mis à jour le

Libye: nouvelle comparution de Seif al-Islam Kadhafi à Zenten

Seif al-Islam, fils du défunt dictateur Mouammar Kadhafi, a comparu jeudi devant un tribunal libyen pour "atteinte à la sécurité nationale", dans un nouvel épisode du bras-de-fer entre Tripoli et la Cour pénal internationale (CPI) pour le juger.

Seif al-Islam Kadhafi, 40 ans, détenu par une brigade d'anciens combattants rebelles à Zenten depuis son arrestation en novembre 2011, a comparu devant le tribunal de Zenten, à 180 km au sud de Tripoli.

En tenue bleue de prisonnier, il est apparu dans le box des accusés derrière une grille, avec à ses côtés deux policiers cagoulés.

Il semblait détendu et en bonne santé mais a apparemment perdu une dent pendant sa détention.

Les juges ont décidé d'ajourner le procès au 19 septembre à la demande de la défense qui a souhaité avoir accès à l'intégralité du dossier.

Les journalistes ont pu échanger brièvement avec l'accusé qui a répondu par l'affirmative à la question de savoir s'il allait bien, faisant un signe avec le pouce.

Au cours d'une conférence de presse après le procès, Mohamed Allagui, président du Conseil national des libertés et des droits de l'Homme a indiqué que "Seif al-Islam est détenu dans bonnes conditions conformes aux normes internationales".

A la question du juge qui lui demandait s'il acceptait les deux avocats libyens désignés pour sa défense, l'accusé n'a pas répondu. Lorsque le juge lui a demandé s'il avait des requêtes, Seif al-Islam a répondu par la négative.

Le juge a appelé à la barre les quatre membres de la Cour pénale internationale (CPI) co-accusés avec Seif al-Islam dans cette affaire mais ils étaient absents.

Ce procès a été intenté en janvier à l'encontre du fils de Mouammar Kadhafi après qu'une équipe de quatre employés de la CPI venus rencontrer Seif al-Islam à Zenten afin de préparer sa défense devant la CPI avait été incarcérée le 7 juin 2012, et retenue près d'un mois par Tripoli.

En organisant ce premier procès qui a débuté le 17 janvier, les autorités libyennes ont voulu donner un signal fort à la Cour pénale internationale (CPI) pour s'octroyer le droit de juger le seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye.

Les avocats désignés par la Cour pénale internationale pour défendre Seif al-Islam, avaient en réaction à ce procès, accusé la Libye de mener un procès "kafkaïen" contre ce dernier.

Une équipe venue rencontrer Seif al-Islam à Zenten afin de préparer sa défense devant la CPI avait été incarcérée le 7 juin, et retenue près d'un mois par Tripoli qui les accuse d'avoir porté atteinte à la "sécurité nationale libyenne".

L'Australienne Melinda Taylor, qui travaille à la défense de Seif al-Islam, avait été accusée d'avoir apporté un stylo-caméra pendant sa visite et tenté de transmettre à Seif al-Islam une lettre codée de son ancien bras droit, Mohammed Ismaïl, l'un des hommes les plus recherchés par la justice libyenne.

Le procès avait été ajourné au 2 mai "par souci d'informer l'équipe de la CPI qui a été libérée, pour lui permettre d'être présente" et pour "désigner un avocat à Seif al-Islam dans cette affaire", avait alors indiqué une source du parquet libyen.

Seif al-Islam fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI pour des crimes contre l'humanité commis pendant la révolte dans le pays.

Les autorités libyennes ont déposé le 1er mai 2012 une requête contestant la compétence de la CPI à poursuivre le fils du dictateur déchu ainsi que son ex-chef des renseignements, Abdallah al-Senoussi, 63 ans.

Egalement recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité, ce dernier avait été arrêté mi-mars en Mauritanie et remis le 5 septembre à la Libye où il a été incarcéré.

Seif al-Islam était le fils le plus en vue et souvent présenté comme le successeur potentiel de son père, jusqu'à la révolte qui avait éclaté en Libye en février 2011 et conduit à la chute du régime et la mort de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

nouvelle

AFP

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

AFP

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

AFP

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

Seif

AFP

Libye: pas d'amnistie pour Seif el-Islam Kadhafi, assure le GNA

Libye: pas d'amnistie pour Seif el-Islam Kadhafi, assure le GNA

AFP

Libye: Seif al-Islam comparaît

Libye: Seif al-Islam comparaît

AFP

Libye: procès de proches de Kadhafi dont son fils Seif

Libye: procès de proches de Kadhafi dont son fils Seif

kadhafi

Libye

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

AFP

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

AFP

La Libye toujours en crise, cinq ans après la mort de Kadhafi

La Libye toujours en crise, cinq ans après la mort de Kadhafi