mis à jour le

Naguib Sawiris, Beyrouth, juin 2010 / REUTERS
Naguib Sawiris, Beyrouth, juin 2010 / REUTERS

Naguib Sawiris, milliardaire copte et farouche opposant aux Frères musulmans

Le milliardaire égyptien est rentré d'exil, les accusations de fraude fiscale qui touchaient sa famille ayant été levées.

Naguib Sawiris, le célèbre milliardaire copte, est rentré de son exil volontaire avec son père et d’autres membres de sa famille, comme l’interdiction de voyager qui frappait son père et son frère, depuis mars dernier, pour fraude fiscale, a été levée. La semaine dernière les Impôts égyptiens et la compagnie accusée sont en effet parvenus à un accord.

L'homme d'affaires est aussi un fervent critique des Frères musulmans et du président Mohamed Morsi. Les Egyptiens libres, parti politique à la fondation duquel il a contribué, était très présent dans la campagne anti-Morsi contre la déclaration constitutionnelle qui accordait des pouvoirs très étendus au président de la République à la fin de l’année dernière.

ONTV, la chaîne de télévision qu’il a fondée, même s’il l’a depuis vendue à un réalisateur tunisien, est clairement un média d’opinion. Il avait fait les gros titres et même été accusé d’avoir insulté l’islam pour une blague d’un goût douteux sur Mickey et les Frères. Tout cela n’a pas empêché un représentant du gouvernement d’aller chaleureusement accueillir la famille à l’aéroport.

La paix des braves?

Le père, Onsi Sawiris, est le fondateur du groupe Orascom, qui serait le plus grand employeur du pays. Naguib Sawiris est le PDG d’une autre entreprise familiale, Orascom Telecom Media and Technology Holding. Les économistes disent que le retour des Sawiris est bénéfique pour l’humeur des marchés.

Nassef Sawiris, le frère, serait l’homme le plus riche d’Egypte. Il est le PDG d’Orascom Construction Industries (OCI), qui est d’après Ahram online l’entreprise la mieux cotée en bourse d’Egypte. OCI a accepté la semaine dernière de verser 7 milliards de livres égyptiennes au Trésor public.

On parlait du double en mars. Lorsque, en 2007, OCI vend l’une de ses filiales, Orascom Building Materials Holding (OBMH), à l’entreprise française Lafarge, elle ne paie pas d’impôts sur les gains de la transaction —et pourtant, selon le Trésor public égyptien— elle aurait dû. Mais pour la compagnie, la nature de la transaction était différente.
La dispute est apparemment réglée, mais Nassef n’est pas encore revenu en Egypte.

Sophie Anmuth

Sophie Anmuth

Sophie Anmuth.

Ses derniers articles: al-Jazeera et l'Egypte: la fin agitée d’une brève histoire d'amour  Les Egyptiens font le gros dos en attendant que ça se passe  Les Frères musulmans oublient qu'ils ont été anti-révolutionnaires 

Mohammed Morsi

Egypte

Procès sans précédent

Procès sans précédent

Egypte

En 2014, on entendra encore parler des Frères musulmans.

En 2014, on entendra encore parler des Frères musulmans.

Muselage

Le chemin de croix des manifestants égyptiens

Le chemin de croix des manifestants égyptiens

Egypte

AFP

Le plus vieux texte écrit sur du papyrus exposé en Egypte

Le plus vieux texte écrit sur du papyrus exposé en Egypte

AFP

Italie: flash mob d'Amnesty International contre les disparitions en Egypte

Italie: flash mob d'Amnesty International contre les disparitions en Egypte

AFP

Amnesty dénonce une "multiplication des disparitions forcées" en Egypte

Amnesty dénonce une "multiplication des disparitions forcées" en Egypte

Coptes

AFP

Egypte: prison

Egypte: prison

AFP

Egypte: prison

Egypte: prison

AFP

Egypte: Sissi, rempart contre les islamistes pour les électeurs coptes

Egypte: Sissi, rempart contre les islamistes pour les électeurs coptes