mis à jour le

France : 17 ans après le meurtre de Brahim Bouarram

Il y a 17 ans déjà, Brahim Bouarram, un jeune homme d'origine marocaine, était assassiné, précipité dans les eaux glacées de la Seine par des membres du service « désordre » du Front National. Cet acte raciste reste ancré dans les mémoires et ne manque pas d'être raviver par ce type d'acte haineux. Ce 1er mai, comme tous ceux qui ont précédé le meurtre, sonne comme le triste anniversaire de la mort de Brahim Bouarram, et comme chaque année, une commémoration était organisée sur le Pont Carousel à Paris. Ce mercredi 1er mai 2013, sur le départ pour le lieu de la cérémonie, un groupe d'individus d'une trentaine de militants « anti-fascistes » ont été agressés par des groupuscules d'extrême droite à l'aide de bombes d'acide, matraques téléscopiques, couteaux, cutters et panneaux de signalisation.

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

France

AFP

Rôle de la France dans le génocide rwandais:

Rôle de la France dans le génocide rwandais:

AFP

Génocide: la France a "failli" au Rwanda selon un rapport remis

Génocide: la France a "failli" au Rwanda selon un rapport remis

AFP

Génocide au Rwanda: publication attendue du rapport sur le rôle de la France

Génocide au Rwanda: publication attendue du rapport sur le rôle de la France

meurtre

AFP

RDC: soupçonné dans le meurtre du militant Chebeya, le général Numbi réfugié au Zimbabwe (sources concordantes)

RDC: soupçonné dans le meurtre du militant Chebeya, le général Numbi réfugié au Zimbabwe (sources concordantes)

AFP

Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot

Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot

AFP

Le Cameroun sous le choc après le meurtre "horrible" de sept écoliers

Le Cameroun sous le choc après le meurtre "horrible" de sept écoliers