mis à jour le

Ousmane Diagne : "Je n’ai jamais été autre chose qu’un procureur de la République, pas un procureur du gouvernement"

Le désormais ex-procureur de la République près le tribunal régional hors classe de Dakar Ousmane Diagne a passé le témoin hier à son remplaçant Serigne Bassirou Guèye lors d'une cérémonie tenue au palais de justice Lat-Dior et au cours de laquelle il n'a pas mis des gants pour faire un réquisitoire à charge contre sa tutelle. Ne regrettant rien de ce qu'il a fait pour « mériter de partir », Ousmane Diagne est d'avis que « l'indépendance, ça s'assume et ça se paie » et qu'il est temps que « les magistrats cessent d'être exposés à des représailles chaque fois qu'ils veulent se comporter en digne et loyal magistrat ».

« Je n'ai jamais été autre chose qu'un procureur de la République, pas un procureur du gouvernement », précise-t-il sous les acclamations de l'assistance. Avant de poursuivre : «J'ai travaillé avec plusieurs Gardes des sceaux et à l'exception notable du professeur Moustapha Sourang à qui je rends hommage, j'ai toujours eu de grandes difficultés à certains moments. Mais je rends grâce à Dieu d'avoir exaucé mon v½u le plus cher au moment d'entrer en fonction comme procureur de la République près le tribunal régional hors classe de Dakar qui était de pouvoir sortir la tête haute, sans devoir baisser les yeux devant qui que ce soit. A chaque fois qu'il m'a été possible de dire non, j'ai dit non de la façon la plus ferme, la plus irrévocable. Dieu m'est témoin, je n'ai aucun regret. L'indépendance, ça s'assume, ça se paie. J'ai toujours dit à mes élèves du Cfj que ce n'est pas parce que nous sommes du parquet que nous ne devons pas être indépendants. Nous sommes d'abord et avant tout des magistrats. Nous devenons magistrats du parquet ou du siège en fonction tout simplement du fait du Prince, en fonction des affectations, il n'y a pas de mérite particulier d'être au parquet ou au siège (...) Il est vrai qu'au moment de quitter cette fonction que j'ai beaucoup adorée, je dois dire et reconnaître que je n'ai absolument aucun regret. Si c'était à refaire, ce que j'ai fait pour mériter de partir, je l'aurais refait mille fois ».
Selon lui, « c'est un collègue français, procureur de surcroît, qui parlait du devoir de déplaire. J'en ai usé, j'en ai même abusé et j'en suis fier». Soutenant que la Justice est rendue au nom du peuple Sénégalais et pas au nom de qui que ce soit d'autre, il estime qu'il est temps « que les procureurs et les substituts cessent d'être exposés à des risques de représailles à chaque fois qu'ils décident d'exercer une petite parcelle de leurs attributions en conformité avec leur serment, de se comporter en digne et loyal magistrat. Cela est tellement vrai que la presse et l'opinion qualifient abusivement d'actes courageux certaines de nos actions qui entrent naturellement dans l'exercice normal des devoirs de notre charte ».

REWMI.COM/AW

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

été

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

procureur

AFP

Zimbabwe: le procureur général remercié et inculpé d'abus de pouvoir

Zimbabwe: le procureur général remercié et inculpé d'abus de pouvoir

AFP

Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur

Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur

AFP

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius