mis à jour le

Mobilisation modeste et divisée pour un 1er mai contre la politique de rigueur

Dans un climat social lourd où l'impatience grandit face à l'explosion du chômage, les syndicats ont célébré le 1er mai en ordre dispersé. La mobilisation était d'ailleurs plutôt modeste, qu'il s'agisse de la CGT et de ses cortèges à Paris et en province, ou de la CFDT avec ses alliés à Reims pour constituer un « front réformiste ». En tout, les manifestations ont rassemblé dans toute la France 160 000 personnes mercredi, selon la CGT.

Lire la suite...

Le Courrier De L'Atlas

Ses derniers articles: Présidentielle 2017 : un vrai-faux départ de François Fillon ?  Jeune homme criblé de balles à Marseille : le 6e homicide depuis le début de l’année  « La Science voilée », manifeste rationaliste de Faouzia Charfi 

mobilisation

AFP

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

AFP

Togo: nouvelle journée de mobilisation dans une ambiance tendue

Togo: nouvelle journée de mobilisation dans une ambiance tendue

AFP

Togo: deuxième jour de mobilisation massive contre le régime

Togo: deuxième jour de mobilisation massive contre le régime

politique

AFP

En Afrique du Sud, la violence politique embrase

En Afrique du Sud, la violence politique embrase

AFP

Au Kenya, le portefeuille du "mwananchi"

Au Kenya, le portefeuille du "mwananchi"

AFP

Soudan: Trump suit la politique d'Obama et lève l'embargo

Soudan: Trump suit la politique d'Obama et lève l'embargo

rigueur

group promo consulting

NOUVEAU PATRON DE L’IGE  François Collin, un homme de rigueur

NOUVEAU PATRON DE L’IGE François Collin, un homme de rigueur

AFP

Mali: l’épuration raciale du MNLA à Kidal sera punie avec la dernière rigueur

Mali: l’épuration raciale du MNLA à Kidal sera punie avec la dernière rigueur

Nabil

Tahirou Traoré, secrétaire général national du SYNATEB : « Nous voudrions que nos préoccupations soient examinées avec beaucoup de rigueur »

Tahirou Traoré, secrétaire général national du SYNATEB : « Nous voudrions que nos préoccupations soient examinées avec beaucoup de rigueur »