mis à jour le

Les pommes de discorde : Régime politique , élection , sécurité

Par Soufiane Ben Farhat

Les conciliabules entre Ennahdha et les formations engagées dans le dialogue des partis avance à une allure d'escargot. Le parti Joumhouri attend encore des signaux forts d'Ennahdha sur certains points cruciaux. Et à défaut d'en traiter ouvertement, le mouvement Ennahdha se contente pour l'instant de fuites bien orchestrées.

L'essentiel des échanges se résume autour de trois points capitaux : la nature du régime politique, la date des élections et les conditions sécuritaires.

Tout le monde sait qu'Ennahdha prône le régime parlementaire (ou semi-parlementaire) tandis que les autres partis penchent pour le régime semi-présidentiel. Le mouvement Ennahdha sait pertinemment qu'il est desservi par le régime semi-présidentiel. A défaut de personnalité charismatique dans ses rangs. Il ne se fait pas d'illusions. Et sait également que des élections présidentielles précédant les élections législatives pourraient avoir un effet d'entraînement fâcheux pour lui.

Alors Ennahdha voudrait éviter la perspective d'un régime semi-présidentiel prononcé avec, en prime, l'antériorité de l'élection présidentielle par rapport aux législatives.

Les autres partis exigent aussi que les élections aient lieu courant 2013. Histoire de mettre fin au cercle vicieux de la transition bloquée. Mais Ennahdha ne s'embarrasserait guère d'élections tardives avec couplage de la présidentielle et des législatives au besoin.

Par ailleurs, les autres partis penchent vers l'élection du président de la République au suffrage universel, direct et secret. Ils ont en esprit le modèle portugais. Fort du mandat populaire direct, le président de la République y jouit également de prérogatives fortes par rapport à l'autre patron de l'exécutif, le chef du gouvernement.

Pour Ennahdha, le président de la République pourrait éventuellement bénéficier de compétences de domaine réservé en matière de sécurité, de défense et de politique étrangère. Le dernier conseil de la choura du mouvement l'aurait accepté le week-end dernier.

Reste le dernier point d'achoppement en la matière : la présidence du conseil des ministres. Ennahdha tient bec et ongles à ce que le chef du gouvernement en jouisse exclusivement. Les autres voudraient que le président de la République y préside. Et ils voudraient volontiers ne pas réduire ce dernier au rôle de boîte à lettres intelligente. Le projet de la troisième mouture de la Constitution autorise en effet le chef du gouvernement à informer le président de la République de plusieurs prérogatives dont il a l'exclusive.

Volet sécuritaire, les autres partis insistent pour la dissolution desdites ligues de protection de la révolution. Leur existence, leurs pratiques, font peser de lourdes menaces sur le bon déroulement de la vie politique en général et des élections en particulier.

A ce niveau aussi, l'appréciation est divergente. Al-Joumhouri insiste pour que les promesses affichées la veille de la formation du gouvernement d'Ali Laarayedh aboutissent. Le mouvement Ennahdha, lui, traîne la patte en la matière, s'il ne fait tout simplement la sourde oreille.

En tout état de cause, les derniers développements explosifs au Jebel Chaambi renversent la donne. Les explosions des mines antipersonnel dont sont victimes les militaires et forces de sécurité intérieure risquent d'en coûter lourdement au laxisme gouvernemental en la matière. La garde prétorienne agressée peut changer le fusil d'épaule. Brusquement. Et brutalement. Avec risques et périls.

Par Soufiane Ben Farhar le 4 mai 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

pommes

Actualités

Saisie de pommes de terre et d’oignons commercialisés hors circuits réglementaires

Saisie de pommes de terre et d’oignons commercialisés hors circuits réglementaires

Lemag

Cigares aux pommes de terre, thon et fromages

Cigares aux pommes de terre, thon et fromages

Lemag

Cigares aux pommes de terre, thon et fromages

Cigares aux pommes de terre, thon et fromages

régime

AFP

Burkina: la société civile appelle

Burkina: la société civile appelle

AFP

Niger: un opposant écroué pour "complot" présumé contre le régime

Niger: un opposant écroué pour "complot" présumé contre le régime

AFP

Burundi: les Imbonerakure, outil de répression du régime

Burundi: les Imbonerakure, outil de répression du régime

politique

AFP

Nigeria: 500 jeunes manifestent pour abaisser les limites d'âge en politique

Nigeria: 500 jeunes manifestent pour abaisser les limites d'âge en politique

AFP

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

AFP

Le président de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique

Le président de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique