mis à jour le

Journée Mondiale pour la liberté de la presse : le métier de journaliste est de plus en plus dangereux

Le vendredi 3 mai, le monde célébrait la journée pour la liberté de la presse. Si cette dernière fêtait cette année sa 20e édition - c'est en 1993 qu'elle a été officiellement proclamée pour la première fois par l'Assemblée générale des Nations Unies -, cet anniversaire n'avait pourtant rien de réjouissant tant la situation de nos confrères à travers le monde est alarmante.

En effet, on dénombre, pour la seule année 2012, 121 journalistes assassinés dans l'exercice de leurs fonctions. Bien sûr, chacun sait que notre métier comporte certains risques, surtout dans les endroits dits « sensibles ». Il suffit de lire les recommandations de Reporter Sans Frontières destinées aux journalistes en zones dangereuses 1 pour s'en convaincre.

Mais, au-delà des balles perdues et mines antipersonnel, il existe aussi d'autres risques auxquels chacun de nous peut être exposé : à commencer par celui du délit d'opinion. La dépénalisation de ce dernier faisait partie des sujets évoqués avec, en guise d'illustration, l'affaire de l' « Ouragan » 2 , encore présente dans l'esprit d'un bon nombre de journalistes burkinabè. Pour l'avocat Prosper Farama, le « délit de presse » demeure en tout cas une notion caduque puisqu'on devrait juger quelqu'un en fonction de la nature de l'infraction commise plutôt que par sa fonction.

Dans le même esprit que la résolution 29 de l'UNESCO 3 , l'Observatoire Burkinabè des Médias (OBM) a pu affirmer sa volonté de mettre l'accent sur la déontologie et la formation des journalistes, de manière à ce que ceux-ci aient toutes les ressources juridiques et théoriques pouvant leur éviter de se mettre en danger. Ces solutions préventives ne pourront bien sûr pas s'affranchir du partenariat de la société civile, des associations, etc.

A l'heure d'internet et de la mondialisation, il s'agit également de rappeler que les médias ont un pouvoir qui dépasse largement le simple cadre informatif. Utilisée depuis des années par les gouvernements dans le but de s'accaparer l'opinion publique, l'information est bel et bien un « outil de guerre » (cf. l'instrumentalisation des médias pendant la Guerre du Golfe, par exemple). Dans ce contexte, les journalistes ont une responsabilité immense. A eux, d'abord, d'en assumer les conséquences.

Pierre Mareczko (stagiaire)

Lefaso.net

A lire : 1. les recommandations de Reporter Sans Frontières destinées aux journalistes en zones dangereuses

2. Justice : Le directeur de publication de l'Ouragan condamné à 12 mois de prison

3. que la résolution 29 de l'UNESCO

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

liberté

AFP

Cameroun:

Cameroun:

AFP

Cameroun: le tribunal militaire ordonne la remise en liberté du principal opposant Kamto

Cameroun: le tribunal militaire ordonne la remise en liberté du principal opposant Kamto

AFP

Maroc: des centaines de femmes se déclarent "hors-la-loi" pour défendre leur liberté

Maroc: des centaines de femmes se déclarent "hors-la-loi" pour défendre leur liberté

presse

AFP

Maroc: peine alourdie

Maroc: peine alourdie

AFP

RDC: deux ONG plaident en faveur d'une réforme de la loi sur la presse

RDC: deux ONG plaident en faveur d'une réforme de la loi sur la presse

AFP

Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie

Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie

journaliste

AFP

Le roi du Maroc gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal

Le roi du Maroc gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal

AFP

Au Maroc, une journaliste condamnée un an de prison ferme pour "avortement illégal"

Au Maroc, une journaliste condamnée un an de prison ferme pour "avortement illégal"

AFP

Projection

Projection