mis à jour le

Des milliers de personnes réunies à Meskel Square à Addis-Abeba pour un hommage à Bob Marley. REUTERS/Antony Njuguna
Des milliers de personnes réunies à Meskel Square à Addis-Abeba pour un hommage à Bob Marley. REUTERS/Antony Njuguna

L'Ethiopie toujours fidèle à Bob Marley

Il y a trente ans, la communauté rastafari du monde entier perdait son messager: Bob Marley. Aujourd'hui, les rastas éthiopiens veulent lui rendre ses vrais galons.

«Frère Bob». C'est ainsi que la communauté rasta d'Ethiopie appelle Bob Marley. Trente ans après la mort du chanteur de reggae le plus connu au monde, les rastafaris éthiopiens veulent rendre un hommage particulier au messager de leur culture. Des concerts fleurissent un peu partout dans la ville, et des débats sur le sujet sont organisés. Après tant d'années, le musicien a gagné dans l'esprit rasta une dimension toute spirituelle.

La culture rastafari s'appuie sur la Bible. Les rastas croient en Dieu, au Créateur et en la Trinité. Mais pour eux, le messie est Hailé Sélassié, l'ancien et dernier empereur d'Ethiopie au pouvoir de 1930 à 1974. Sa puissance vient de son nom, qui signifie en amharique —la langue officielle éthiopienne— «la puissance de la Trinité». Il est donc le sauveur, le «Rastafari».

Si Hailé Sélassié est le Dieu, Bob Marley, en prêchant la philosophie rasta, est devenu le messager.

«En faisant savoir au monde la vraie nature d'Hailé Sélassié, en informant la terre entière que le Créateur était revenu, Bob Marley a fait le travail d'un prophète», confie Ras Seyoune, musicien reggae jamaïcain, installé à Addis-Abeba depuis sept ans.

Bob Marley lui-même se définissait comme le messager de Dieu. Lors d'une de ses interviews quelques mois avant sa mort, il assumait pleinement son rôle d'évangéliste:

«En ce qui me concerne, tout le monde est rasta, depuis la création du monde. Ils ont transformé ça en autre chose. Le lignage s'est rompu quelque part. Si le monde n'avait pas subi des éducations différentes, le monde entier connaîtrait les rastas.»

Bobo Shoni est devenu rasta à l'adolescence. Aujourd'hui il est chef, dans un restaurant rasta qui vient d'ouvrir ses portes au centre d'Addis-Abeba. Ce sont les mots du prophète Bob Marley qui lui ont montré la voie.

«Parmi toutes les personnes qui écoutent Bob Marley, la plupart connaissent Hailé Sélassié, parce que c'est tout ce dont il parle. On entend toujours les mots "jah", "sa majesté", "Hailé Sélassié"... Les gens ne comprennent peut-être pas toujours le concept mais au moins ils en ont une idée. C'est un bon messager car il est connu dans le monde entier.»

Les stigmates du martyre

Le 11 mai 1981, Bob Marley s'éteint des suites d'un cancer généralisé. Il n'est alors âgé que de 36 ans. Quatre ans plus tôt, à Kingston en Jamaïque, il avait miraculeusement réchappé à une tentative d'assassinat. Tout cela représente les stigmates d'un vrai martyre pour la communauté rasta.

Desta Meghoo anime une émission de radio rasta hebdomadaire à Addis-Abeba:

«Il y a eu beaucoup de lutte et de sang dans sa vie. Donc c'est une réalité. Et c'est malheureusement l'histoire que les noirs ont toujours connue. Nous l'avons connue avec Marthin Luther King, avec Malcolm X. C'est ce que les gens font. Ils assassinent ceux qui parlent pour les sans voix. Même John Lennon!»

Dans le centre culturel du musée de la terreur rouge à Addis-Abeba, le débat se tient. Débat? Pas vraiment, le consensus est total et les propos échangés tiennent plutôt de l'hagiographie:

«Jean-Baptiste dans la Bible s'est fait couper la tête pour avoir continué de parler du Créateur. Bob Marley a perdu sa vie en faisant pareil. Le plus grand sacrifice c'est de donner sa vie. Et bien on peut dire que Bob Marley a bien donné», conclut Ras Seyoume.

En 1948, l'empereur Hailé Sélassié avait offert des terres à tous les Noirs d'Amérique et des Caraïbes qui désiraient revenir en Afrique. Les principaux à avoir accepté l'offre sont les rastafaris de Jamaïque. Aujourd'hui on dénombre plus de deux cents familles installées à Shashamene, à 200 km au sud d'Addis-Abeba.

Gaëlle Laleix

Gaëlle Laleix

Gaëlle Laleix. Journaliste française. Spécialiste de l'Afrique. Installée à Addis Abeba.

Ses derniers articles: Les cités, version éthiopienne  Le casse-tête somalien  La guerre du pétrole soudanais 

Bob Marley

reggae

Le Ghana, la vraie terre d'accueil des rastas

Le Ghana, la vraie terre d'accueil des rastas

Musique

Daby Touré, Mauritanien et Français de souche

Daby Touré, Mauritanien et Français de souche

Portrait

Sandra Nkaké: militante musicale

Sandra Nkaké: militante musicale

Jamaïque

Benoit DOSSEH

Athlétisme/ Dopage : Lamine Diack défend la Jamaïque et le Kenya

Athlétisme/ Dopage : Lamine Diack défend la Jamaïque et le Kenya

Rodolph TOMEGAH

Dopage: la Jamaïque et Usain Bolt de nouveau sur la selette

Dopage: la Jamaïque et Usain Bolt de nouveau sur la selette

Isidore AKOUETE

Championnats de Jamaïque : Bolt déroule

Championnats de Jamaïque : Bolt déroule

musique

AFP

Le groupe français Zebda a célèbré la fête de la musique

Le groupe français Zebda a célèbré la fête de la musique

Minorités

Les noirs savent faire autre chose que danser

Les noirs savent faire autre chose que danser

Showbiz

Elle rêve d'évincer Rihanna

Elle rêve d'évincer Rihanna