mis à jour le

Un cadavre retrouvé à Taâzibt

Le cadavre, découvert, mercredi dernier vers 13h, dans un puits à Taâzibt, localité relevant de la commune de Naciria (40 km à l'est de Boumerdès), serait celui du jeune Ali Laceuk, 24 ans, porté disparu depuis le 22 février dernier à Beni Douala, à 15 km au sud de Tizi Ouzou. C'est du moins ce que laissent croire les informations obtenues jusque-là par nos soins auprès de sources concordantes. Si l'information est confirmée par les analyses ADN, Alilouche, comme le surnomment ses amis, serait la troisième victime du phénomène des actes d'enlèvement perpétrés en Kabylie depuis 2005, après l'entrepreneur M'hand Slimana et le jeune Ghilès Hadjou, natifs d'Aghribs et d'Azeffoun. «Moi, j'ai entendu des proches de la famille discuter entre eux en disant que le corps n'est autre que celui d'Ali», confie une source hospitalière. La dépouille a été retrouvée dans un état de décomposition avancée ; elle a été repêchée du puits vers 17h après les constatations de la Gendarmerie nationale et de la police scientifique. Elle a été transférée par les éléments de la Protection civile peu après vers l'hôpital de Bordj Menaïel avant d'être transportée le lendemain vers l'hôpital de Thénia pour son identification. «Les services concernés ont fait des prélèvements sanguins et les ont transférés à Alger pour les analyses ADN», souligne une autre source qui affirme que l'un des proches de la famille de la victime aurait reconnu le tricot de celle-ci. Toutes nos tentatives de joindre les proches du disparu pour un complément d'information sont restées vaines. Pour rappel, le jeune Laceuk n'a pas donné signe de vie depuis la matinée du 22 février dernier. Certaines sources soulignent qu'il a avait été kidnappé pour une question d'argent.