mis à jour le

Un Salon pour changer de regard

Les préparatifs pour la 14e édition du Salon international du tourisme et des voyages (Sitev) 2013 s'intensifient. D'après nos informations, les réunions se succèdent au ministère du Tourisme et de l'Artisanat, mais aussi à l'Office national du tourisme (ONT). Mohamed Benmeradi, ministre de tutelle, veut doter ce Salon - qui se tiendra du 16 au 19 mai au pavillon central du palais des expositions des Pins Maritimes, Safex (Alger)  - d'une véritable vocation. En clair, le ministre ne veut pas présenter aux Algériens une coquille vide, mais plutôt une dynamique de changement. Aujourd'hui, les dirigeants sont d'accord pour dire que la diversification de l'économie passe aussi par le développement du tourisme dans le contexte d'une offre mondiale en pleine mutation. Mais force est de constater que ce salon manque de visibilité à l'international. A 12 jours de l'événement, il n'y a qu'une petite information qui circule sur le site web de l'ONT et demande aux participants de «télécharger la demande de participation» (document pdf qui annonce les prix au mètre carré). Le Sitev doit avoir son propre site web, comme ce fut le cas lors des Assises nationales du tourisme. Pour l'histoire, l'expérience avait été tentée lorsque Cherif Rahmani était aux commandes du secteur. Il était certes perfectible, mais il avait au moins le mérite d'exister. Mais un site doit être dynamique et opérationnel durant toute l'année. Cette approche cadre parfaitement avec la stratégie de communication en phase de finalisation au niveau du ministère. C'est le premier pas pour changer de regard sur la destination Algérie, en clarifiant et en établissant une cohérence des messages émis sur la base d'un positionnement fort. L'«expérience pays» se vit d'abord virtuellement. Ce n'est pas un journaliste ou un cadre qui s'autoproclame expert qui l'a dit, mais Catherine Minguella, expert Diveco, en pleines Assises.  Une partie de l'explication de notre retard réside dans notre incapacité à nous remettre en permanence en cause et d'exploiter tout notre potentiel et notre savoir-faire pour, à chaque fois, se renouveler et se régénérer dans un contexte touristique mondial en perpétuel mouvement. Lors du Sitev, beaucoup de visiteurs se croisent avec des objectifs différents. Certains sont en ballade, d'autres à la recherche d'une bonne affaire, d'autres simplement en repérage (les professionnels). Les profils sont très différents, la communication doit l'être aussi. Le bénéfice client est à prendre en considération. Un porte-clés ou un stylo floqués du logo et du site internet de l'entreprise seront un moyen supplémentaire de se souvenir du moment agréable passé sur les stands. Le temps des brochures et du print (imprimé) est révolu. 

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien