mis à jour le

Interview avec Assétou Sissoko, professeur assistante : «Ce n’est pas n’importe qui peut être danseur»

Le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasseké Kouyaté a célébré lundi 27 avril la journée internationale de la danse. Nous avons eu la chance d'échanger avec la dame qui a eu l'idée de faire travailler les étudiants en mélangeant toutes sortes de danses pour obtenir un résultat satisfaisant, à travers un spectacle de 2h30 minutes. Elle s'appelle Assétou Sissoko et est professeur assistante au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasseké Kouyaté.

Pr Sissoko

Qu'est-ce qui vous a motivé pour choisir la danse ?

Je suis venue dans la danse très bizarrement. En fait, ma mère était très accrochée à l'art, elle voulait vraiment que je fasse une école de danse. À cette époque, en 2004, le Conservatoire a ouvert ses portes pour les étudiants qui aimeraient évoluer dans le domaine de l'art. Ça trouvait que je faisais la 11e  année, elle m'a dit qu'après le bac, j'irai dans cette école. Quand j'ai eu le bac, en 2005, elle s'est renseignée sur la date du concours et chargée de chercher tous les documents nécessaires. Elle m'a presque forcée à aller les déposer au CAMM (Conservatoire des arts et métiers multimédia). Et je suis allée faire le concours contre ma propre volonté. Comme le dit un adage africain : «L'intuition d'une mère ne trompe jamais», et j'ai été 1ere du concours et me voilà dans la danse.

Qu'est-ce que la danse ?

La danse est l’art de communiquer avec le corps. Elle nous permet de nous exprimer à travers des gestes. Elle est plurielle et peut emprunter beaucoup de styles. Elle communique un message, une émotion…C’est un rapport direct entre le danseur et ses spectateurs.

Quelles sont les différentes sortes de danse ?

Il y a plusieurs sortes de danse : la danse traditionnelle, la danse moderne et contemporaine et beaucoup d'autres.

Y a-t-il des différences entre ces danses ?

La danse traditionnelle, elle est propre à un groupe de personnes, une société ou un pays, et chaque ethnie a ses valeurs traditionnelles. C'est pourquoi, on dit souvent qu'elle est transmise par imitation. Et c'est à partir de la danse traditionnelle que sont nées presque toutes les autres danses. Mais quant à la danse moderne, elle est caractérisée par l'utilisation des positions de pieds et de bras parallèles et mise beaucoup sur le rapport unique entre l'être humain et son corps et l'occupation scénique d'où son importance à faire ressortir en soi les sentiments les plus profonds. Par contre, la danse contemporaine est riche et variée ; elle a son propre langage, son propre vocabulaire et son propre style ; elle est la danse actuelle de notre époque. Dans ce cas, la danse hip-hop, la techno, la danse classique, se mélangent avec d’autres arts, tels que l’image, la musique, le théâtre, la littérature etc.

Qu'avez-vous à dire à ceux qui prennent à la légère votre travail, qui se disent que c'est que de la danse?

N'est pas artiste qui le veut, à plus forte raison danseur. Ce n'est pas n'importe qui peut être danseur. Il faut du courage, de la baraka et de la conviction pour y arriver.

Et le public qui a effectué le déplacement pour le spectacle?

Je remercie tout un chacun et souhaite que l'année prochaine on soit ensemble.

Propos recueillis par Safiatou THIAM (Stagiaire)

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

interview

Actualités

Interview Daniel Larribe : Confession d’un

Interview Daniel Larribe : Confession d’un

La rédaction

Une interview (presque) imaginaire avec Muammar Kadhafi

Une interview (presque) imaginaire avec Muammar Kadhafi

La rédaction

Une interview (presque) imaginaire avec Said B., profession :

Une interview (presque) imaginaire avec Said B., profession :

professeur

AFP

Afrique du Sud: un quart des lycées sans professeur de maths

Afrique du Sud: un quart des lycées sans professeur de maths

Neila Latrous

A Paris, une bibliothèque baptisée du nom d’un grand Professeur algérien

A Paris, une bibliothèque baptisée du nom d’un grand Professeur algérien

Dr Vincent Sosthène Fouda

Le professeur Maurice Kamto ou l'impossible vérité politique !

Le professeur Maurice Kamto ou l'impossible vérité politique !