mis à jour le

Lutte contre les fistules obstétricales : Des malades soignés et formés à l'auto-emploi

Des femmes malades de la fistule obstétricale ont été soignées à Ouagadougou, puis formées en tissage et en fabrique de savon avant de regagner, le mercredi 1er mai 2013, leurs localités d'origine respectives, les bras chargés de matériel de travail.

Après un séjour de 18 mois pour certaines et 24 mois pour d'autres au Centre d'accueil de la fondation Rama à Ouagadougou, des femmes précédemment malades de la fistule obstétricale ont regagné leurs domiciles, totalement guéries. Outre la guérison, ces femmes, au nombre de quatre, ont également bénéficié d'une formation en tissage et en fabrication de savons. Ce sont des dames visiblement comblées qui sont retourné dans leur localité de provenance, le mercredi 1er mai dernier. « Les mots nous manquent pour traduire véritablement ce que nous ressentons comme joie », a avoué Safiatou Zongo, une des bénéficiaires. Safiatou et une autre femme, Sarata Kaboré, ont passé un an et demi au centre d'accueil. Quant à Natalie Kaboré et Mariam Kaboré, elles y ont passé deux ans. C'est à l'issue de leur guérison que les quatre dames ont reçu la formation. A entendre la coordonnatrice de la fondation Rama, Rasmata Kabré, la formation a été possible grâce au soutien de partenaires tels que le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et la Direction de la santé de la mère et de l'enfance (DSME). « Les mêmes partenaires nous ont aidés à accompagner ces femmes avec du matériel de travail composé de marmites, de bassines, de bouteilles de gaz, de foyers améliorés, de seaux, de moules de savon, de matières premières pour la fabrication du savon, etc. », a indiqué Mme Kabré. Le but de cet appui, selon la coordonnatrice de la fondation Rama, est de permettre à ces femmes guéries de la fistule obstétricale de pouvoir se prendre entièrement en charge, une fois arrivées chez elles à domicile. Rasmata Kabré a salué la générosité de ceux qui ne cessent d'aider sa fondation à prendre en charge les victimes de la fistule. Elle a lancé un appel à l'endroit d'autres personnes ou structures à faire parler leurs c½urs au profit des femmes qui souffrent de ce mal stigmatisant.

Alban KINI [email protected]

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

lutte

AFP

La crise en Libye affecte la lutte contre le trafic d'êtres humains

La crise en Libye affecte la lutte contre le trafic d'êtres humains

AFP

En Tunisie, Gabès, ville "victime", lutte contre la pollution industrielle

En Tunisie, Gabès, ville "victime", lutte contre la pollution industrielle

AFP

Le Ghana lance une lutte féroce contre les mines d'or illégales

Le Ghana lance une lutte féroce contre les mines d'or illégales

malades

AFP

Un train au chevet des malades isolés d'Afrique du Sud

Un train au chevet des malades isolés d'Afrique du Sud

AFP

Afrique du Sud: une centaine de malades mentaux morts en 2016

Afrique du Sud: une centaine de malades mentaux morts en 2016

AFP

Afrique du Sud: feu vert pour une action collective de dizaines de milliers de mineurs malades

Afrique du Sud: feu vert pour une action collective de dizaines de milliers de mineurs malades

formes

AFP

Migrants: de nouveaux garde-côtes libyens formés par l'UE en Italie

Migrants: de nouveaux garde-côtes libyens formés par l'UE en Italie

group promo consulting

40 bouchers formés aux techniques de découpe et d’hygiène de la viande au Sénégal

40 bouchers formés aux techniques de découpe et d’hygiène de la viande au Sénégal

Nabil

Universités d'Eté du Cameroun : 34 acteurs formés sur la gouvernance des industries extractives

Universités d'Eté du Cameroun : 34 acteurs formés sur la gouvernance des industries extractives