mis à jour le

Journée mondiale de la presse : Le ministre de tutelle invite à l’éthique et à la déontologie, contre les dérapages

En matière de liberté de presse, nous pouvons disposer d'un arsenal de textes les plus consensuels mais, sans encadrement, sans responsabilité du journaliste dans la collecte, le traitement et la diffusion de l'information, sans un respect de l'éthique et de la déontologie, nous assisterons toujours à des dérapages. Ainsi pense Cheikh Bamba Dieye, ministre de la Communication, des Télécommunications et de l'Economie numérique. Il présidait, hier, un panel, lors de la journée mondiale célébrant la liberté de la presse.


«Ces dérives blesseront toujours dans leur chair, des mères et des pères de famille, parfois innocents et souvent, ne le méritant pas. Sans responsabilité, nous assisterons toujours à des dérapages qui détruiront», a-t-il précisé. Sous le thème : «parler sans crainte : assurer la liberté d'expression dans tous les médias», cette rencontre a accueilli des responsables du Syndicat national des professionnels de l'information et de la communication (Synpics), des blogueurs, des étudiants en journalisme, des représentants du système des Nations unies, entre autres participants. Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, secrétaire général du Synpics, dans le paradigme de cette quête d'expression libre, mais avec responsabilité, donnera du sens à la liberté de la presse que si elle est mise en corrélation avec un cadre global de liberté d'expression. «C'est vrai, nous sommes dans une société qui évolue. Quelle est la structure qui ne dérape pas?», s'interrogera-t-il, avant d'évoquer les écueils qui empêchent l'adoption du nouveau Code de la presse, à laquelle, gouvernants et hautes autorités sont, pourtant, favorables. «Cependant, certains estiment que la dépénalisation des délits de presse exposerait les institutions et les citoyens aux dérapages des journalistes», soulignera-t-il, précisant qu'au-delà de cette dépénalisation, le principal écueil, le nouveau code propose des solutions aux multiples défis qui se posent au secteur de la presse, à savoir : l'assainissement du métier, le financement des médias publics comme privés et des radios communautaires, le renforcement du statut des journalistes, entre autres.
Fanta DIALLO
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

presse

AFP

Côte d'Ivoire: une nouvelle loi sur la presse dénoncée par les organisations professionnelles

Côte d'Ivoire: une nouvelle loi sur la presse dénoncée par les organisations professionnelles

AFP

Experts onusiens tués en RDC: l'ONU presse Kinshasa d'aider

Experts onusiens tués en RDC: l'ONU presse Kinshasa d'aider

AFP

Sénégal: marche contre les menaces sur la liberté de la presse

Sénégal: marche contre les menaces sur la liberté de la presse

ministre

AFP

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

AFP

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

AFP

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

invité

AFP

Le président soudanais invité au sommet avec Trump

Le président soudanais invité au sommet avec Trump

AFP

RDC: l'ONU invite les acteurs politiques

RDC: l'ONU invite les acteurs politiques

AFP

Invité

Invité