mis à jour le

Transfert : GUARDIOLA, «LE BARCA C’EST FINI»

Le Barça, « c'est une étape terminée ». Pep Guardiola ne peut pas être plus clair. Interrogé par des écoliers de Buenos Aires sur un éventuel retour en Catalogne, le coach de 42 ans a mis les points sur les i : il ne reviendra pas sur le banc des Blaugrana. « Cela a été une étape fantastique de ma vie, mais c’est terminé », a-t-il déclaré quand un enfant lui demandait si sa carrière d’entraîneur pouvait à nouveau le conduire à Barcelone. Il a aussi confessé qu'il « a ressenti une grande paix » quand il a quitté le Barça. Aujourd'hui, Pep Guardiola se décrit comme un homme en « quête de nouveaux défis ». « C’est une grande fierté d’avoir été membre du FC Barcelone mais la vie continue et il faut chercher de nouveaux défis », a expliqué l’ancien milieu défensif. Ça tombe bien, l’entraîneur aux 14 titres remportés avec le Barça en a un beau devant lui. Le Catalan a signé jusqu'en 2016 avec le Bayern Munich, qu'il entraînera à partir du 1er juillet. Après une année sabbatique à New York, il va avoir fort à faire avec le Bayern de Munich. Jupp Heynckes est en effet bien parti pour lui laisser un héritage assez lourd. Le club bavarois, déjà champion d'Allemagne, pourrait signer un triplé Ligue des champions-Bundesliga-Coupe d’Allemagne. Un jour après l'humiliation imposée par les Bavarois au Barça (0-3), Guardiola s'est toutefois refusé à tout commentaire sur sa future équipe.

 

************

Réal Madrid : MOURINHO CONSPUé PAR LES SUPPORTERS

Tout a commencé par une énorme bronca à l'arrivée du technicien portugais sur la pelouse de Santiago-Bernabeu, avant la victoire du Réal Madrid contre Valladolid (4-3). Entre José Mourinho et le « Madridisme », ça n’a pas toujours été le grand amour. Mais, trois jours après l’élimination du Réal contre le Borussia Dortmund en demi-finale de la Ligue des champions (4-1, 2-0), la défiance n’avait jamais été aussi manifeste. Le divorce entre le Special One et l’institution Réal a pris une forme plus inattendue à chaud samedi lorsque Pepe a lâché : « Les propos de Mourinho n’étaient pas adéquats. Il faut avoir un petit peu plus de respect pour Iker. Iker Casillas est une institution au Réal. » Pepe, l’un des rares joueurs du vestiaire madrilène à être notoirement considéré comme l’un des soldats de Mourinho, a franchi la ligne que ni Ramos, ni Casillas, premiers frondeurs du groupe, n’avaient jusqu’ici dépassée. Avec ces mots, Pepe s’est positionné contre une phrase prononcée la veille par José Mourinho : « Si j’ai un regret sur mes (trois) années jusqu’ici, c’est de ne pas avoir fait venir Diego Lopez après ma première saison. » Depuis que Mourinho a mis à l’écart Iker Casillas, et l’a remplacé par Diego Lopez recruté au mercato, il est acquis que Mou et le gardien de but international espagnol ne passeront pas une année supplémentaire ensemble au Réal. Cette semaine, alors que San Iker a clairement fait connaître son intention de rester, aura poussé tout le monde à se découvrir. Contesté par le public et par son vestiaire, il est devenu impossible pour Mourinho de faire l’année de trop, même si elle figure dans son contrat. Le technicien portugais ne s’est pas présenté devant la presse après cette rencontre relativement anecdotique dans la saison du Réal. Il a envoyé son adjoint Aitor Karanka déminer l’affaire qui va assurer la « une » des médias madrilènes pour quelques jours. « Mourinho a montré comment il était. On aime plus ou moins. Mais son travail parle pour lui », dira ce dernier. Visiblement, il n’efface pas tout.

 

***********

Ballon d'or FIFA : QUI SUCCéDERA à MESSI ?

En 2013, Lionel Messi ne domine plus outrageusement la planète football comme cela était le cas ces quatre dernières années. Si l’Argentin reste prolifique (21 buts inscrits toutes compétitions confondues depuis le début de l’année civile), il n’est pas sur les bases de son incroyable record de 2012. Touché à la cuisse en quart de finale aller de la Ligue des champions face au PSG, La Pulga n’a pas vraiment retrouvé son meilleur niveau depuis. Contre le Bayern Munich, son FC Barcelone a reçu deux claques (4-0, 3-0), et Messi, transparent à l’aller, sur le banc au retour, n’a rien pu faire pour empêcher la déroute. Autant de signes qui donnent à penser que le Ballon d’Or, chasse gardée du génie de Rosario depuis quatre ans, pourrait changer de propriétaire en janvier prochain. Et en cette année sans compétition internationale majeure, les prétendants ne manquent pas…

Cristiano Ronaldo, une ouverture pour le dauphin-Le Portugais pourrait profiter de la relative méforme de son rival pour glaner son deuxième Ballon d’Or (après 2008). D’une régularité à toute épreuve, CR7 est pour l’instant le meilleur buteur de l’année 2013 (25 buts toutes compétitions confondues). Comme Lionel Messi, il n’a pas pu empêcher l’élimination de son club en demi-finale de C1, mais le Réal a tout de même fait meilleure figure que le Barça. Son maigre palmarès sur la saison pourrait être un handicap, mais Messi a obtenu le Ballon d’Or 2012 avec une coupe du Roi comme seul trophée. Avec 12 buts inscrits, CR7 est aussi le joueur le plus prolifique en Ligue des champions. Et Ronaldo sait sans doute que depuis 2007, le meilleur buteur de cette compétition a systématiquement reçu le Ballon d’Or à la fin de l’année…

Franck Ribéry, le temps de la plénitude-Le Français est certainement l’une des stars les plus médiatiques du Bayern, véritable rouleau compresseur de la saison. Si les Bavarois remportent la finale de la C1 contre le Borussia Dortmund, Ribéry figurera sans aucun doute parmi les candidats les plus sérieux, ce dont il a bien conscience. Le Français, qui est le joueur qui a tenté le plus de dribbles en Ligue des champions cette saison, a en plus l’avantage d’être spectaculaire. Si l’ancien Marseillais n’a rien perdu de sa fougue, il est devenu de plus en plus complet au fil des années et semble aujourd’hui meilleur que jamais.

Bastian Schweinsteiger, le chef d’orchestre de la meilleure équipe du monde-Clé de voûte du Bayern, le milieu s’est très bien remis d’un début de saison difficile, et enchaîne depuis le début de l’année 2013 les prestations de très haut niveau. Il devra continuer sur ce rythme et, surtout, se montrer décisif en finale de Ligue des champions pour espérer succéder à Mathias Sammer, dernier Allemand à avoir remporté le Ballon d’Or (en 1997). Le problème, c’est que le souvenir des derniers scrutins ne plaide pas en sa faveur : les chefs d’orchestre, davantage dans l’ombre que les finisseurs, sont rarement récompensés par le Ballon d’Or. N’est-ce pas Xavi et Iniesta…

Andres Iniesta, pour l’honneur-Même si le Barça est clairement tombé de son piédestal avec la double fessée face au Bayern, difficile de ne pas inclure Andrès Iniesta parmi les prétendants. L’élégant milieu offensif a été l’un des seuls Blaugranas à évoluer à son vrai niveau et à tenter de sortir les siens du marasme. Ses 14 passes décisives ont eu un impact déterminant dans le cavalier seul du club catalan en Liga. Pour l’ensemble de son oeuvre, « Don Andres » mériterait de toute façon le Ballon d’Or.

Lionel Messi, un passage à vide et ça repart-Même s’il semble en retrait, écarter définitivement Messi de la course au Ballon d’Or semble impossible. L’Argentin est redevenu humain, mais il est toujours considéré par beaucoup d’observateurs comme le meilleur joueur de la planète. S’il attaque la saison 2013-2014 sur les chapeaux de roues, à coup de triplés et de quadruplés (ce dont il est tout à fait capable), Messi fera même facilement oublier son début d’année mitigé. Son échec en C1 sera alors mis sur le compte de sa blessure à la cuisse, et l’Argentin redeviendra le favori évident pour le Ballon d’Or 2014. Pas si improbable en fait…

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Barça

AFP

A Lagos, les petits Nigérians rêvent du Barça

A Lagos, les petits Nigérians rêvent du Barça

Ambroise DAGNON

Ronaldinho: Besiktas veut recruter l’ancienne vedette du Barça

Ronaldinho: Besiktas veut recruter l’ancienne vedette du Barça

Rodolph TOMEGAH

Evangelos Patoulidis: A 12 ans, ce petit prodige dit non au Barça !

Evangelos Patoulidis: A 12 ans, ce petit prodige dit non au Barça !