mis à jour le

Présidentielle de juillet 2013 : Vers une candidature unique du FDR pour empêcher IBK d’être au second tour

Soumaila CISSE et Ibrahim Boubacar KEITA (Photo montage Maliweb.net)

Suite au choix controversé de Dramane Dembélé comme candidat de l’ADEMA à la présidentielle de juillet prochain, plusieurs partis du Front pour la sauvegarde de la Démocratie et de la République (FDR), dont les ténors sont l’ADEMA, l’URD, le MPR, le PARENA, le PDES, l’UMAM..., sont décidés à aller vers la présentation d’un candidat unique à l’élection présidentielle prévue le 7 juillet 2013. Cela afin de contrer le candidat du RPM, Ibrahim Boubacar Kéïta, supposé avoir les bénédictions de l’ex-junte, des religieux proches de Mahmoud Dicko et d'une importante frange de l'electorat.  

Selon des sources concordantes, l’URD, le PARENA, le PDES et d’autres partis de moindre importance membres du FDR sont en train d’envisager la stratégie d’aller avec un candidat unique à la présidentielle du juillet prochain. En effet, depuis le choix controversé – un euphémisme – de l’ingénieur des mines Dramane Dembélé, le parti de l’abeille éprouve d’énormes difficultés à rassembler ses barons- surtout ceux qui ont été candidats à la candidature  de la ruche – et militants autour de cette candidature de plus en plus décriée. Face à cette situation, et si Dramane Dembélé devrait continuer à être boudé par ceux-là mêmes qui doivent le soutenir, il sera difficile pour l’ADEMA d'être presente au second tour de la présidentielle. Alors qu’avant l’URD, l’ADEMA est le plus grand parti en termes d'implantation territoriale, de militants et d’élus. Si les choses devaient se passer comme cela se doit, l’ADEMA et l’URD sont susceptibles de se retrouver au second tour de la présidentielle. En tout cas, sauf effondrement,  l’un de ces deux partis sera obligatoirement au second tour.

Avec le choix de Dramane Dembélé que des barons sont déjà en train de combattre, il n’est pas évident que l’ADEMA puisse profiter de sa position de première force électorale du pays. Devant à cet inconnu, des responsables politiques des partis membres du FDR sont en train d’imaginer un éventuel échec de l’ADEMA, l’impossibilité pour ce parti d’être présent au second tour.

Faire échec à IBK

C’est ainsi que de sérieux débats sont actuellement en cours afin d’éviter que la ruche ne perde le pouvoir. Et au cas où cela devrait arriver, qu’un parti membre du FDR puisse remporter la prochaine élection présidentielle. D’où ce calcul afin d’empêcher BK de monter sur le podium. Et de réaliser pour cela un grand rassemblement de partis autour de ce candidat unique des partis anti putsch. Dans cette dynamique, des partis membres du FDR sont en contact afin de présenter un candidat unique pour faire tomber le candidat du RPM, IBK, qui est censé avoir la bénédiction des religieux proches de Mahmoud Dicko mais surtout de l’ex-junte. Dont il va falloir,  toutefois, mesurer le degré d’influence en un moment où les rumeurs d’un éventuel exil du capitaine Amadou Haya Sanogo se font de plus en plus persistantes. Et ce malgré les récents démentis relayés par les médias publics.

Gagner le scrutin  dès le 1er tour

S’il y a un candidat qui fait aujourd’hui peur aux partis membres du FDR, c’est bien IBK, l’homme trempé d’acier que les Maliens ont, malheureusement, perdu de vue depuis un certain temps. On le disait tantôt à l’extérieur comme la plupart des ténors, à la recherche de soutiens parmi les chefs d’Etats et auprès de la diaspora malienne.  L'appui présumé qu’IBK aurait reçu auprès de l’ex-junte est considéré comme un « soutien de poids » par les adversaires du seigneur de Sébénikoro. D’après certaines sources, un ancien député RPM aurait récemment affirmé à Dioila que son candidat bénéficie en réalité de ce soutien.  Après de pareils propos et au cours de la même rencontre, un militant anti putsch de sa section aurait aussitôt démissionné du parti. En tout cas, cette information est en train de faire le tour du Mali alors même que l’influence de l’ex-junte sur le terrain est quasi nulle. C’est dire que tous doivent se battre dans la mesure où le temps des présidents imposés par la triche est révolu dans ce pays.

Pour éviter qu’IBK ne soit présent au second tour, voire qu'il ne gagne l’élection présidentielle, des partis membres du FDR se sont retrouvés, le mardi dernier, en conciliabule pour lui barrer la route de Koulouba. Avec le retour d’Ahmed Diané Séméga du PDES, l’arrivée le vendredi prochain de Soumaïla Cissé de l’URD et le retour annoncé dans l’arène politique du PARENA de Tiéblé Dramé, les choses devront se préciser dans les jours à venir.

Il reste maintenant à savoir qui sera ce candidat qui, selon les prévisions de ces formations politiques membres du FDR, «devra passer dès le premier tour».

 

Mamadou FOFANA

 

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

présidentielle

AFP

Les Algériens se passionnent pour la présidentielle française

Les Algériens se passionnent pour la présidentielle française

AFP

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

juillet

AFP

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

AFP

Mali: l'état d'urgence prorogé jusqu'au 15 juillet

Mali: l'état d'urgence prorogé jusqu'au 15 juillet

AFP

Guinée: un journaliste porté disparu depuis le 23 juillet

Guinée: un journaliste porté disparu depuis le 23 juillet

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013