheib Marketing rend hommage à la presse   Soheib Marketing, une agence de communication, compte rendre hommage à la presse et aux médias nationaux le 8 mai prochain.  Son responsable, M. Kernane, nous apprend qu'une vingtaine de médias nationaux, publics et privés, seront concernés par l'hommage, ainsi qu'une dizaine de journalistes et personnalités de la corporation dans le pays, dont ceux d'El Khabar et El Watan.