mis à jour le

L'Ambassadeur Korsaga présente ses Lettres de Créance au Directeur Général de l'OIAC

la troisième session de la Conférence d'examen de la Convention sur l'Interdiction des Armes chimiques (CIAC) s'est tenue à La Haye, du 08 au 19 avril 2013. C'est en marge des travaux de cette session que l'Ambassadeur Frédéric Assomption KORSAGA a présenté le 15 avril, au Directeur Général de l'OIAC, Ahmet ÜZÜMCÜ, les Lettres l'accréditant en qualité d'Ambassadeur, Représentant permanent du Burkina Faso auprès de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes chimiques (OIAC).

Après avoir reçu les Lettres de créance dans les formules d'usage consacrées, Ahmet ÜZÜMCÜ a assuré son Hôte du jour de sa disponibilité à le soutenir dans l'accomplissement de sa mission. S'en est suivi un entretien au cours duquel les deux personnalités ont échangé sur des sujets d'intérêt commun.

L'Ambassadeur KORSAGA a félicité le Directeur Général de l'OIAC pour les progrès réalisés par l'Organisation dans la destruction des armes chimiques au cours de ces dernières années. Sur d'autres sujets liés à l'application de la Convention, il a informé le Directeur Général que le Burkina Faso met tout en ½uvre pour s'acquitter de ses obligations. Notre pays en effet, est à jour de sa législation nationale qui couvre tous les domaines clés de la Convention (CIAC). L'Ambassadeur a enfin exprimé les besoins d'assistance du Burkina Faso pour le renforcement des capacités de l'Autorité Nationale. Il s'agit notamment de :
- l'assistance pour la formation des membres de l'Autorité Nationale dans rédaction des déclarations ;
- la formation à l'utilisation du logiciel (Electronic Declaration for National Authority) EDNA ;
- l'érection de l'Institut Supérieur d'Etudes de Protection civile de Ouagadougou (IEPC) en pôle d'excellence pour la sous-région ;
- l'Organisation à Ouagadougou d'un séminaire de formation sur le régime des transferts à l'intention des douaniers de la sous-région ;
- l'érection du Laboratoire de Biologie moléculaire Saint Thomas d'Aquin en pôle d'excellence de la sous-région.

Le Directeur Général de l'OIAC a noté que le Burkina Faso est parmi les pays en avance dans la mise en ½uvre de la Convention. Tout en sollicitant le soutien de l'Ambassadeur KORSAGA pour la sensibilisation de ses pairs africains pour la mise en ½uvre de la Convention, il a souhaité que l'Egypte, l'Angola, et le Soudan du Sud qui ne sont pas encore partis à la Convention y adhèrent.

En conclusion, il a positivement apprécié les efforts du Burkina Faso et a rassuré son interlocuteur quant à la disponibilité de son organisation à examiner avec la plus grande attention les besoins d'assistance de la partie burkinabè.

Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles