mis à jour le

Mise en œuvre de la feuille de route : Les émissaires de Diango devant le Parlement

Le 29 janvier dernier, les députes adoptaient à l'unanimité la feuille de route qui devrait servir de fil conducteur au gouvernement de la Transition. Ce document s'articule autour de deux missions essentielles : la libération des régions du Nord et l'organisation d'élections libres et transparences. C'est justement sur sa mise en ½uvre que les honorables députés ont interpellé quelques ministres.

L’Assemblée nationale

Au cours de cette interpellation, mardi 30 avril 2013, des membres du gouvernement se sont expliqués sur la mise en ½uvre de la feuille de route. Avec les parlementaires, il a été surtout question de certaines préoccupations de l'heure, notamment la libération totale du Nord ; l'absence de l'armée à Kidal ; la tenue de la présidentielle en juillet ; le fichier électoral ; le retour de l'Administration au Nord du pays ; le vote des déplacés ; le manque d'eau et d'électricité ; l'absence de cartes d'identité nationale dans nos commissariats et le non-respect de l'Etat d'urgence. Mais aussi le manque de communication du gouvernement à temps réel.

Quelles sont les dispositions prises pour régler définitivement la question de Kidal ? Est-ce qu'il ne s'agit pas là de la naissance d'un petit Etat clandestin en gestation ? Ce sont autant de questions qui ont préoccupé les élus de la nation. En réponse, le ministre de la Défense, Gal. Yamoussa Camara, a indiqué des mesures sont en cours pour régler définitivement la question de Kidal. À l'en croire, nos forces de défense et de sécurité sont en préparation.

Pour son homologue de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire, Moussa Sinko Coulibaly, le retour de l'Administration suit son cours malgré quelques difficultés rencontrées. Il a par ailleurs affirmé que le fichier électoral sera prêt d'ici le jour-J. Quant à Tiena Coulibaly, ministre de l'Economie et des Finances, il a fait le point sur les contributions faites par les Maliens à l'armée malienne. Il a rassuré les élus de la nation sur la transparence des donations.

C'est au terme d'un échange intéressant, que les députés, après en avoir délibéré,  ont réaffirmé, dans un projet de résolution, leur engagement à soutenir l'exécution de la feuille de route et ont  félicité la communauté internationale pour la pertinence des résolutions adoptées sur la crise malienne. Ils l'ont invité à renforcer son appui au gouvernement pour que celui-ci continue d'assister et d'apporter tout le soutien possible aux personnes déplacées et assurer la présence des forces armées et de sécurité à Kidal. Les députés ont aussi invité la classe politique et la société civile à soutenir la commission de dialogue et de réconciliation.

Il faut rappeler que ce sont les ministres de l'Economie et des Finances ; de l'Administration territoriale ; de la Défense et des Anciens Combattants ; de la Sécurité ; de la Fonction publique ;  de l'Energie et de l'Eau, qui ont répondu aux nombreuses questions des élus de la nation.

Seyni TOURE

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

route

AFP

Burkina: 6 morts, 12 blessés graves dans un accident de la route

Burkina: 6 morts, 12 blessés graves dans un accident de la route

AFP

Burkina: au moins 18 morts dans un accident de la route

Burkina: au moins 18 morts dans un accident de la route

AFP

Kenya: au moins 19 morts dans un grave accident de la route

Kenya: au moins 19 morts dans un grave accident de la route

parlement

AFP

Congo : un nouveau Parlement construit pas les Chinois

Congo : un nouveau Parlement construit pas les Chinois

AFP

Tunisie: un important projet de loi bientôt au Parlement

Tunisie: un important projet de loi bientôt au Parlement

AFP

Egypte: le Parlement approuve l'état d'urgence décrété par Sissi

Egypte: le Parlement approuve l'état d'urgence décrété par Sissi