mis à jour le

Politisation a outrance de l’administration : Une menace sur les fonds publics

La politique est un mal qui gangrène l'administration malienne. Elle prend même des proportions inquiétantes. Les ressources de l'Etat, en sont menacées.  Après le coup d'Etat militaire du 22 mars 2012,  les partis politiques notamment ceux qui disposent de membres dans le gouvernement, font la promotion de leurs cadres au lieu de se mettre au service de la nation ; et, le tout, avec l'argent du contribuable.
Ainsi, un ministre qui arrive à un département, fournit de gros efforts en faveur de la promotion des cadres issus de son parti. Le plus souvent, il le fait avec l'argent du contribuable. Si en soi cela est compréhensible, il ne demeure pas moins que certains exagèrent, si bien que des cadres valables sont extirpés de leur poste au profit d'autre pas forcement plus compétent. En fait, ce ne sont pas toujours les compétences et expériences qui sont privilégies mais bien les affinités. Toute chose qui est de nature à entraver la bonne marche des activités départementales. Comme si cela ne suffisant pas, ces derniers temps, au moment  où la classe politique s'active pour sa participation aux élections présidentielles, on assiste  à un remplacement fréquent de directeurs financiers et de matériels dans les départements ministériels. Les postes que l'on estime juteux sont retirés  et attribués à des novices. Le seul objectif est de renflouer par ces temps les caisses du parti. Un parti de la place a récemment renoncé à l'aide publique accordée aux partis. Faites un tour dans ce département, vous saurez la réalité.
Cette pratique en dit long sur les velléités des  acteurs politiques qui sont en train de placer leurs hommes pour se faire une meilleure santé financière d'ici l'organisation des campagnes électorales. Ceci représente une sérieuse menace pesant sur la gestion des ressources publiques.  D'ores et déjà, il apparaît clair que l'essentiel des fonds utilisés par les acteurs politiques proviennent des fonds public. Ainsi, l'Etat, jusqu'à la preuve du contraire, est considéré comme la vache laitière pour les hommes politiques et les administrateurs, fussent- ils chevronnés à quelques exceptions près. Autant l'administration est au service de la politique, autant la politique doit être au service de l'administration. C'est grâce à cette harmonie que le développement et la stabilité socio politique et économique du pays pourront être garantis dans l'intérêt exclusif du peuple.
La politisation à outrance fait étouffer l'administration. Or, en l'état actuel, le Mali n'a pas besoin de situation entravant la bonne marche de son administration. Il faudra que les plus hautes autorités du pays soient vigilantes pour empêcher l'effusion financière en cette veille d'élections présidentielles, mais aussi en raison du fait que les besoins financiers de l'Etat sont inestimables à cause des crises politique et sécuritaire.
Bref, il faudra un peu plus de responsabilité, de conscience et de sens de l'honneur pour épargner le peu de ressources financières disponibles dans l'intérêt de tous.
Sinaly

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

menace

AFP

L'Afrique du Sud sous la menace d'une dégradation des agences financières

L'Afrique du Sud sous la menace d'une dégradation des agences financières

AFP

Le monde sous la menace d'évènements climatiques plus fréquents

Le monde sous la menace d'évènements climatiques plus fréquents

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

fonds

AFP

La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine

La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine

AFP

Au Niger, les activités du PAM gravement menacées par manque de fonds

Au Niger, les activités du PAM gravement menacées par manque de fonds

AFP

Soudan: le manque de fonds entrave l'aide aux réfugiés sud-soudanais

Soudan: le manque de fonds entrave l'aide aux réfugiés sud-soudanais