mis à jour le

Présidence de la Fédération Panafricaine des Cinéastes (FEPACI) : Les bénédictions du ministre Bruno Maïga au candidat malien Cheick Oumar Sissoko

Soutenu par l’Union des Cinéastes du Mali, l’ancien ministre de la Culture, le cinéaste Cheick Oumar Sissoko est candidat à la présidence de la Fédération Panafricaine des Cinéastes (FEPACI) dont le 9ème Congrès se tiendra du 3 au 5 mai à Johannesburg, en Afrique du Sud. Avant le départ de la délégation malienne, le ministre de la Culture, Bruno Maïga a tenu à apporter son soutien à Cheick Oumar Sissoko. Le souhait le plus ardent de Bruno Maïga est de voir à la tête de la FEPACI un cinéaste malien.  

photo de famille du ministre Bruno Maiga avec les cinéastes maliens

C’est en principe, ce vendredi 3 mai, que les travaux du 9ème congrès de la Fédération Panafricaine des Cinéastes démarrent à Johannesburg, en Afrique du Sud et cela jusqu’au 5. Le Mali sera au rendez-vous avec cinq  cinéastes. Il s’agit de Cheick Oumar Sissoko, Souleymane Cissé, Salif Traoré, Kadiatou Konaté et Assane Kouyaté.

Au cours de cette grande rencontre des cinéastes venus de différents coins du continent, un vibrant hommage sera rendu au cinéaste gabonais Charles Mensah, qui présidait aux destinées de la FEPACI et arraché à notre affection, il y a quelques années.  Selon l’un des cinéastes, la FEPACI tend vers une mutation pour répondre aux besoins des cinéastes africains du 21ème siècle, tout en faisant la promotion du panafricanisme et la mise en ½uvre du programme de renaissance de l’Afrique. Il s’agit également de contribuer à stimuler l’économie créative africaine.

L’un des temps forts de ce 9ème congrès de la FEPACI sera l’élection d’un nouveau président. Notre compatriote, le cinéaste Cheick Oumar Sissoko, ancien ministre de la Culture, est candidat pour la présidence.

Soucieux des enjeux du congrès de la FEPACI, le ministre de la Culture, Bruno Maïga a tenu à échanger avec la délégation malienne avant son départ, en présence du Directeur général du Centre National de la Cinématographie du Mali (CNCM) Moussa Ouane. Cette rencontre qui s’est déroulée dans un climat très cordial au département de la Culture, a permis de baliser le terrain pour une bonne représentation malienne.

« J’ai tenu à vous rencontrer avant votre départ à Johannesburg pour le congrès de la FEPACI. Nous avons souhaité cette rencontre pour vous témoigner tout notre soutien et vous demander d’être uni derrière le candidat qui nous a été proposé par l’Union des Cinéastes Maliens. Je suis convaincu que si vous êtes mobilisés derrière un seul candidat, le Mali peut avoir ce poste. Et mon souhait est de voir un cinéaste malien à la tête de la FEPACI » a précisé le ministre de la Culture.  Cheick Oumar Sissoko de déclarer : « J’ai accepté d’être candidat pour la présidence de la FEPACI parce que j’ai une vision pour faire avancer le cinéma du continent. C’est pourquoi, j’ai besoin de la bénédiction de tout le monde. Et si nous sommes solidaires entre nous les maliens, je pense que nous allons obtenir ce poste. Monsieur le ministre, vous avez fait votre devoir, la balle est désormais dans notre camp. Nous serons à la hauteur pour briguer ce poste ».

A.B. HAÏDARA

présidence

AFP

Afrique du Sud: Ramaphosa en tête des nominations pour la présidence de l'ANC

Afrique du Sud: Ramaphosa en tête des nominations pour la présidence de l'ANC

AFP

Angola: Isabel dos Santos limogée de la présidence de la compagnie pétrolière nationale

Angola: Isabel dos Santos limogée de la présidence de la compagnie pétrolière nationale

AFP

Côte d'Ivoire: Ouattara crée la surprise en déclinant la présidence de son parti

Côte d'Ivoire: Ouattara crée la surprise en déclinant la présidence de son parti

ministre

AFP

Egypte: l'ex-Premier ministre dit réexaminer sa candidature pour 2018

Egypte: l'ex-Premier ministre dit réexaminer sa candidature pour 2018

AFP

Maroc: le parti islamiste pousse son ex-Premier ministre vers la sortie

Maroc: le parti islamiste pousse son ex-Premier ministre vers la sortie

AFP

Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre

Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre