mis à jour le

Les cannibales US sont parmi nous

Par Ridha Ben Kacem

J'ai toujours été intrigué par le comportement, somme toute, barbare, des américains, dès qu'ils agissent hors de leurs frontières. En effet, ces inventeurs de la démocratie moderne, deviennent des esclavagistes et des tueurs d'espoirs, quand ils sont à l'étranger. Je ne comprenais pas pourquoi, notamment, ils peuvent s'acoquiner avec des islamistes, à l'image de ceux qui nous gouvernent, alors qu'ils savent, pertinemment, que ce sont des liberticides et des antiféministes notoires, sur tous les continents.

Finalement, je crois que je viens de découvrir, le pourquoi et le comment, de cette bizarrerie américaine. Comme toujours, en pareille circonstance, il fallait, tout simplement, regarder du côté des gènes, et les gènes des américains, sont tout ce qu'il y a de plus con. Cette tendance qu'ils ont de tout massacrer, à l'étranger, s'explique, tout bonnement, par l'héritage qu'ils ont reçu de leurs ancêtres que l'on croyait de pauvres gus. Plus ils ont affaire à plus faible qu'eux, et plus leurs instincts ataviques s'expriment pleinement. Ne sont-ils pas, en effet, les descendants directs, de véritables cannibales ?

Non, cela ne remonte pas à la nuit des temps. Cela s'est passé il y a, exactement, quatre siècles et à l'échelle de l'histoire humaine, c'est vraiment, tout récent. Voici les faits :

On vient, à peine, de le découvrir, les colons de Jamestown, la première colonie anglaise, établie en Virginie en Amérique, ont recouru au cannibalisme, pour survivre, à la famine d'un hiver rigoureux. C'est ce que révèle, notamment, l’analyse d’ossements d’une jeune fille de 14 ans, ont indiqué, mercredi, premier mai, des scientifiques US, qui ne peuvent pas être accusés de vouloir nuire aux intérêts américains, n'est-ce pas ? La jeune fille de 14 ans ? Eh, bien, elle a été gobée et dégustée par les colons, affamés de chair tendre et fraiche, cela va sans dire. Choquant, vous ne trouvez pas ?

Souffrant de famine, durant l’hiver de 1609-1610, quand 80% des colons sont morts d'inanition, les survivants ont essayé et réussi à extraire de la matière cervicale ainsi que des tissus du visage, de la gorge et du corps de l’adolescente pour les manger, tout rond, ont expliqué des anthropologues du Musée national d’histoire naturelle, à Washington, après avoir découvert cet ancien fait divers, macabre, de leurs ancêtres anthropophages, amateurs de chair d'adolescentes en pleine croissance.

« Le crâne de la jeune fille porte plusieurs marques de coups, pour le briser, ainsi que des traces de profondes entailles, au niveau du visage et du cou » (Voyez la photo), a précisé, dans un communiqué, Douglas Owsley, un des anthropologues du musée qui ont analysé la boite crânienne et les tibias de la défunte jeune fille, mangée par ses compagnons.

« Le désespoir et les circonstances, exceptionnellement difficiles, auxquels faisaient face les colons, du fort de James, pendant l’hiver de 1609-1610, sont révélés dans le traitement, post mortem, du corps de cette jeune fille »,souligne ce scientifique éminent. J'espère que le « post mortem » n'a pas été ajouté, à dessein, pour atténuer le choc, non pas des américains, mais, de leurs millions de victimes, à travers le monde, qui sont « phagocytées» vivantes, par l'appétit, insatiable, de l'oncle Sam,

« L’intention, très claire, était de démembrer le corps, de retirer le cerveau et les tissus du visage pour les manger », indique le savant, notant que « les dépeceurs ne savaient, manifestement pas, comment s’y prendre. Ils ont, tout d’abord, essayé d’ouvrir le front, mais, sans succès. Ils ont ensuite asséné des coups sur l’arrière de la tête, à l’aide d’une petite hache ou d’un couperet, avant de pouvoir ouvrir le crâne », précise l’anthropologue, qui semble en savoir beaucoup plus, sur la technique de ses ancêtres, qu'il ne nous en révèle dans ce qu'il dit.

Les anthropologues américains ont pu, aussi, reconstituer des détails de la vie de cette pauvre jeune fille, venue d’Angleterre, en analysant le développement d’une molaire et le stade de croissance de l’os du menton. Il ne reste plus que 10% du squelette, le reste a brulé, dans le barbecue géant. Ils ont, ainsi, estimé qu’elle était âgée d’environ 14 ans, quand elle est morte, mais, n’ont pas pu déterminer la cause du décès. C'est ce qu'ils prétendent, du moins. Une palpitante jeune fille mangée par ses copains et copines, ses parents et leur amis, ça peut mourir comment, d'après vous ?

Quoiqu'il en soit, on sait, maintenant, que la combinaison de la famine, de ces années 1609-1610, et le cannibalisme, élevé au rang d'art culinaire, de certains colons, a fait que seuls les cannibales ont survécu et ont pu, ainsi, transmettre, tranquillement, leurs gènes, à leurs descendants. Leurs descendants que vous pouvez rencontrer, chaque jour, déambulant, dans les rues de Washington ou New York. Mon Dieu, dans quel monde, vivons-nous ? Et vous vous étonnez que leurs copains, islamistes, appellent à « consommer » et à «déguster» les filles de 6 ans et, même, de 6 mois ? Cela coule de source, vous ne trouvez pas ?

par Ridha Ben Kacem le 5 mai 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

US

LNT

Le président de la Commission des AE au Congrès US apporte son soutien au Maroc

Le président de la Commission des AE au Congrès US apporte son soutien au Maroc

Nicolas

Foot US : le New York Cosmos de nouveau champion ! Pelé ému…

Foot US : le New York Cosmos de nouveau champion ! Pelé ému…

Larbi Amine - Lemag

Ambassade US : Le ‘Shutdown’ n’affectera aucunement la coopération USA

Ambassade US : Le ‘Shutdown’ n’affectera aucunement la coopération USA