mis à jour le

Journée mondiale de la liberté de la presse : Le cours pratique des doyens aux jeunes reporters


A l'occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée, hier, la convention des jeunes reporters a mis à profit l'expérience des doyens de la presse. Le thème de la rencontre était «Parler sans crainte, quelle responsabilité pour la presse, avec les nouveaux médias dits réseaux sociaux».
Les jeunes reporters en télé, radio et presse écrite se sont rencontrés, hier, à l'occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse. Ainsi, avec des doyens du journalisme comme, Tidiane Kassé, Mame Less Camara et Bouna Manel Fall, juriste, les participants ont débattu sur le thème : «Parler sans crainte, quelle responsabilité pour la presse avec les nouveaux médias dits sociaux». Les médias sociaux que sont, entre autres, facebook, Twitter, ont connu un essor rapide. Selon Tidiane Kassé, les réseaux sociaux ouvrent un espace énorme de diffusion ou de production d'informations. «Ceci, dit-il, ne permet plus aux journalistes d'avoir ce rôle de vérifier ou de formater l'information, pour mieux la diffuser». Exposant sur le sujet : «comment traiter l'information dans les normes de l'éthique et de la déontologie, sans risques de représailles», M. Kassé dira que lorsqu'un journaliste écrit un papier, il doit avoir des craintes, non pas pour sa sécurité mais, pour ce qu'il a écrit, en termes de qualité. «Le journaliste doit agir avec beaucoup de responsabilité et la charte de Munich revient largement sur l'éthique et la déontologie», précisera-t-il.
Sur le thème : «les journalistes face aux groupes de pressions. Le journaliste peut-il traiter des informations qui menacent directement l'existence de la presse», Mame Less Camara déplorera la presse de compte-rendu, tout le monde disant la même chose au Sénégal. «Le journaliste doit avoir le courage de chercher et le courage de publier», préconisera-t-il. Se prononçant sur les réseaux sociaux, il dira qu'il ne faut pas les subir, précisant qu'il faut savoir les utiliser. Bouna Manel Fall, sous l'angle juridique, parlera des lois qui autorisent à parler sans crainte et celles qui restreignent la liberté d'expression. Ainsi, pour les fautes à réparer par journaliste, listera-t-il l'inexactitude, le manque d'objectivité de celui qui manipule l'information, entre autres impairs.
Cheikh Moussa SARR
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

liberté

AFP

Somalie: remise en liberté du journaliste d'Al Jazeera

Somalie: remise en liberté du journaliste d'Al Jazeera

AFP

Congo: la demande de mise en liberté provisoire du général Mokoko rejetée

Congo: la demande de mise en liberté provisoire du général Mokoko rejetée

AFP

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

presse

AFP

CAN-2017: RSF sort ses cartons rouges contre les atteintes

CAN-2017: RSF sort ses cartons rouges contre les atteintes

AFP

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

AFP

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

jeunes

AFP

Nigeria: 1.000 jours de captivité pour les jeunes filles de Chibok

Nigeria: 1.000 jours de captivité pour les jeunes filles de Chibok

AFP

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

AFP

Le pape souhaite un accès électronique aux textes sacrés pour les jeunes en Afrique

Le pape souhaite un accès électronique aux textes sacrés pour les jeunes en Afrique