mis à jour le

Nigeria : 39 morts dans de nouvelles violences entre chrétiens et musulmans

Trente-neuf personnes ont été tuées et 30 gravement blessées dans des affrontements entre chrétiens et musulmans dans le centre du Nigeria, un pays régulièrement meurtri par des violences religieuses.

Jeune Afrique

Ses derniers articles: Égypte : une bombe désamorcée sur une voie ferrée  Somalie : deux attentats meurtriers frappent Mogadiscio  Nigeria : l'armée annonce avoir tué une cinquantaine de membres de Boko Haram 

Nigéria

AFP

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

AFP

Plus de 100 morts en quatre jours: la montée des violences inquiète au Nigeria

Plus de 100 morts en quatre jours: la montée des violences inquiète au Nigeria

AFP

Les chefs militaires français et britannique main dans la main au Mali et au Nigeria

Les chefs militaires français et britannique main dans la main au Mali et au Nigeria

morts

AFP

Libye: près de 150 morts depuis le début de l'offensive de Haftar, selon l'OMS

Libye: près de 150 morts depuis le début de l'offensive de Haftar, selon l'OMS

AFP

Libye: au moins 121 morts au sud de la capitale, statu quo sur le front

Libye: au moins 121 morts au sud de la capitale, statu quo sur le front

AFP

Libye: 121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli (OMS)

Libye: 121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli (OMS)

violences

AFP

Mali: le gouvernement démissionne après une vague de violences et de manifestations

Mali: le gouvernement démissionne après une vague de violences et de manifestations

AFP

Mali: manifestation de dizaines de milliers de personnes contre les violences dispersée au gaz lacrymogène

Mali: manifestation de dizaines de milliers de personnes contre les violences dispersée au gaz lacrymogène

AFP

Afrique du Sud: des dizaines de Malawites veulent partir après des violences xénophobes

Afrique du Sud: des dizaines de Malawites veulent partir après des violences xénophobes